PARIS (Reuters) – Ségolène Royal a fixé dimanche sa feuille de route à l’opposition pour la législature à venir.

Dans une déclaration longue de quatre minutes, l’ancienne candidate à la présidentielle a repris la plupart de ses thèmes fétiches comme la « république du respect », l’intelligence des territoires, la « démocratie participative » et « l’ordre juste ».

Contrairement à ce qu’elle avait fait au soir du premier tour le 10 juin, où elle avait pris la parole au siège du PS, rue de Solférino, quelques minutes après le premier secrétaire, elle s’est exprimée dimanche à Melle, au coeur de la circonscription des Deux-Sèvres dont elle était députée depuis 1998 et où elle ne se représentait pas.

« Les Françaises et les Français ont voulu par leur vote donner un sens à la République, une liberté démocratique avec une vraie force d’opposition constructive », s’est félicitée la présidente de la région Poitou-Charentes. « Le mouvement et la dynamique de l’élection présidentielle s’est prolongé ».

Selon les premières projections, le Parti socialiste et ses alliés obtiendraient entre 202 et 210 sièges contre 148 dans la chambre sortante.

« Entre les deux tours, il y a eu une prise de conscience », a estimé Ségolène Royal. « L’opposition aujourd’hui a la tâche de surveiller, de protéger et aussi de proposer ».

« Les Françaises et les Français attendent de nous de continuer le travail d’imagination pour répondre aux défis de ce siècle » entamé pendant la course à l’Elysée, a-t-elle estimé aux côtés de Delphine Batho qui a été élue dans son fief dimanche.

Ségolène Royal a identifié quatre thèmes de travail : le travail pour tous, la lutte contre le réchauffement climatique, l’invention de nouvelles relations Nord-Sud et la diminution de la dette – un thème cher à l’électorat centriste.

« C’est tout cela la nouvelle frontière de la gauche et des démocrates de progrès (…) Le travail continue. Les socialistes unis et rassemblés vont montrer qu’ils en sont capables », a assuré celle qui ne cache pas son ambition de prendre la tête du parti.

Parmi les propositions qu’elle souhaite que la gauche fasse à l’Assemblée nationale, elle a cité des projets « pour que la République du respect soit une réalité et que l’ordre juste se traduise par des propositions concrètes ».

« L’opposition va peser aussi pour un bon fonctionnement des institutions et veiller à ce que l’Etat impartial soit là. L’opposition va veiller au renforcement de la démocratie sociale, au bon fonctionnement de la démocratie parlementaire, à la mise en place d’une démocratie participative », a-t-elle dit.