En lançant son tweet, la compagne du chef de l’Etat fait coup double :

-elle détourne nos concitoyens des vraies questions stratégiques quand l’UMP dessine lentement mais sûrement une perspective d’alliances avec le F.N;

-elle embarrasse le nouveau président drapé jusqu’alors dans une saine attitude morale et politique qui tranche avec l’affairisme et la fébrilité de son prédécesseur.

Sur le terrain politique ce sont bien là deux constats essentiels de nature à brouiller l’effort de clarté entrepris par une gauche de gouvernement en responsabilité. Ces dommages collatéraux pèseront bien plus lourds que les effets supposés attendus de la part de la première twitter de France. Car si rien n’interdisait à la compagne de François Hollande d’avoir ses préférences personnelles, le canal médiatique grand public de leur diffusion paraît bien déplacé…

L’inélégance de ce geste inopportun crée un effet boomerang immédiat. Et, à y regarder de plus près, il pourrait même desservir le challenger de Mme Royal. Le choix du silence reste la meilleure arme d’une candidate qui réserve ses flèches à ses ennemis naturels de tous poils : ceux-là même qui voudraient  tout de go déstabiliser la présidente de Poitou-Charente et la candidate au perchoir de l’Assemblée nationale. Saluons donc cette attitude de Mme Royal qui traverse cette tempête avec la dignité d’un souverain.

X.D