L’édito de Jean-Claude Guillebaud dans Sud-Ouest Dimanche 

http://www.sudouest.fr/2012/04/08/ce-que-revele-melenchon-682355-3609.php

 

L’envolée de Jean-Luc Mélenchon laisse les commentateurs sans voix. Moi, je ne la trouve pas si surprenante que cela. Reprenons l’analyse à son commencement. Oui, on est bien d’accord : il est nécessaire d’adapter la France aux nouvelles réalités mondiales. Tout citoyen sensé comprend cela. Il n’empêche ! Ce thème de l’adaptation, rabâché depuis des années et repris en chœur dans la campagne électorale, en devient désespérant. Pas un commentaire, pas un discours qui ne répète inlassablement la même injonction : s’adapter, s’adapter, s’adapter. Et cela, sur le ton chagriné d’un prof admonestant des cancres. Trop, c’est trop.

D’accord pour admettre que le temps a passé depuis les Trente Glorieuses et que notre État providence est devenu trop coûteux. Mais il faut savoir jusqu’où ce simple constat peut nous amener. À renoncer à la lutte contre les injustices ? À ne plus protéger les plus faibles ? Là est bien la question. Nous risquons de ne plus avoir de « projet » du tout, et de nous contenter de gérer le présent.

Depuis l’effondrement du messianisme communiste et la chute du mur de Berlin, une pure « activité », moins soucieuse des fins dernières et parfois même indifférente au sens, nous occupe collectivement. Consensus libéral, prévalence de l’argent, thésaurisation précautionneuse et vision du monde désabusée : tel est le nouveau paysage. Quant au reste… Les idées porteuses de desseins collectifs semblent évanouies. Elles suscitent la moquerie des gens « sérieux ». La représentation de l’avenir s’est brouillée, l’immédiateté prévaut (disons, le court terme) et le grand marché triomphe.

Allons ! Les riches n’ont plus beaucoup de raisons d’avoir peur, et les pauvres s’habituent déjà à ne plus rien espérer. C’est peu de dire que le projet d’un monde meilleur a cessé d’être d’actualité. En vérité, l’espérance historique elle-même est souvent présentée comme un concept dépassé. Espérance et volonté : rien ne nous paraît plus étranger à la nouvelle marche de l’Histoire que ces deux anciennes prétentions de l’esprit public. Sans nous l’avouer, nous sommes tout près d’accepter l’idée selon laquelle le monde est principalement gouverné par des fatalités sur lesquelles nous avons peu de prise : marchés financiers, commerce international, réseaux immatériels. Tout se passe comme si des forces incontrôlables venaient limiter nos ambitions et désenchanter nos rêves.

L’heure n’est plus au changement programmé mais aux adaptations consenties. À la place de ce mot, on pourrait employer celui de « capitulation ». Il serait plus juste. Le mérite individuel ou collectif ne s’évalue plus selon la capacité de résistance au réel, mais en fonction d’une plus ou moins grande docilité dans l’accommodement. Accepter le monde tel qu’il est ; apprendre à rengainer son énergie ; donner la préférence aux souplesses modestes et aux sacrifices obéissants : le nouveau catéchisme occidental est sans ambiguïté. Il nous enjoint de faire contre mauvaise fortune bon cœur et d’obéir aux injonctions du monde. Avant-hier, c’est le monde lui-même que nous entendions faire plier. Aujourd’hui, nous sommes encore plus fiers de nos accommodements – preuves notoires de clairvoyance – que nous ne l’étions, naguère, de nos révoltes. Oui, le temps s’est retourné comme un gant. L’époque promeut maintenant cette grise vertu : la reddition en rase campagne.

Nous ne sommes pas loin de croire que l’histoire du monde elle-même n’obéit plus qu’à d’obscurs déterminismes anthropologiques ou marchands, et non point à la « naïve » volonté humaine. Nous sommes à deux doigts de renoncer peureusement – et explicitement – au ressort même du projet politique. Chez nous, la simple et modeste démocratie – cette ambition de collaborer à son propre destin – s’étiole peu à peu, à mesure que les citoyens se découragent.

Dans de telles conditions, seuls les étourdis et les imbéciles peuvent s’étonner du succès de « Mélenchon-qui-dit-non ».