Misère d’une politique de l’invective à la  gauche de la gauche! Nos prétendus esprits révolutionnaires éclairés vont raillant Ségolène Royal à propos des symboles de la France républicaine. Ils ont tout simplement oublié les références de notre histoire nationale.

Le premier dit préférer la musique aux paroles de La Marseillaise qu’il conviendrait donc de modifier. Et d’évoquer les paroles sanguinaires! Il prêche ainsi pour le révisionisme historique en toute sincérité. L’idée, chère à Albert Soboul, d’un Peuple révolutionnaire portant un élan national lui est tout à fait étrangère. Lisons plutôt le grand historien.

« Le 26 avril, à Strasbourg, Rouget de Lisle avait lancé son Chant de guerre pour l’armée du Rhin, dont l’ardeur, à la fois nationale et révolutionnaire ne fait aucun doute : dans l’esprit de celui qui l’écrivit, comme de ceux qui le chantèrent, révolution et nation ne se distinguaient pas. Les tyrans et les vils despotes qui méditent de rendre la France à l’antique esclavage sont dénoncés, mais aussi l’aristocratie, les émigrés, cette horde d’esclaves, de traitres, ces parricides, ces complices de Bouillé. La patrie dont l’amour sacré est exalté, à la défense de qui l’on appelle (« Entendez-vous dans les campagnes mugir ces féroces soldats… »), c’est celle qui, depuis 1789 s’est faite contre l’aristocratie et la féodalité.

On ne saurait séparer ce qui devint bientôt l’Hymne des Marseillais de son contexte historique : la crise du printemps 1792. Elan national et poussée révolutionnaire furent inséparables ; un conflit de classes sous-tendait et exacerbait le patriotisme. Les aristocrates opposaient le roi à la nation qu’ils méprisaient, ceux de l’intérieur attendaient l’envahisseur avec impatience, les émigrés combattaient dans les rangs ennemis… » ( Histoire de la révolution française de la bastille à la gironde,  p 286, Albert Soboul, idées-Gallimard, 1974)

Pauvres esprits asphixiés par l’air du temps et prêts à liquider tous les symboles républicains! Quel manque de perspective !  Quel contre sens historique ! Il ne faudrait pas traiter les paroles de La Marseillaise comme du transgénique. Qui disait que seule la vérité est révolutionnaire? Quand nous aurons le temps nous parlerons du drapeau bleu-blanc-rouge qui semble donner des boutons à nos censeurs. Avant de railler, mieux vaudrait ne pas dérailler.

A bon entendeur salut… et fraternité.

Xavier DUMOULIN