Dans ce titre, je n’évoque pas les voeux du nouvel an qui restent l’expression traditionnelle et utile d’une sociabilité de bon aloi et que nous présentons à tous nos fidèles internautes. Cet euphémisme plat veut simplement souligner l’ambivalente ambiguité de l’expression de nos convictions les plus sincères quand elles alimentent à notre insu des postures serviles aux antipodes de nos objectifs.

Je ne pointe pas ici les propos journalistiques empruntés  relatant,  sans jamais les décoder, les faits, gestes, voire même les turpitudes des importants qui font l’actualité. Point n’est besoin de préciser que l’époque préfère la notoriété à l’intelligence et confond popularité et mérite. Ce disant, les résultats d’un sondage donnant au couple présidentiel un record de taux d’agacement à 115% m’amuseraient si ce n’était l’imbécilité même de cette démarche sondagière!

Non, je veux désigner les termes à la mode dont se repaissent nos bonnes âmes à longueur de discussions, d’émissions et d’articles.

Prenez celui de transparence. Les uns l’exigent en tous domaines au risque de mettre à mal les droits les plus élémentaires tels que la protection de la vie privée que l’on doit même préserver chez ceux qui appartiennent au cercle des dirigeants de tous poils! Comme si l’exercice d’une importante fonction publique ou privée  exposait par principe son détenteur aux voyeurismes les plus déplacés et exonérait d’avance les pratiques de paparasites. Pour autant la diffusion d’informations soi-disantes diplomatiques mérite-t-elle autant de récriminations quand les services concernés n’ont su prendre les mesures élémentaires de protection des données par ailleurs de peu d’importance? Qui ignorait le capital de sympathie du ministre de l’Intérieur de l’époque auprès de l’administration Bush avant l’affaire Wikileaks?

Le populisme tant décrié et mis à toutes les sauces illustre à merveille le risque de mésusage du sens réel du mot. Le « Qu’ils s’en aillent tous « de Mélenchon mérite -t-il autant de réprobations quand il s’agit de marquer le refus d’une connivence des élites ? L’inexorable montée de Marine Le Pen ne saurait interdire aux autres de se faire entendre au risque de laisser le FN engranger ce rejet populaire de la façon d’être de nos prétendues élites. Ce disant je m’amuse de ces postures inclinant à la facilité ou à l’amalgame, préférant pour ma part le style Chevènement, plus classique, à celui du président du PdG, orateur  cinglant abusant quelque peu de son talent de bête de scène. La dénonciation cohérente des élites mondialisées n’empêche nullement l’exigence d’une critique constante de la financiarisation de l’économie, à commencer par celle de l’Europe du traité de Maastricht qui remonte à loin…

L’indignation retrouve aussi sa place dans un monde injuste et révoltant. De là à considérer la primauté du sentiment sur le raisonnement, il n’y a qu’un pas que ne franchirait pas le très respectable Stéphane Hessel, auteur de cet opuscule « indignez-vous! »qui remporte un succès de librairie inégalé dans le genre.

Ultime exemple autour des sempiternelles dénonciations  de l’individualisme qui résumerait l’idéologie du chacun pour soi. En langage savant : l’individualisme méthodologique de Boudon versus les sociologues De Singly et Corcuff qui revisitent la question individuelle pour remettre en perspective une dimension essentielle de l’anarchisme, composante libertaire du courant révolutionnaire. Pour le républicain basique que je suis, ne s’agit-il pas, plus prosaiquement de concilier l’intérêt général avec la reconnaissance  de la  capacité critique de l’individu? Autrement dit la citoyenneté!

C’est dire qu’il y a place  au questionnement de chacun d’entre-nous dans notre dénonciation d’une marche du monde qui ne finira pourtant jamais de ruser avec la petitesse caricaturale de nos visions des choses. Disant cela je ne  me permettrais pas de m’ériger en censeur, me sentant tout autant visé dans cette auto-flagellation d’une  gauche intellectuelle doutant d’elle même au point de  s’installer dans les références de ceux(ce) qu’elle combat plutôt que  de questionner ses idées reçues.

X.D