Xavier DUMOULIN

16/12/2006 à 08:27
L’Europe actuelle n’inspire pas la confiance. La technocratie bruxelloise tant décriée n’agit en fait qu’en bonne intelligence avec les gouvernements libéraux qui font de l’Europe un espace du capitalisme mondialisé. Dans ce contexte quel sens peut avoir l’élargissement? Observons la difficulté présente à draîner des fonds pour accompagner les mutations alors qu’on assiste dejà à un déplacements de ces fonds vers les PECO au détriment du Sud (Espagne, Grèce, etc.). Pou avancer il conviendrait de changer la donne. Une relance à l’échelle de l’Europe est une nécessité. C’est un choix qui suppose : une volonté commune, des financements (infrastructures, réseaux etc.), un emprunt, un budget conséquent. Nous sommes loin du compte. C’est le fait d’une approche totalement libérale, garantie par une organisation et des règles, qui verrouille toute velleité d’avancée. Pour en sortir ne faut-il pas réviser la traité de Maastricht et le pacte de stabilité? Alors est-ce bien raisonnable de parler d’élargissement aujourd’hui?