Après la grosse bourde du porte-parole de l’UMP relançant le débat sur la nature du malaise de notre président, on n’en finit plus de disserter sur le sujet en question. Le tout sur fond de chamailleries autour de la pandémie grippale dans la foulée de la promulgation de la loi Hôpital-Patient-Santé-Territoire, elle aussi largement contestée. Chacun y va de son couplet au risque d’épuiser les bien portants.

En la matière tout est pourtant question d’équilibre : entre le droit à l’information des citoyens sur la santé de leur président et la légitime protection du secret médical et de la vie privée de ce dernier – lequel n’est cependant pas en reste pour alimenter l’hypermédiatisation de ses affaires privées -; entre la nécessité de se prémunir vis à vis des dommages collatéraux d’une pandémie en progression spectaculaire sans pour autant déclencher la panique autour d’une maladie sans réelle gravité ; entre l’urgence de moderniser et de mieux répartir l’offre de soins sans laisser le marché réguler l’accès aux soins de la population.

Le bon sens est bien la chose du monde la moins partagée. A propos savez-vous que l’on relance le débat sur la dose acceptable de consommation quotidienne d’alcool ? Sujet toujours opportun face aux abus ! 

Et pour conclure provisoirement et avec modération sur ces controverses inépuisables à la différence de nos petites natures bien limitées :

Santé !

X D