Mère Teresa canonisée par le pape François en raison de son engagement auprès des plus humbles, cela marque l’opinion à juste raison. Nous lui préférions sœur Emmanuelle (1) dont la bonté se dégageait de sa petite voix grêle toujours juste  pour parler de l’Autre.  Cette altérité nous la rencontrions aussi chez une Geneviève Anthonioz De Gaulle,  dans l’univers associatif humanitaire, une Lucie Aubrac dans l’épopée de la résistance ou une Colette Audry dans le monde des lettres, de la philosophie et de l’engagement en politique. Ces grandes figures féminines  tutélaires disparues offrent autant d’exemples de capacité de dons d’authenticité et de réciprocité auxquels nous sommes particulièrement sensible.

En ce sens nous gardons, chevillé au corps et gravé dans notre cœur, la mémoire de Danielle Mitterrand qui nous enseigna la vraie liberté : « L’homme libre est celui qui aide l’Autre à le devenir » (2). Cette devise offre un condensé de philosophie altruiste et nous tient lieu de boussole. De la même façon que cet emblématique « logo » de France-Libertés dans un arbre stylisé unissant le houppier du chêne et de l’olivier : la justice et la sagesse.

Cet olivier au tronc tortueux, volumineux et au ramage bien fourni de branches aux feuilles argentées, offert en l’honneur de mon entrée dans une nouvelle décennie, ne cesse de combler mon regard. Olivier rêvé de longue date et planté devant mes lieux favoris de lectures et d’échanges sous la diligence de la femme aimée dont je partage la vie. Je n’aurai pas de mots assez forts pour lui signifier toute ma gratitude envers ce geste hautement symbolique à mes yeux. Au delà du plaisir esthétique, ne traduit-il pas  nos justes et complices sensibilités dans ce regard sur le monde, ces engagements communs et l’expérience de nos vies partagées et réenchantées par ces moments heureux d’intimité? Autant d’occasions de vivre ensemble cet héritage d’une culture et de références qui continuent à guider nos pas.

Ce temps d’anniversaire ne pouvait qu’inspirer ce titre à la résonance existentialiste (je l’emprunte à ce titre d’un livre à paraître d’un philosophe, présenté dans une émission matinale radiodiffusée : inventer sa vie). Il vient opportunément interroger le sens de nos vies, de nos engagements, de nos rapports aux autres et à travers eux, à nous-même.

La période aurait pourtant bien des raisons de nous désoler dans cette débauche d’exhibition de vies privées à des fins électoralistes ou de voyeurisme médiatique! Loin de la sérénité de nos beaux exemples. La sortie précipitée d’un ministre en marche vers la conquête élyséenne qui s’offre à voir en couverture de Paris Match, en tenue de plage, tenant la main de sa compagne qui fut jadis sa professeure, ne provoque en moi aucun sursaut d’émotion et d’estime. Bien au contraire! Prendrait-on nos concitoyens pour des idiots dans ce renversement de sens à tous les niveaux?

Gardons donc nos idéaux et nos raisons d’agir dans la continuité et l’unité de nos vies. Sachons assumer avec dignité les épreuves de l’existence. Ne cherchons aucunement la renommée ou la notoriété au prix des renoncements ou des trahisons. Le bien le plus précieux n’est-il pas celui de cette reconnaissance dans nos combats de tous les jours, ici et maintenant? Dans ce dépassement de la contradiction millénaire entre l’égoïsme et l’altruisme, par le sentiment de participer à une œuvre plus grande que nous? Autant de raisons d’assumer notre humaine condition dans l’amour de l’humanité et l’ambition de servir. Et dans le sillon des autres, d’inventer sa vie…

Xavier Dumoulin

(1) Pour ses 60 ans de vie religieuse au Caire, Sœur Emmanuelle souhaitait un rassemblement large, avec des personnes issues de tous milieux et de toutes religions, d’où cette rencontre entre Danielle Mitterrand, alors femme du président de la République Française, et une femme musulmane, sous l’égide d’une soeur Emmanuelle très en verve.

A lire sur le blog citoyen

« L’Homme libre est celui qui aide l’Autre à le devenir » – Danielle Mitterrand Présidente de la Fondation France-Libertés