Après que Laurent Fabius a évoqué, dans le Monde, le «triple déficit de présidentialité, crédibilité, collégialité» de Ségolène Royal, François Rebsamen, directeur de campagne de l’ex-candidate, a dégainé, hier, contre «les procès en crédibilité qui sont une injure faite à 17 millions d’électeurs, les procès en présidentialité qui ne sont que l’expression de l’amertume personnelle [...] créée par le choix des 250 000 militants socialistes, et enfin les procès en collégialité difficiles à admettre venant de ceux qui se sont affranchis de nos règles collectives». 

David REVAULT D’ALLONNES de LIBERATION