Plus que jamais, cette période met à nu les antagonismes fondamendaux entre les intérêts populaires et ceux de la finance. Cette semaine c’était les mineurs asturiens qui protestaient à Madrid, à l’issue d’une longue marche, contre la politique de désengagement de l’Etat dans le soutien indirect à la production de charbon, ce qui menace à terme leur emploi. Une illustration parmi d’autres de la perte des moyens de financement qui conduit partout en Europe à l’adoption de plans d’austérité drastiques alimentant l’effet récessionniste. Et, en Europe, la protestation populaire va croissant avec une spirale de répression inquiétante à l’exemple des violences policières à Madrid.

S’il n’est point question de laisser s’enfermer les mouvements de protestations populaires dans le cercle vicieux de la violence, la  critique des armes ne saurait dispenser de l’arme de la critique. C’est pourquoi il convient à toute la gauche d’être à la hauteur de la situation. Les résultats du dernier sommet européen ne font pas le compte en matière de croissance comme l’analyse fort précisément l’économiste Jacques Sapir dans son article pour Marianne retranscrit sur ce blog. Et la perspective, dans ce contexte, d’une ratification par la voie parlementaire du pacte de stabilité budgétaire, imposant en prime la règle d’or, pourrait être vécue comme une attaque en règle des promesses de la gauche.

On conviendra des faibles marges de manoeuvre des pouvoirs publics sans sombrer dans le défaitisme. C’est toute la difficulté de la période que de retrouver l’initiative politique et citoyenne pour avancer sur de nouvelles bases. De ce point de vue, on peut se réjouir de la position du ministre du redressement productif sur le dossier Peugeot. La défense de l’emploi et de l’industrie française est une même et seule cause. Elle situe bien la convergence d’intérêt des travailleurs, des consommateurs et des pouvoirs publics dans le combat contre la désindustrialisation de la France. Elle doit être portée par une forte mobilisation citoyenne pour préserver la souveraineté populaire.

X.D