La « charte de transparence relative au statut du conjoint de Chef de l’Etat » est en ligne sur le site de l’Elysée. Le rôle de l’épouse du chef de l’Etat est ainsi précisé :

Elle « assure la représentation de la France, aux côtés du Président de la République, lors des sommets et réunions internationales », »invitée comme tous les conjoints de chefs d’Etat ou de chefs de gouvernement. » Madame Macron « peut également prendre part à des actions nationales et internationales, mises en place avec d’autres conjoints de Chefs d’Etat, notamment pour lutter contre le changement climatique ou encore les violences faites aux femmes et aux enfants. »

Elle « répond aux sollicitations des Français et des personnalités françaises et étrangères qui souhaitent la rencontrer » et répond aux courriers qui lui sont adressés.

Elle  « supervise la tenue des manifestations et réceptions officielles au sein du Palais de l’Elysée. »

Elle « soutient, par son parrainage ou sa présence, des manifestations à caractère caritatif, culturel ou social ou qui participent au rayonnement international de la France ».

Pour conduire ses missions, « l’épouse du Chef de l’Etat ne bénéficie d’aucune rémunération et ne dispose pas de frais de représentation » ni de « budget propre ».

« le cabinet du Président de la République. »reste à sa disposition avec notamment deux conseillers du Président de la République 

– Un conseiller spécial qui assure la fonction de directeur du cabinet de Brigitte Macron.
– Un conseiller qui exerce la fonction de chef de cabinet.- Un secrétariat est également mis à sa disposition

- La protection  de Madame Macron est assurée par le Groupement de sécurité de la Présidence de la République.

Tous « les coûts de fonctionnement associés au conjoint du Chef de l’Etat feront l’objet d’une présentation transparente dans la comptabilité analytique de l’Elysée, soumise au contrôle de la Cour des Comptes qui en rendra compte publiquement par un rapport spécifique. »

On observera la nouveauté du genre qui traduit cet esprit de transparence et de clarification au travers de cette formalisation. On passe de l’usage à la charte avec toutes les ambivalences du terme. Certes la mode est aux chartes, ces documents qui n’engagent que ceux qui les proclament. Et nous avions un peu oublié, malgré Carla Bruni-Sarkosy et le passage éphémère, en début de quinquennat, de la compagne de François Hollande, la place de la première dame de France à part entière.

Avec Madame Mitterrand et Madame Chirac, nous étions de plain pied dans une action soutenue qui perdure d’ailleurs au-delà du mandat de leur époux respectif. La fondation France-Libertés existe toujours après le décès de sa présidente et les célèbres opérations pièces jaunes continuent de venir en appui aux projets portés par les établissements sanitaires et médico-sociaux.

Pour avoir été l’un des présidents des comités relais de France-Libertés, je peux témoigner de la grande liberté de ton et d’action de la fondation qui trouvait dans son autonomie de réflexion et de développement de ses projets, une dynamique originale et un rayonnement certain en France et à l’étranger (1). En tant que « manager hospitalier », je mesure l’efficacité des aides aux projets par la fondation Bernadette Chirac-Hôpitaux de Paris.

Dans les deux cas ces actions vigoureuses et constantes se déploient, en toute autonomie politique, par le biais d’une fondation d’utilité publique reconnue et médiatisée. N’est-ce point là l’essentiel de la contribution féminine spécifique du couple présidentielle par delà les obligations mondaines ou de représentations que l’on retrouvent partout dans le monde? La personnalité de l’épouse constitue le principal vecteur de son action, laquelle bénéficie de la notoriété de ladite dame, avec, à l’évidence, le renfort d’opérations médiatiques. La charte participe de cette dynamique autour d’une Brigitte qui sait faire parler d’elle. Après le registre des considérations sur la psychologie du couple, vient le temps du statut de l’épouse du président à qui l’on souhaite de mener dans la continuité des exemples précédents sa mission au service des plus déshérités. Sans tomber ce faisant dans les travers de l’imagerie d’un conte de fée…

Xavier Dumoulin

(1) Cf la liberté d’expression et le caractère de Danielle Mitterrand qui nous accordait un entretien pour ce blog lors de la parution de sa dernière publication « le livre de ma mémoire »* :

Xavier Dumoulin  Alors, c’est ma dernière question : qu’est-ce qu’on peut faire aux côtés de votre fondation très concrètement pour ceux qui voudraient agir?

Danielle Mitterrand – Il faut tenir un discours qui entraîne les gens à résister au système actuel et puis pas seulement en mots mais en actions. Et aujourd’hui tous les jours il y a une possibilité de réagir contre ce système. Moi je ne spécule pas. Je n’ai pas une action (en bourse NDLR). Eh bien, que beaucoup de gens fassent comme moi et ils verront que ça finira par changer !

*Plus qu’un témoignage, « Le livre de ma mémoire » interpelle et ouvre des horizons, loin des conformismes et du prêt à penser… Danielle Mitterrand propose une alternative complète au néolibéralisme et appelle les citoyens à s’engager dans les combats majeurs. Elle puise dans la force de ses convictions sa capacité d’agir pour affirmer ses valeurs humanistes et œuvrer aux côtés des plus humbles pour l’avenir de l’Humanité.lelivredemammoire1.bmp