VIENNE (Reuters) – Plus de vingt Etats imposent des restrictions à l’utilisation d’internet, recourant à des mesures fourre-tout et contradictoires pour dissuader leur population de recourir au web et museler l’opposition, selon l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Dans un nouveau rapport sur la « gouvernance » d’internet, l’organisation présente des études de cas de censure du web au Kazakhstan et en Géorgie et se fait l’écho d’observations faites de la Chine à l’Iran, du Soudan à la Biélorussie.

« De récentes décisions, qui vont à l’encontre de la liberté d’expression sur internet dans un certain nombre de pays, rappellent cruellement combien il est facile à certains régimes, démocraties et dictatures confondues, de réprimer les opinions qu’ils désapprouvent, réprouvent ou simplement qu’ils craignent », dit le rapport de l’organisation, qui regroupe 56 pays dont certains sont épinglées par l’étude.

« Il n’a jamais été aussi facile de s’exprimer qu’avec internet. Mais simultanément, nous sommes témoins d’une progression de la censure en ligne », notent les auteurs de ce compte rendu de 212 pages.