http://www.chevenement.fr/index.php

Novembre 1994 : Jean-Pierre Chevènement, alors député à l’Assemblée Nationale, effectuait une tournée au Moyen-Orient (Jordanie – Irak – Israël – Palestine). Il était chargé par le Premier ministre de l’époque, Edouard Balladur, d’une missive à Saddam Hussein tendant à la reconnaissance par l’Irak de la frontière avec le Koweit.

« Voilà donc Saddam Hussein. Cette vie pleine de bruit et de fureur ne prend sens qu’à la lumière du rêve arabe de forcer les passages de l’Histoire, à partir de ce pays forgé par la violence. Entrevoyant et le rêve fracassé et le bilan désastreux pour l’Irak de quinze années de guerre, je suis frappé par la diction mesurée et précise de l’homme, sa maîtrise de soi, le regard distancié qu’il paraît garder sur la marche du monde. Il me réitère la volonté de l’Irak de privilégier sa relation avec la France, pour autant que celle-ci en aura elle-même la volonté. Je crois deviner que ce temps ne durera pas toujours : Saddam Hussein sait désormais ce que sont les rapports de forces, dans le monde de l’après-guerre froide.

Une des premières questions que je posai à Saddam Hussein fut de savoir la raison des mouvements de troupes irakiennes aux approches du Koweit, au début d’octobre. N’avait-il pas fourni un prétexte aux Américains ?

Lire la suite sur le blog de Jean Pierre Chevènement

 http://www.chevenement.fr/index.php