C’est sous cette interrogation que Hervé Morin, journaliste, conclut provisoirement ses réflexions dans un article du Monde du 21 octobre dernier. Les singes capucins du parc national de la serra da Capivara dans l’Est du Brésil ont été filmés en train de fabriquer des éclats de pierre pour en « lécher illico la poussière avec avidité ». « Le singe s’empare d’un caillou pour en frapper un autre (et) le fracturer ».

Ces révélations ne manquent pas de déstabiliser nos modestes connaissances sur la plus ancienne utilisation de la pierre chez le kenyapithèque qui nous a livré ses ossements associés à des pierres et à des os intentionnellement brisés (1). L’idée d’un détournement de sens de ces découvertes majeures qui permettaient de situer le travail de la main de l’australopithèque avant celle de l’homo habilis a de quoi nous inquiéter.  Les gisements d’outils tranchants fabriqués avec des galets pourraient bien être la simple trace d’une frénésie de gourmandise sans autre objet!  (2)

Selon un spécialiste de l’Ecole d’archéologie d’Oxford la découverte du geste du capucin, ce « Sapajus libidinosus » qui crée des éclats par inadvertance et non dans l’objectif de s’outiller, soulève de nouvelles questions quant à l’apparition des premiers outils de pierre. Sans remettre en cause l’attribution des outils lithiques à des hominidés, elle nuance les distinctions sommaires établies pour caractériser les assemblages lithiques produits par les lignées pré-humaines. Les éclats de pierre éfilés ne peuvent plus être associés de façon implicite à la production intentionnelle de pierres destinées à la découpe.

Heureusement les archéologues savent lire le caillou taillé et « retrouver la mémoire de l’intention qu’il porte en lui » au travers de l’examen du tranchant de ces outils qu’ils aient servis à découper de la viande, tailler de la peau ou casser des os.

Mais s’agissant des récentes découvertes de pierres taillées dans un site de 3,3 millions d’années au Kenya, on peut tout de même s’interroger sur l’hypothèse d’une fabrication accidentelle par des singes archaïques, lointain ancêtres de ce capucin, ce « Monsieur Jourdain de la pierre taillée ».  Ainsi va le monde au fil de nos découvertes… (3) Décoiffant non?

Xavier Dumoulin, 23 octobre 2016

(1) On retrouve en Afrique et en Eurasie des traces d’outillage et de restes fossiles de cet homme debout qualifié d’homo erectus. Découvert initialement à Java en 1891, il fut surnommé homme-singe – « pithécanthrope » – mais il possédait en fait l’essentiel des caractéristiques humaines comme l’attestent les découvertes de l’homme de Mauer, de Pékin et du premier homo erectus trouvé sur les bords du lac Turkana en Afrique. Apparu voici 2 millions d’années, il se transforme progressivement en une forme plus évoluée. Ce présapiens vit en Asie, en Afrique et en Europe ; l’homme de Swanscombe en Angleterre et celui de Steineim en Allemagne annoncent l’homo sapiens. (Notes de Xavier Dumoulin)

Homo habilis inventeur de l’outil?

Homo habilis est contemporain des industries de pierre taillée, nommées oldowayennes. Celles-ci comportent des objets simples taillés généralement sur une seule face pour confectionner un outil (galet aménagé) ou pour obtenir des éclats tranchants.

Ces outils devaient lui permettre de découper des morceaux de viande ou de casser des os. Mais Homo habilis a coexisté avec certaines formes robustes d’Australopithèques, les Paranthropes. Certains scientifiques envisagent que ceux-ci étaient également capables de fabriquer des outils de pierre taillée. La découverte en 2015 de tels outils sur le site de Lomekwi 3 dans la région du lac Turkana au Kenya, datant de 3,3 millions d’années a bouleversé l’hypothèse selon laquelle l’apparition des outils de pierre serait liée à l’émergence du genre Homo.

( Extrait de la note Wikipédia  )

(2) Si l’on situe l’existence des primates à quelques 70 millions d’années, les premiers singes ne remontent qu’à 30 millions d’années. La plus ancienne utilisation de la pierre serait due au « Kenyapithèque », singe d’Afrique proche du « Ramapithèque ». L’étude des gisements d’os humains et de pierres travaillées par la main de l’homme constituent la base documentaire sur la préhistoire qui démarre véritablement avec « l’Australopithèque ». Ainsi connaissons-nous « Lucy » qui vivait il y a 3,5 millions d’années en Tanzanie. Sa découverte en 1974 après celle de l’enfant de « Taung » en 1924 permet de ranger « l’Australopithèque » du côté de l’homme. « Sont-ils nos ancêtres directs? s’interrogeait le regretté A.Leroi-Gourhan. la question est superflue répondait-il avec assurance! »

Les derniers « Australopithèques » disparaissent il y a 1 million d’années après avoir cohabité avec leur rival : l’homo habilis apparu il y a 3 millions d’années. Ce dernier fabrique des outils simples avec des galets dont il fait des outils tranchants.

