Habilis et érectus – que l’on croyait enchaînés par  un heureux engendrement  – auraient bel et bien cohabité  pendant près de cinq cent mille ans, en Afrique de l’Est,  il y a un millon et demi d’années. Cette découverte récente infirme donc la thèse préexistante d’une filiation chronologique pré-humaine faisant d’homo érectus l’enfant métamorphosé d’homo habilis. Pour mémoire, nous connaissions Lucy, notre antediluvienne arrière grand-mère australopithèque - cette chérie de l’anthropologue Yves Coppens - et savions qu’elle avait cohabité avec homo habilis, ce fabricant d’outils simples et tranchants à partir de galets. Ce dernier, avais-je cru comprendre, s’était développé sur plus de trois millions d’années pour s’épanouir pleinement et donner forme au pré-sapiens érectus, annonçant lui-même le  néanderthalien, ce sapiens à part entière, présent dans nos contrées avant l’avènement de son lointain cousin  sapiens sapiens, ce Cro-Magnon civilisé du paléolithique supérieur dont nous sommes les purs produits en tant qu’homme d’esprit, selon les dires du très regretté Leroi-Gourhan qui se moquait par ailleurs de cette désignation par trop flatteuse “d’homme de la totale sagesse”.

Depuis Boucher de Perthes et Darwin la connaissance de la préhistoire ne cesse de s’enrichir de théories révolutionnaires. Ces géniaux concepteurs d’une préhistoire matérialiste eurent tous deux maille à partir avec la sainte Eglise  avant que l’ingénieux abbé Breuil, premier grand admirateur de l’art pariétal, cet ornement magique ou religieux de la grotte de Lascaux, baptisée chapelle sixtine de notre préhistoire, ne réparât définitivement, un siècle plus tard, cette offense à l’intelligence humaine. 

Une précédente découverte  avait déjà ébranlé, tout récemment, beaucoup de nos certitudes. Néanderthal que l’on croyait disparu pour cause de déficience immunitaire, aurait en fait été supplanté par son concitoyen, Cro-Magnon, en raison de son esprit pacifique, ce que le trop calculateur sapiens sapiens sut sans doute mettre à profit. Pour preuve, les traits de notre présente humanité qui récompense les rusés et les bellicistes plus qu’elle n’encourage les hommes de bonne volonté, n’en déplaise à Rousseau. Faudrait-il pour autant se ranger derrière les théories génétiques remises fort malencontreusement en honneur ces derniers temps? Ah! L’inné et l’acquis, l’animal et l’homme, la nature et la culture,   la tradition et le progrès, le diable et le bon Dieu, la transcendance et l’immanence, l’idéalisme et le matérialisme… 

Dans ces temps lumineux favorables à l’observation des astres, un peu de métaphysique aiguise nos réflexions de philosophe profane.   Autant de sujets qui renvoient aux interrogations multiséculaires sur notre humaine condition. On sait depuis Montaigne se montrer modérément optimiste tout en  restant profondément humaniste. N’est-ce point, après tout, une posture bien raisonnable pour qui veut ménager un avenir humain? Savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va tout en sachant s’arracher à notre primaire enfance pour devenir des hommes accomplis…

Xavier DUMOULIN