Invitée dans l’émission d’Arlette Chabot, l’ex-candidate socialiste revient au-devant de la scène à l’occasion de la sortie de son livre « Ma plus belle histoire c’est vous ». Ségolène Royal ne s’est pas laissée entraîner sur le terrain mouvant de la vie privée et a su maîtriser son dialogue avec les Français par caméra interposée. Posée, réfléchie, souriante et souvent mordante, la présidente de la région Poitou-Charente marque des points.

Grand seigneur à l’égard du PS et de son premier secrétaire, combative à l’endroit du pouvoir interpellé sur le contenu de sa politique anti-sociale, authentique dans ses explications sur des positions  totalement assumées, Madame Royal incarne aujourd’hui à la perfection une posture « arc en ciel de la gauche » à l’instar de la stratégie de Romano Prodi. A notre goût trop timorées sur le terrain économique et social, malgré la recherche d’un nouveau compromis social, ces propositions franches et décomplexées ont peut être le mérite de clarifier la situation d’une certaine gauche qui assumerait pleinement de tels choix.

On peut bien s’interroger sur la cohérence de ce projet ou sur la capacité de l’ex-candidate à le faire avancer au sein du PS . Mais est-ce bien là l’essentiel aujourd’hui?  Quelque soit le succès médiatique de sa prestation, l’ex-candidate nous laisse toujours orphelin de son discours de campagne sur l’Europe, celui là même qui motivait notre soutien et qui fait cruellement défaut aujourd’hui. Royal en majesté aurait-elle oublié le peuple souverain?

X D