En ligne dans l’HUMA de cette semaine

Palestine . Le coup de force du Hamas dans la bande de Gaza a entériné une cassure géographique et politique. L’unité peut-elle être retrouvée ? Enquête auprès des principaux acteurs.

Territoires palestiniens occupés, envoyé spécial.

Pour la première fois dans leur histoire, les Palestiniens sont séparés géographiquement et politiquement. D’un côté la bande de Gaza, dominée par le Hamas, de l’autre, la Cisjordanie, où règnent Mahmoud Abbas et ce qu’il reste de l’Autorité palestinienne, avec Salam Fayyad comme premier ministre. Une division qui arrange évidemment les affaires d’Israël.

la question des deux États

Tel-Aviv poursuit et aggrave son occupation des territoires palestiniens, tout en montrant un visage de négociateurs à une « communauté internationale » qui veut bien se laisser duper. L’unité du mouvement palestinien est-elle possible ? « Ce qui s’est passé au mois de juin montre que le Hamas est incapable de vivre dans une société démocratique avec des idées différentes, des partis différents », estime Ayman Shahine, professeur de sciences politiques à Gaza. Pour ce chercheur, « si le Hamas voulait vraiment l’unité, il s’appuierait sur l’embargo imposé par Israël pour discuter avec Mahmoud Abbas, sur la base des intérêts nationaux palestiniens. Il y avait là la possibilité de reconstruire une véritable Autorité palestinienne. Mais en fait le Hamas est content de diriger seul la bande de Gaza ».

Pour Hanna Amireh, membre du comité exécutif (CE) de l’OLP où il représente les communistes du PPP, « Hamas parle de résistance mais il s’agit d’un suicide. Le problème est qu’en utilisant la force à Gaza, il a permis au Fatah de faire de même en Cisjordanie. Aussi longtemps que le mouvement islamiste n’est pas sur la ligne de deux États, la division géographique lui importe peu. À partir d’un bout de terre, il compte libérer l’ensemble du territoire ! ». Mustapha Barghouti, qui dirige l’Initiative nationale palestinienne, dénonce « ces forces extérieures qui ont mis leurs mains dans le problème palestinien ».

Zakaryia Al Aga, responsable du Fatah pour la bande de Gaza et membre du CE de l’OLP, explique que toutes les factions palestiniennes, à l’exception du Hamas, veulent un retour à la situation d’avant juin 2007, c’est-à-dire avant le « coup d’État » des islamistes. « Si le Hamas accepte, alors tout est possible, dit-il. S’il n’y a pas d’accord politique alors il faut organiser des élections anticipées. »

Là est le problème. Comment renouer le dialogue alors que l’organisation islamiste campe sur ses positions du mois de juin ? Comment organiser des élections dans la bande de Gaza si le Hamas refuse ? Sami Abou Zouhri, porte-parole du Hamas, explique : « La solution ne dépend pas des Palestiniens car les Israéliens et les Américains font pression sur Mahmoud Abbas pour qu’il ne s’assoie pas avec nous pour négocier. Si Abbas continue cette attitude, cela voudra dire qu’il est d’accord pour que le siège imposé par Israël se poursuive. Et ça, nous ne l’accepterons pas. »

Quant aux élections, la position du Hamas est difficile à cerner. Abou Zouhri affirme que son mouvement « est prêt à en discuter mais pour cela il faut entamer des négociations », tout en dénonçant « le coup d’État d’Abou Mazen (Abbas – NDLR) contre le Hamas qui avait gagné les élections ». Autre son de cloche avec Ahmed Youssef, conseiller politique d’Ismaïl Haniyeh et de Mahmoud Zahar, les chefs de l’organisation, pour qui « les élections ne sont pas la réponse pour le moment ». Il a cette formule elliptique : « Avec les élections, il n’y aura pas la lumière au bout du tunnel parce que les tunnels se succèdent. »

faire pression des deux côtés

Abou Leïla, député du Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP), membre de l’OLP, condamne l’attitude du Hamas mais estime que « le Fatah doit se dégager des pressions israéliennes et américaines et initier un dialogue national avec toutes les factions palestiniennes pour trouver une voie pacifique et résoudre les problèmes internes ». Peu optimiste, il dit ne pas penser « qu’il puisse y avoir des discussions fructueuses dans l’immédiat. C’est pour cela qu’il faut faire pression des deux côtés, afin qu’un dialogue s’engage ».

Qadoura Fares, du Fatah, penche, comme Marwan Barghouti, toujours emprisonné mais dont il est très proche, pour l’organisation d’élection « en octobre ou en novembre ». Pour Fares comme pour Barghouti, le cadre idéal de débat c’est l’initiative arabe élaborée en 2002 et réinitialisée en 2007. Hanna Amireh regrette l’attitude du Fatah. « Lors du comité exécutif de l’OLP il a été proposé la création d’un comité qui ouvrirait le dialogue avec une idée essentielle : revenir à avant juin 2007 n’est pas une précondition pour le dialogue, mais une précondition pour une solution. Mais le Fatah a refusé alors que le Hamas a accepté. »

Les islamistes palestiniens, qui cherchent avant tout une reconnaissance arabe et internationale, souhaitent l’intervention d’une tierce partie non palestinienne. On parle de la Confédération helvétique. Ahmed Youssef, pour qui « la région dépend des réalités établies sur le terrain » assure de son côté que le Hamas « a des contacts avec les pays européens, d’une manière ou d’une autre ».

Le Hamas est cependant isolé sur la scène politique palestinienne. Khaled Albatash, patron du Djihad islamique dans la bande de Gaza, « refuse ce qui s’est passé en juin. Il faut un seul gouvernement sous l’autorité de Mahmoud Abbas ». Lui-même joue l’entremetteur pour tenter de renouer un dialogue entre le Fatah, le Hamas en impliquant l’Égypte. « Hamas veut faire de Gaza un modèle et se fiche du reste », dénonce Rabah Mohanna, membre du bureau politique du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). « De l’autre côté, Mahmoud Abbas s’en tient à l’agenda américain, sans prendre en compte le fait que Washington soutient totalement Israël ».

Personne ne se fait d’illusion sur un règlement rapide du conflit interne. Ce qui est peut-être encore pire, c’est la désillusion des Palestiniens eux-mêmes. La conférence d’Annapolis apparaît maintenant pour ce qu’elle est : une farce. Les Palestiniens continuent à tomber comme des mouches sous le feu israélien, les check-points sont toujours en place, le mur de l’apartheid poursuit son sillon dans la Cisjordanie, les colonies s’agrandissent et Jérusalem se judaïse par l’expulsion de fait des Palestiniens de l’est de la ville.

Même au sein de la direction de l’OLP, des voix de plus en plus nombreuses se font entendre pour que Mahmoud Abbas boycotte les discussions avec les Israéliens tant que ces derniers ne se conforment pas réellement à la « feuille de route ». Mais le président ne veut rien entendre. Pour Israël, tout baigne, la question palestinienne redevient un problème humanitaire comme avant 1965 (et non plus des droits d’un peuple) et les gouvernements occidentaux ne parlent plus de l’occupation.

Pierre Barbancey