image : Affiche Mont de Marsan Sculptures 10 - 2016Les oeuvres du sculpteur Mauro Corda prochainement exposées à Mont de MarsanAfficher l'image d'origine

Mauro Corda
A partir du 8 octobre, dans les rues de Mont-de-Marsan, l’exposition « Visages » met l’humain au coeur de la 10ème édition de « Mont-de-Marsan Sculptures ». Les oeuvres de Mauro Corda seront ainsi exposées aux côtés de celles de Charles Despiau, Christophe Charbonnel, Lisbeth Delisle, Diadji Diop, Jan Fabre, Annick Leroy, Laurent Reynès, Virepinte D., Camille Claudel, Igor Mitoraj, Auguste Rodin…Organisée depuis 1988, la triennale « Mont-de-Marsan Sculptures » décline, autour d’une thématique particulière, une série d’expositions et d’installations sur un parcours urbain, en écho au fonds de sculptures figuratives du Musée Despiau-Wlérick.Du 8 octobre au 6 novembre 2016, l’exposition « Visages » présentera une sélection d’œuvres et d’installations d’artistes modernes et contemporains positionnés le long d’un parcours piéton entre la Minoterie et les berges de la Midouze, le musée et ses jardins, ceux du Presbytère et du Conseil départemental, les jardins de la Villa Mirasol et la Rotonde de la Vignotte.

J’ai beau tourner et retourner ma carte d’invitation à l’inauguration de la dixième édition de Mont de Marsan sculptures intitulée « Visages », je ne vois que d’affreuses grimaces dans ces expressions faciales visqueuses en forme de ballon de foire d’un vert cru, tourmentées et suspendues à un fil qui les retient…(1)

Je les retrouve aussi sur de grands panneaux publicitaires, à l’entrée de ma ville, ces sept visages qui rivalisent de laideur pour annoncer l’évènement culturel de l’automne. Dans un premier temps, j’ai vécu cette rencontre avec l’image comme un choc s’accompagnant d’un sentiment de rejet esthétique. Cette agression primitive a évolué au fil des jours et de mes passages devant ces icônes. J’en suis revenu à plus de sérénité envers ces odieuses créatures. Et même à considérer que sur un plan commercial, je veux dire en terme d’accroche, il y aurait peut être là quelque chose de génial qui ne laisse pas indifférent.

Prochainement exposées dans la rue, l’affiche annonce des œuvres de Corda (2), Charbonnel, Claudel,  Delisle, Despiau, Diop, Fabre, Leroy, Mitoraj, Reynès, Rodin et Virepinte. Si mon amie montoise regrettée, Béatrice, talentueuse critique d’art, était encore avec nous, je me serais naturellement tournée vers elle pour me faire expliquer cette fascination pour la laideur. Peut être m’aurait-elle rassurée quant à mes réactions viscérales ou bien, au contraire, accompagnée dans un cheminement initiatique, pour regarder autrement ces faces répugnantes qui inspirent jusqu’au dégoût.

A la réflexion elles appellent à plus de respect quand on songe à ces visages tourmentés des bourgeois de Calais du musée Rodin et à bien d’autres œuvres de haute signature dans le sillon de Claudel…

J’en viens tout de go à une éloge de la laideur par ces temps sans clarté, avec ces catastrophes humanitaires dans un monde apocalyptique en proie au fondamentalisme annoncé il y a peu dans un roman couronné par l’académie française. De l’art à la littérature, du monde de l’esprit aux choses de la vie, cet obscur horizon qui s’annonce dans ces visions prophétiques d’un chaos universel, rappelle l’apocalypse de Saint-Sever. Une autre façon artistique d’évoquer cette fin du monde qui hante les esprits depuis les temps anciens.

Entre laideur et désespérance, il pourrait y avoir quelques connivences. Mais ce serait sans doute bien réducteur de considérer avec tant de trivialité ce message pathétique d’un art qui ne flirte qu’en apparence avec le mauvais goût. Rappelons-nous pour nous consoler l’ouverture puis la chute rédemptrice de ce poème de Baudelaire : « une charogne » (3)

Xavier DUMOULIN

(1) « Ses ballons nous emmènent à la porte des rêves illusoires, mais la chute est là, rire sarcastique, grimace d’écoeurement. Rouges, bleus, oranges, verts, jaunes, ils nous dévisagent du haut de leurs piques, ces Ballons suspendus. C’est comme à la fête foraine, l’ambiance n’y est plus, on n’y croit plus, on fait semblant de s’amuser, on mise en sachant qu’on ne peut que perdre ; il y a là comme un relent de mort annoncée. »
Thierry Delcourt, psychanalyste et critique d’art

(2) Le Torero, Mauro Corda, un bronze de 3,20m de hauteur a été commandé par la ville de Mont-de-Marsan à la suite d’une exposition du Musée Despiau-Wlérick (1991). L’attitude cambrée du torero, son visage, aux traits anguleux reflètent la noblesse et la force (cf l’illustration de notre billet  L’esprit du Sud face au droit animalier, à l’éthique animale et à « l’idéologie végane »)

(3) Une charogne

Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme, Ce beau matin d’été si doux : Au détour d’un sentier une charogne infâme Sur un lit semé de cailloux, Les jambes en l’air, comme une femme lubrique, Brûlante et suant les poisons, Ouvrait d’une façon nonchalante et cynique Son ventre plein d’exhalaisons. Le soleil rayonnait sur cette pourriture,……Quand vous irez, sous l’herbe et les floraisons grasses, Moisir parmi les ossements. Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine Qui vous mangera de baisers, Que j’ai gardé la forme et l’essence divine De mes amours décomposés !