La constance des positions de Jean-Pierre Chevènement légitime sa candidature. Depuis des années, contre vents et marées, il a défendu des idées simples : une monnaie moins chère, une politique de réindustrialisation, un Etat fort, des règles claires pour nos concitoyens dans une République redressée, une politique étrangère indépendante.

[Le fil de la campagne n°7] Contre les vents dominants
La campagne est lancée depuis quelques semaines et, malgré les pressions, Jean-Pierre Chevènement réaffirme avec force sa candidature, plus que jamais légitime. « La gauche doit élever la conscience des citoyens. C’est la raison pour laquelle je suis candidat », a-t-il expliqué dans un long entretien à Mediapart.

« Et je pense être légitime pour le faire, étant donné l’ancienneté de mon opposition au tournant libéral, dès 1983, à la politique de la monnaie forte, à l’abandon de la politique industrielle, à l’application de l’acte unique à travers la libération des mouvements de capitaux, puis à la monnaie unique en 1992, qui m’a amené à quitter le PS. »

« Je suis d’abord un républicain »

Jean-Pierre Chevènement avait alors une grande longueur d’avance, en terme d’analyses et de propositions. « Tout ce qui s’est passé depuis 2008 m’a malheureusement donné raison », a-t-il rappelé lors d’un échange avec d’anciens partisans, retranscrits dans la revue Causeur. « Presque tous les dirigeants, de droite comme de gauche, se retrouvent coincés par les effets de la dérégulation à laquelle ils ont prêté la main ».

Désormais, pour surmonter cette crise profonde, il faudra rassembler « et au-delà de la gauche ». Jean-Pierre Chevènement affiche clairement son appartenance à la gauche, mais aussi son indépendance : « bref, je suis d’abord un républicain ».

Et la République est menacée de nombreux périls. Ces derniers jours encore, le vote du texte de loi réprimant la négation des génocides a porté atteinte à la liberté d’expression. Ce texte porte la marque de « la perte du sens de l’intérêt national et de la capitulation face aux lobbies », comme le déplore notre candidat sur son blog.

En direct sur Twitter

Grâce à vous, ces idées républicaines prennent de l’ampleur. Continuez de nous faire parvenir les questions et rumeurs qui circulent sur la candidature de Jean-Pierre Chevènement. L’équipe de campagne y répond sur le blog Vrai/Faux, à vous d’y puiser vos prochains arguments ! Les derniers en date rétablissent les faits sur ses positions concernant la dissuasion nucléaire, le siège de la France au conseil de sécurité de l’ONU, l’Europe ou encore l’éducation civique.

Mercredi 28 décembre, il défendra ses idées dans l’émission Bourdin 2012, diffusée à 8h30 sur BFMTV et RMC.

Quelques moments forts sont d’ores et déjà programmés pour janvier. Notez dans vos agendas le mardi 3, date à laquelle Jean-Pierre Chevènement répondra en direct sur son compte Twitter aux questions des internautes, avec le hashtag #che2012.

Il sera aussi l’invité le 18 janvier de YouTube Elections 2012, un programme en partenariat avec l’AFP, le CFJ et Twitter. Très présent sur le web et dans les médias, Jean-Pierre Chevènement l’est aussi sur le terrain, avec des déplacements à Marseille et à Strasbourg, respectivement les 11 et 19 janvier prochains.

D’ici là, bonnes fêtes de fin d’année à tous !