NOUVELOBS.COM | 05.07.2007

Jack Lang ne veut plus participer aux réunions du groupe socialiste à l’Assemblée, après les propos de Jean-Marc Ayrault l’exhortant à ne pas travailler pour le gouvernement.

Le député socialiste Jack Lang boycottera les réunions du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, présidées par Jean-Marc Ayrault, a-t-il annoncé jeudi 5 juillet. L’ancien ministre n’a pas du tout apprécié les mises en garde du chef de l’opposition parlementaire à son égard, au cas où il accepterait de participer à la commission sur la réforme des institutions créée par le gouvernement. « Les propos que tu as tenus à mon sujet ne sont pas dignes, écrit-il dans une lettre à Jean-Marc Ayrault. J’ai pris la décision de ne plus participer aux réunions du groupe socialiste aussi longtemps que tu le présideras avec de telles méthodes. »
Mercredi 4 juillet, Jean-Marc Ayrault avait exhorté Jack Lang à ne pas se lancer dans « une aventure individuelle » en acceptant d’entrer dans cette commission, dont la création a été annoncée par le Premier ministre François Fillon. Ajoutant que le député du Pas-de-Calais ne pourrait plus participer aux réunions du groupe s’il ne respectait pas cette consigne.

Contribution intellectuelle

Dans la lettre à son chef à l’Assemblée, Jack Lang laisse planer le doute sur ses intentions concernant cette commission, déclarant tout de même: « La rénovation de la maison commune de la République – notre Constitution- réclame la contribution intellectuelle de tous les démocrates. » « Deux boussoles me montrent le chemin: ma conscience, la confiance populaire. Personne ne m’interdira de me réjouir publiquement que le président de la République ouvre le chantier de la modernisation des institutions auquel je travaille depuis si longtemps en ma double qualité de professeur de droit public et de militant ». Il confirme aujourd’hui ne pas avoir donné d’accord, pour le moment, à sa participation « à une mission aux contours encore indéfinis ».
Dans sa lettre Jack Lang déclare n’avoir « aucune leçon de fidélité et de solidarité à recevoir » de Jean-Marc Ayrault. « Jamais dans ma vie de citoyen et de militant je n’ai manqué à mes engagements de toujours. Laisser entendre que je pourrais y contredire est insultant. Ce ne sont pas les menaces que tu profères qui dicteront ma conduite aujourd’hui ou demain. »