Après une matinée consacrée aux riches commentaires des débats participatifs et conclue par un discours offensif de F. Hollande à l’encontre de la droite, la candidate de la gauche socialiste, républicaine et radicale a été chaleureusement acclamée à son arrivée vers 14h30m dans une ambiance des grands jours.

Près de 20000 participants amassés dans le hall du parc des expositions scandaient « Ségolène présidente » communiquant ainsi leur enthousiasme et leur fougue à celle qui devait aborder avec audace et mûre réflexion les grands sujets de préoccupation de nos concitoyens.

Sur un mode équilibré mais déterminé, Ségolène Royal a présenté avec brio et conviction son projet républicain pour la France.

Elle a d’abord évoqué sans dogmatisme et faux complexe, la nécessaire réforme de l’Etat en prônant un nouvel élan d’une décentralisation régionale s’accompagnant de transferts systématiques pour assurer les missions de service public ainsi dévolues. Sur ce terrain Ségolène Royale a été particulièrement novatrice en proposant un service public de la petite enfance et du cautionnement après avoir souligné l’urgence de créations de structures d’accueuil et de logements sociaux.

Ségolène Royal s’est longuement étendue sur la mise en oeuvre d’une politique des revenus, de l’emploi et de la formation (SMIC à 1500 euros, négociation pour le relèvement des bas salaires, augmentation de 5% des petites retraites qui seront versées mensuellement, revenu de solidarité active, revenu d’autonomie pour les jeunes étudiants). La sécurité professionnelle - garantissant des revenus ne devant pas se situer en deça de 90% du salaire antérieur – constituera un nouveau droit phare.

Cette politique audacieuse en faveur du travail s’accompagne d’une forte volonté de formation et de qualification des jeunes et des travailleurs et d’un investissement très fort dans la recherche. Ségolène Royal insiste tout particulièrement sur les missions de l’école pour le développement de la citoyenneté et la promotion de l’égalité des chances (mixité sociale, programmes de soutien scolaire). Tout le discours de Ségolène Royal est tourné vers un ordre juste dans lequel droits et devoirs se conjuguent.

Un effort particulier sera fait en direction des jeunes des banlieues. C’est même le serment de Ségolène Royal qui a donné le signe d’une profonde détermination et sensibilité sur ce sujet.

Ségolène Royal a par ailleurs lié les questions environnementales, énergétiques et agricoles.

Pour aller à l’essentiel du volet internationnal développé par la candidate, il faut souligner la reprise dans son discours du contenu de l’accord conclu avec le MRC. Ségolène Royal a exprimé une entière volonté de réorienter l’Europe : réforme des statuts de la banque centrale, politique de croissance et d’emploi, budget européen, harmonisation par le haut…

La politique africaine sera profondément débarrassée des vestiges du néo-colonialisme. Pour le Proche et Moyen Orient, Ségolène Royal veut concilier justice et sécurité. L’ordre juste international suppose de s’affranchir des règles libre échangistes et de la toute puissance américaine.

Ségolène Royal a terminé son discours avec un retentissant « vive la République, vive la France ! » au diapason de son discours républicain qui fera date dans notre histoire.

Xavier DUMOULIN, le 11 février 2007.