La question de la dette souveraine est au centre d’une actualité turbulente. Le vertige des chiffres plaqués sur des notions souvent mal maîtrisées pervertit le sens d’une réalité. Pour imposer sa lecture de la crise et ses solutions régressives, le discours néolibéral voudrait masquer la situation objective que traverse l’Europe : celle d’une fuite en avant dans le cercle vicieux de politiques d’austérité pour les peuples au motif de rassurer les marchés financiers et, en fait, pour mieux les gaver. 

Mettre à nu ce discours suppose quelques précisions sur la dette et son évolution en France et en Europe. Les questions à choix multiples et les nombreux graphiques qui appuient la présentation pédagogique de la question dans l’ouvrage récent de Raphael Didier « comprendre la dette » – éditions ellipses, septembre 2011 - peuvent y aider.

Vous y trouverez, sans vous y perdre, des éléments de cadrage sur les notions basiques et les chiffres. Parmi bien d’autres : la LOLF, le montant du poste « dette publique et garanties de l’Etat », la part des différentes recettes fiscales, la définition du déficit budgétaire, celle de solde public, intégrant plus largement celui des administrations publiques, celle de déficit public  notifié au sens de Maastricht qui sert de référence commune, la dette publique, son montant, sa gestion, à ne pas confondre avec la dette extérieure… Avec un état des lieux chiffré des finances publiques en Europe et dans le monde. D’une lecture agréable et accessible, le livre permet de sortir des lieux communs sur la dette publique et d’aborder le fond des choses.

C’est l’objectif de l’AGAUREPS-Prométhée qui abordait hier ces questions dans un débat permettant de revenir sur les derniers rebonds de la crise du néolibéralisme.en Europe et dans le monde. 

Une analyse dans un dialogue ouvert qui permet d’identifier les scénarios de sortie de la crise du capitalisme financier mondialisé comme l’exprime cet extrait du compte-rendu du secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée, Francis Daspe. 

Le grand débat : Entre crise et alternatives, faire sauter les verrous européens

X D introduit la question mise en débat. Il note le singulier de crise et le pluriel d’alternatives. C’est l’assurance d’un débat riche qui contribuera à déranger le petit confort des pratiquants du politiquement correct et de la pensée unique.

Une première partie est consacrée à la compréhension des mots clés. Les notions de dette et de déficit font par exemple l’objet de très larges précisions. Elles servent malheureusement trop souvent à alimenter des peurs visant à impressionner les peuples afin de réduire leur capacité de réaction. Le tournant de la rigueur de 1983 fut déterminant.

Un second temps est réservé au diagnostic de la situation et à l’inventaire des problèmes à l’origine de la crise. Tour à tour sont abordés la responsabilité de la finance américaine, les tentatives dérisoires de moraliser la capitalisme, les coupables dérives spéculatives des banques, les politiques de déflation salariale, la construction de l’Europe contre les peuples par le biais d’une méthode se perpétuant de Monnet à Merkel, le recours aux délocalisations et à toutes les formes de dumping etc… Il est rappelé que cette crise est surtout une crise du partage des richesses.

Une troisième séquence évoque les trois scénarios de sortie de crise. Le premier, porté par la Commission européenne, préconise la poursuite de politiques néolibérales extrêmement dures pour les peuples. Il conduit à une impasse.  Un second scénario intègre l’hypothèse d’un éclatement de la zone euro avec la sortie de pays du Sud de l’Europe. Les distinctions entre monnaie unique et monnaie commune sont alors précisées. Un dernier scénario envisage comme seule solution de changer l’Europe ou de changer d’Europe. Les conditions nécessaires à ce défi sont listées et examinées. Toutes nécessitent de faire sauter les verrous, et notamment le plus important d’entre eux, la Banque centrale européenne. Cette alternative est incompatible avec la vision à court terme d’un capitalisme financiarisé prédateur.

En définitive, il importe d’inverser rapidement le rapport de force entre capital et travail. Le vrai verrou à faire sauter, c’est celui de la reconquête de l’hégémonie culturelle perdue depuis plusieurs décennies devant l’offensive libérale. L’AGAUREPS-Prométhée, fidèle à sa raison d’être, s’y emploie résolument.

Des Actes plus développés et circonstanciés seront rédigés et permettront de retranscrire la grande richesse des débats.