« Je pense que nous mesurons tous le caractère extraordinaire de ce que nous allons entreprendre ensemble. En ayant reçu tant de gestes de fraternité, j’ai bien compris que vous m’accueillez pour la bataille qui s’annonce. Mais une bataille menée avec la raison, les arguments ; il n’y aura pas de bataille de chien.
[…] Nous sommes pour l’instant la deuxième force de gauche. Mais pour ce qui est de la clarté des perspective et de la force des idées, nous sommes la première.
Ce pays a été martyrisé par le libéralisme, il n’y a pas d’autres mots. Quelques soit les efforts de vos élus locaux, la solution est nationale et internationale. La loi peut rendre impossible que les patrons voyous saccagent le tissu industriel. La loi peut les punir. Dans la bataille que nous allons mener vont se confronter deux visions de la sortie de crise. Comme en Europe. Je ne viens pas faire semblant que je vais sortir de ma musette des emplois, des usines. Non, nous allons demander à chacun de répondre à cette question : le problème c’est les immigrés ou les banquiers ? C’est les immigrés qui ferment les usines ? Non. Si vous voulez vous interdire les licenciements boursiers, votez Mélenchon et Poly.
[...]
La bataille face au Front National est indispensable. On me dit : vous en faites une fixation, une affaire personnelle. Mais c’est une affaire collective ! Le glissement de la droite vers l’extrême droite, je ne l’ai pas inventé. Quand on en attaque un on attaque l’autre. Et oui je viens mener bataille contre la droite, car je suis la gauche. Je mets au défie madame Le Pen. Mais avec des arguments, ayant un débat. Car nous misons sur l’intelligence et le cœur de chacun. Rue par rue, porte par porte, nous allons nous y mettre, dans toute la circonscription.  
Et je demande aux socialistes de mettre de côté les batailles locales, les querelles, les tricheries aux élections… Il faut lancer une rénovation pour rassembler chaque conscience de gauche. Quiconque vote pour nous ne s’engage pour rien d’autre que pour l’Humain d’abord.
Je veux aussi vous dire que c’est une fierté, un orgueil pour moi d’avoir été votre candidat aux présidentielles. Et comme je suis fier aujourd’hui d’être le candidat des communistes du Pas de Calais. Nous ne sommes pas ici sur les terres de Madame Le Pen. Ici c’est la gauche, c’est le drapeau rouge, la résistance. »