Notre communiquant surdoué qui trouve un puissant levier dans la marche en avant de son mouvement vers la conquête de l’Assemblée nationale,  à quelques jours de l’élection, aurait été mieux inspiré à plus de retenue dans des propos récents très décalés.

Lors d’une visite au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique (Cross) d’Etel (Morbihan), un officiel évoque différents types d’embarcations: «Il y a des tapouilles et des kwassa-kwassa». «Ah non, c’est à Mayotte le kwassa-kwassa», relève alors Emmanuel Macron. «Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent», plaisante-t-il. Après un bref silence, il ajoute: «Les tapouilles, c’est les crevettiers».

Une vidéo diffusée vendredi soir sur TMC témoigne du propos. De fait, les kwassa-kwassa sont régulièrement utilisées par des migrants de l’archipel indépendant des Comores pour gagner Mayotte, sur ces frêles embarcations sources de décès suite à des naufrages.

Sans tomber dans un jugement moral étroit, cette petite phrase empreinte d’indécence trahit un manque certain de tact humain! Elle fait chavirer l’image présidentielle en  eau trouble et suscite de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Xavier DUMOULIN

Si Sarkozy président avait prononcé cette phrase face caméra, le tollé aurait été gigantesque. « du » comorien. 12 000 morts. Et là… insensé https://twitter.com/le_Parisien/status/870899454265753600 …