Dans l’affaire NKM, celle de cette effrontée secrétaire d’Etat à l’Ecologie, privée de voyage au Japon pour cause de coup de gueule sur la lâcheté des siens en matière d’OGM, tout est bien qui finit bien ! La belle se range avant de se retrouver nominée en fin de soirée avec le poste de secrétaire générale adjointe de l’UMP. Action-réaction … Quant aux OGM, on en saura plus avec l’adoption définitive de la loi en discussion devant les assemblées. La brave Rama Yade qui a dû elle aussi en rabattre dans un premier temps devant l’affligeant discours de son tutélaire ministre a retrouvé un peu de crédibilité après le grotesque et humiliant spectacle du passage du flambeau olympien. Tout feu tout flamme et sans état d’âme, notre prédicateur du devoir d’ingérence devenait la caution morale d’une délégation chinoise brutale et sans principe, trouvant même la complicité des forces de l’ordre pour mater toute tentative d’exhibition du drapeau Tibétain sur un parcours officiel. Quelle déroute pour tous nos officiels après l’épisode ubuesque devant le parvis de l’Hotel de ville ! Il fallut ce scabreux spectacle pour ramener à plus de retenue notre président droit dans ses bottes jusqu’au prochain contre-ordre mais encore et toujours à contretemps ! On n’en n’est plus à une dénégation près. Ce mode de gouvernance conjugue décisions à l’emporte-pièce après discussions de café du commerce et volte-face intempestives au risque d’entamer gravement la crédibilité  de l’action gouvernementale. S’il ne s’agissait de choses graves aux conséquences lourdes on pourrait se marrer et moquer cette camarilla qui s’agite dans le plus grand désordre. Après l’affaire de l’Arche de Noë, l’action humanitaire de la France prend des allures un peu débiles. La dernière tentative de libération d’Ingrid Betancourt aura hélas vite tournée court, elle aussi.

Et pendant ce temps on prépare les pires erreurs d’une diplomatie va-t- en guerre à la solde du président Bush. C’est du reste dans la logique atlantiste du couple infernal qui domine l’Etat et le quai d’Orsay. Il faut se réjouir de la réaction de l’opposition qui tenta de censurer le gouvernement sur ces points : envoi de troupes en Afghanistan et réintégration du commandement intégré de l’OTAN. Quand la politique des néo-cons nous ramène aux temps de l’alliance  du sabre et du goupillon on ne sait plus s’il faut rire ou pleurer devant tant de mascarades et de pétards mouillés qui entourent une politique d’abaissement national ! Et par dessus le marché, qui règne en maître, et comme pour brouiller davantage les cartes, ce pipolisme qui nous joue de la flute enchantée … Sacré « néolibéralisme à la mode sarkoberlusconienne » comme le qualifie Pierre Musso professeur à l’université de Rennes 2 dans une tribune libre de Libé que nous diffusons ce jour sur ce blog.

X D