PARIS (AFP) – Ségolène Royal publiera à la rentrée « l’autocritique » de sa campagne présidentielle et pense toujours pouvoir un jour accéder à la présidence de la République, a-t-elle déclaré dans une interview diffusée dimanche par TF1.

« Je la ferai à la rentée (cette autocritique). Je l’écris actuellement, je la publierai dans toutes ses dimensions, dans toutes ces facettes », a déclaré l’ex-candidate socialiste à l’Elysée dans l’émission « Sept à huit ».

Elle a affirmé n’avoir pas voulu se livrer immédiatement à une analyse de sa défaite en raison des « attaques » qu’elle estime avoir subies, notamment de son propre camp, après l’élection. « Je n’ai pas entendu d’autres candidats battus subir ce type d’attaques très condescendantes. Donc comme ils ont fait déjà cette critique, si en plus moi je faisais une autocritique… »

Elle a toutefois reconnu « une improvisation dans l’organisation » de sa campagne, tout en estimant une fois de plus que les attaques venues de son propre camp avaient constitué « le principal point de faiblesse ».

Elle a assuré qu’au soir du premier tour, distancée de près de 6 points par Nicolas Sarkozy (31,18% contre 25,87%) elle espérait quand même une victoire. « Je pensais que je devais, que je pouvais gagner. Mais c’est vrai que l’écart était rude », a-t-elle dit, relevant notamment pour expliquer son retard « la façon dont Nicolas Sarkozy avait réussi à capter les voix d’extrême droite dès le premier tour ».

Interrogée pour savoir si elle pensait pouvoir un jour être élue à la présidence en dépit de cet échec, elle a répondu: « Présidente: ça n’est pas impossible. Ca reste une possibilité, je le sens intimement. Je le pense. Ca veut dire que cette fois il faudra que je me prépare bien plus tôt ». « Ce qui est extraordinaire c’est que les gens ne me reprochent rien, ils me disent merci », a-t-elle assuré.

Tout en reconnaissant sa « très lourde déception » au soir de la défaite, elle assure avoir « immédiatement pensé aux millions de gens qui se mettent à pleurer » et réaffirme qu’il est de sa « responsabilité de continuer ».

Elle ajoute ne pas avoir eu elle-même « les larmes aux yeux ». « Moi je devais rester solide, comme une mère de famille qui tient ses enfants debout, qui doit rassurer, qui doit rester le phare, la solidité ».

Interrogée sur sa rupture avec François Hollande, récemment annoncée, et le fait de savoir si l’engagement dans la vie politique contribuait à l’éloignement au sein d’un couple, elle a estimé que « pas forcément, elle peut aussi rapprocher ».

« En même temps il y a des circonstances privées qui font qu’à un moment les choses ne sont plus tenables. Quand on aime et qu’on est trahi, je crois qu’il faut reprendre sa vie en main et dire à un moment c’est plus comme ça que je vois les choses, c’est plus supportable », a-t-elle dit.