La nouvelle Assemblée nationale comptera 107 femmes. Encore insuffisant pour atteindre la parité parfaite, le chiffre est néanmoins significatif : 76 femmes siégeaient dans l’Assemblée sortante. La France passe du 86e au 58e rang mondial des pays représentés par des femmes au sein de leur Parlement, entre le Venezuela et le Nicaragua. Et reste en queue de peloton dans l’Union européenne : elle est en 15e position, derrière la Lettonie, la Pologne, le Portugal et l’Estonie.

61 femmes ont été élues à gauche dont 49 pour le PS, et 46 à droite, dont 45 pour l’UMP. Elles n’étaient que 12,3 % dans l’Assemblée sortante et seront 18,5 % dans l’Hémicycle pour la prochaine législature.

NOUVELLES ÉLUES

Depuis la loi sur la parité de 2000, les partis sont tenus de présenter autant de candidates que de candidats aux élections législatives, obligation qu’aucun des grands partis ne respecte totalement. Le PS avait placé plus de 45 % de candidates sur ses listes, alors que l’UMP était nettement en dessous de l’objectif des 30 %.

Pour ce scrutin, on comptait 41,6 % de candidates, à peine mieux qu’en 2002 (38, 9%). Des 3 177 femmes candidates, sur un total de 7 639 postulants, la grande majorité n’a pas franchi le seuil du premier tour, puisque 2 860 ont été battues. Parmi les 107 élues, près de la moitié (48) découvriront le Palais Bourbon. Trente de ces nouvelles élues sont des socialistes et treize appartiennent à l’UMP.

Le bon résultat du PS s’est accompagné des victoires emblématiques de plusieurs candidates : celle de Michèle Delaunay, tombeuse d’Alain Juppé à Bordeaux, ou encore de Sandrine Mazetier, qui a remporté la 8e circonscription de Paris face à Arno Klarsfeld. Parmi les victoires notables, celle d’Aurélie Filipetti, proche de Ségolène Royal, en Moselle, ou encore celle de Delphine Batho, dans les Deux-Sèvres. A noter également l’élection inattendue de Catherine Lemorton (PS), qui a défait le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, dans la 1re circonscription de Haute-Garonne. Enfin, la Guyane sera représentée uniquement par des femmes dans l’Hémicycle : Christiane Taubira, réélue dimanche et Chantal Berthelot (PSG) qui a battu l’ancien ministre Léon Bertrand.