http://www.chevenement.fr/index.php?PHPSESSID=636acddfc20dc13bd06de03572704781

Pour faire évoluer l’équation de la politique économique et celle de la politique européenne qui sont, à tant d’égards, une seule et même chose, il faudra –chacun le ressent- à la fois une dynamique et un pays rassemblé derrière une équipe soudée. C’est l’enjeu des échéances de 2007.

Je ne pense pas que Nicolas Sarkozy soit le mieux placé aujourd’hui pour rassembler le pays. J’ajoute que derrière sa tête, je vois se profiler toutes les têtes du CAC 40. Ce n’est pas avec celles-là qu’on fera bouger les choses !

La France est mûre, aujourd’hui, pour porter une femme à la tête de l’Etat et Ségolène Royal peut permettre –je le crois- un large rassemblement sans sectarisme autour des valeurs qu’elle professe. Dans ces valeurs, j’ai d’autant moins de peine à me reconnaître que je les ai défendues quand elles n’étaient pas à la mode : la notion d’« ordre juste » ne saurait heurter un républicain. Quant à la conception de la nation identifiée à la communauté des citoyens, sans distinction d’origine, elle est la seule qui puisse être opposée victorieusement à la fois à la toute puissance des forces du marché, c’est à dire de l’Argent, et à la vision déformée et xénophobe de la France portée par l’extrême droite. C’est là mon plus vieux combat…

Lire la suite des voeux sur le blog de Jean Pierre Chevènement (lien en haut de l’article)