Chers amis, chers camarades, Mesdames et Messieurs,

Nous sommes à trente jours du premier tour des élections présidentielles. Depuis cinq mois, notre candidate –celle du PS-PRG et Mouvement Républicain et Citoyen- arpente le pays, à l’écoute des citoyens, sur le terrain et dans les débats participatifs. Depuis son discours de Villepinte, Ségolène Royal est entrée en campagne pour expliquer aux françaises et aux français son pacte présidentiel. Chacun mesure ici le tempérament et l’endurance de Ségolène Royal. Chacun apprécie sa force de caractère et la force des convictions qui lui permettent de porter et d’expliquer les cent propositions de son pacte présidentiel. L’engouement rencontré dans ses meetings, hier encore à Marseille, constitue un sondage en grandeur nature de sa capacité à se faire entendre du pays. Ségolène Royal aborde les questions avec une approche concrète qui place les hommes et les femmes au cœur de la décision, de la politique et de son projet pour la France. 

Sa vision exigeante de la France et de l’Europe redonne un horizon à nos concitoyens. Et c’est tout naturellement que le PS et le Mouvement républicain et Citoyen ont pu se retrouver dans cette perspective. A travers les projets qu’ils ont respectivement élaborés, le MRC et le PS entendent définir un programme de législature. Ceci constitue une alternative durable à la politique de la droite. Ensemble et avec le PRG, ils combattent cette politique d’acceptation d’une mondialisation sans règle. Ensemble, ils veulent prendre les moyens pour lutter contre le chômage de masse et ses conséquences sociales. Ils refusent le démantèlement de nos industries, la liquidation des services publics, le creusement des inégalités et l’abandon des principes républicains. Le Mouvement Républicain et Citoyen s’est totalement engagé contre le Traité constitutionnel Européen qui se proposait de graver dans le marbre les politiques libérales et le sacro-saint principe de la concurrence libre et non faussée. Le contenu de l’accord PS-MRC permet de dépasser les clivages du Oui et du Non sur de nouvelles bases : celles de la réorientation de la construction européenne pour la mettre au service de la croissance, de l’emploi et de la recherche d’une convergence par le haut des conditions de vie en Europe. La gauche socialiste et républicaine a su ainsi retrouver sa capacité de rassemblement sur une perspective ambitieuse et réaliste. Cette perspective, c’est celle que porte aujourd’hui notre candidate dans ses cent propositions. Le pacte présidentiel dégage de nouveaux leviers pour la croissance et l’emploi en remettant la politique au cœur de l’action. L’euro cher pénalise nos exportations et limite notre croissance qui reste en deça de la moyenne européenne et mondiale. Cet euro cher est voulu par nos dogmatiques libéraux qui se focalisent sur la lutte contre l’inflation au détriment de la croissance, de la relance économique et de l’emploi.

Les dirigeants politiques se sont dessaisis d’une grande partie des leviers traditionnels : politique du change, politique monétaire, politique des revenus. Ils ont même restreint la politique budgétaire avec le Pacte de stabilité. Les cent propositions redonnent des marges de manœuvre pour une politique économique volontariste. Les objectifs de croissance et d’emploi doivent être inscrits dans les statuts de la Banque Centrale Européenne. Les dépenses qui préparent l’avenir – la recherche, l’innovation – devraient être exclues du pacte de stabilité. Avec un gouvernement économique de la zone euro il serait possible de coordonner les politiques économiques pour favoriser la croissance et l’emploi.

L’Europe devrait être harmonisée par le haut grâce à un protocole social. L’Europe ne doit plus accepter de rester sans protection face à la mondialisation libérale. Ségolène Royal propose un référendum pour renouer avec une autre construction de l’Europe. On voit bien la nécessité et la priorité aujourd’hui de s’attaquer aux causes profondes du chômage. Pour cela il faut pouvoir articuler les politiques économiques de la France et de la zone euro. La France doit se rassembler pour peser et faire entendre sa voix. La France doit se retrouver dans un projet de solidarité. « Plus juste, la France sera plus forte »

La refondation d’une France juste, autour d’un projet solidaire, égalitaire et émancipateur, est chère aux républicains. Avec beaucoup de force, Ségolène Royal a remis en vigueur ce projet d’ordre juste. C’est particulièrement nécessaire dans une période de risque de repli et d’enfermement dans le communautarisme. Le républicanisme, civique, par nature, est plus nécessaire que jamais quand la marche vers une société de marché détruit les valeurs de solidarité et engendre des comportements d’incivilité et de violences. C’est pourquoi Ségolène Royal insiste dans son pacte sur la restauration et la modernisation des services publics tels que la petite enfance et l’école pour ne citer que ceux là. Le Pacte présidentiel entend promouvoir de nouveaux droits. La sécurité sociale professionnelle pour que tout salarié licencié ait immédiatement un contrat comportant une rémunération égale à 90% de son salaire antérieur, une formation qualifiante et un appui personnalisé vers un nouvel emploi.

Une carte santé pour les jeunes de 16 à 25 ans comportant une consultation gratuite par semestre et la gratuité de la contraception pour les jeunes filles. Un financement pérenne de l’hôpital public pour lui assurer la continuité de ses missions et l’accès aux soins des usagers. La victoire de Ségolène Royal permettrait de rompre avec la gestion très libérale de la droite UMP-UDF dont les résultats sont en tous points mauvais ; chômage, dette, croissance, insécurité.

Avec son approche moderne et réaliste, Ségolène Royal veut faire avancer une démocratie sociale qui redonne leur place aux syndicats dans la négociation sur les salaires et l’emploi. Ségolène Royal propose une République nouvelle qui renforce la citoyenneté. Pour porter ce projet ambitieux, il faut une refondation républicaine de toute la gauche. C’est le mouvement qui se dessine à l’horizon. Le Mouvement Républicain et Citoyen y prend aujourd’hui toute sa place. Dans le court temps qui nous sépare de l’échéance du premier tour, nous appelons les citoyens à se mobiliser pour expliquer autour d’eux le pacte présidentiel qui redonnera un nouvel élan à la France républicaine.

X D, Mimizan le 23 mars 2007.