L’homme de « Néanderthal » – dont on a découvert en 1856 le fémur et la calotte crânienne dans la vallée du Néander en Allemagne – constitue l’avant dernier maillon de l’évolution. « L’homo sapiens sapiens » va bientôt le supplanter. Apparu il y a plus de 100000 ans, sa disparition, il y a 35000 ans reste mal élucidée.

L’espèce de « Cro-Magnon » (trouvé à l’abri de Cro-Magnon en Dordogne) mais aussi en Allemagne et en Tchécoslovaquie se caractérise par sa grande taille et son cerveau identique au notre. c’est le début de l’Homo sapiens sapiens qui va se diffuser sur toute la terre, gagnant à pied l’Alaska puis l’Amérique du Nord par le détroit de Béring alors découvert des eaux ( le niveau de la mer était de 85 mètres plus bas). Cet homme essaime jusqu’à l’Australie sans doute à bord d’embarcations à partir de l’Asie du Sud est. Ainsi se développent à partir de groupes isolés des races différentes. (Notes de Xavier Dumoulin)

(3) « Mais qu’en est-il des tous premiers outils, de facture bien plus fruste, retrouvés en Afrique de l’Est? » s’interroge l’auteur de l’article du Monde. « En 2015, l’annonce de la découverte de telles pierres taillées dans un site de 3,3 millions d’années près du lac Turkana, au kenya, par l’équipe de Sonia Harmand avait fait sensation. a cette époque reculée, le genre humain n’était pas encore apparu, et seuls des australopithèques ou le mystérieux Kenyathrope arpentaient la région.

Les premiers outils n’auraient donc pas été façonnés par nos ancêtres directs. Pourraient-ils l’avoir été, accidentellement par des singes archaïques, lointains cousins des capucins? » Extrait de l’article précité du Monde du 21 octobre écrit par Hervé Morin

A lire aussi sur le blog citoyen

L’écho des savanes dans la nuit des étoiles

 

Habilis et érectus – que l’on croyait enchaînés par  un heureux engendrement  – auraient bel et bien cohabité  pendant près de cinq cent mille ans, en Afrique de l’Est,  il y a un millon et demi d’années. Cette découverte récente infirme donc la thèse préexistante d’une filiation chronologique pré-humaine faisant d’homo érectus l’enfant métamorphosé d’homo habilis. Pour mémoire, nous connaissions Lucy, notre antediluvienne arrière grand-mère australopithèque - cette chérie de l’anthropologue Yves Coppens - et savions qu’elle avait cohabité avec homo habilis, ce fabricant d’outils simples et tranchants à partir de galets. Ce dernier, avais-je cru comprendre, s’était développé sur plus de trois millions d’années pour s’épanouir pleinement et donner forme au pré-sapiens érectus, annonçant lui-même le  néanderthalien, ce sapiens à part entière, présent dans nos contrées avant l’avènement de son lointain cousin  sapiens sapiens, ce Cro-Magnon civilisé du paléolithique supérieur dont nous sommes les purs produits en tant qu’homme d’esprit, selon les dires du très regretté Leroi-Gourhan qui se moquait par ailleurs de cette désignation par trop flatteuse “d’homme de la totale sagesse”.

Depuis Boucher de Perthes et Darwin la connaissance de la préhistoire ne cesse de s’enrichir de théories révolutionnaires. Ces géniaux concepteurs d’une préhistoire matérialiste eurent tous deux maille à partir avec la sainte Eglise  avant que l’ingénieux abbé Breuil, premier grand admirateur de l’art pariétal, cet ornement magique ou religieux de la grotte de Lascaux, baptisée chapelle sixtine de notre préhistoire, ne réparât définitivement, un siècle plus tard, cette offense à l’intelligence humaine.

Une précédente découverte  avait déjà ébranlé, tout récemment, beaucoup de nos certitudes. Néanderthal que l’on croyait disparu pour cause de déficience immunitaire, aurait en fait été supplanté par son concitoyen, Cro-Magnon, en raison de son esprit pacifique, ce que le trop calculateur sapiens sapiens sut sans doute mettre à profit. Pour preuve, les traits de notre présente humanité qui récompense les rusés et les bellicistes plus qu’elle n’encourage les hommes de bonne volonté, n’en déplaise à Rousseau. Faudrait-il pour autant se ranger derrière les théories génétiques remises fort malencontreusement en honneur ces derniers temps? Ah! L’inné et l’acquis, l’animal et l’homme, la nature et la culture,   la tradition et le progrès, le diable et le bon Dieu, la transcendance et l’immanence, l’idéalisme et le matérialisme…

Dans ces temps lumineux favorables à l’observation des astres, un peu de métaphysique aiguise nos réflexions de philosophe profane.   Autant de sujets qui renvoient aux interrogations multiséculaires sur notre humaine condition. On sait depuis Montaigne se montrer modérément optimiste tout en  restant profondément humaniste. N’est-ce point, après tout, une posture bien raisonnable pour qui veut ménager un avenir humain? Savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va tout en sachant s’arracher à notre primaire enfance pour devenir des hommes accomplis…

Xavier DUMOULIN, le 29 octobre 2007