Guillaume Erner recevait hier, dans son émission Les matins de France-Culture, l’écrivaine Christine Angot, venue parler des violences sexuelles. L’animateur de l’émission introduit son sujet précisant que « dans une société dominée par les hommes, pleine de faux préjugés culpabilisants pour les victimes et informée par une presse en crise ne pouvant se permettre ni de lancer des accusations juridiquement bancales ni d’investir dans les longues enquêtes nécessaires pour les étayer, ce moment est à la fois rare et opportun ».

Ce temps autorise en effet au travers des  « turpitudes sexuelles des uns et des compromissions morales des autres » de mettre à jour « une réalité sociale, politique, légale et médiatique que beaucoup se refusent à voir en temps normal ».

Cette réalité des violences sexuelles que les Françaises vivent mais que les Français connaissent mal, était ainsi abordée par la romancière Christine Angot.

« On vit une période de séparation des hommes et des femmes, dans tous les domaines, et je ne pense pas qu’il faille l’accentuer en disant que les hommes sont des porcs et les femmes des victimes. Je pense que ces nouvelles assignations ne sont pas justes. Les hommes et les femmes sont humains. En revanche ces humains hommes et femmes vivent tous sous un régime de pouvoir, et ceux qui en jouissent, homme ou femme, ont une sérieuse tendance à en abuser. Donc là, on est dans l’abus de pouvoir, et c’est ça ce qui se passe. Et pourquoi la parole contre l’abus de pouvoir est difficile ? Ce n’est pas de parler, mais c’est de se dégager d’un pouvoir… »

Je conseille particulièrement l’écoute du podcast sur  Les matins de France-Culture. Le ton libre et l’esprit ouvert de l’écrivaine donne un abord ferme et subtile de ces abus de pouvoir et de ces violences, liant entre eux ces phénomènes médiatisés autour des crimes et délits sexuels dont est accusé le producteur américain de cinéma Harvey Weinstein. https://www.franceculture.fr/emissions/les-matins/christine-angot-programmes-scolaires

Le propos reste toujours équilibré et la critique systémique se refuse à la caricature car la prédation sexuelle qui violente en majeure partie les femmes n’est pas le seul fait des hommes dans une société de domination et les hommes ne sont pas tous des porcs. Ces réflexions sur la violence du pouvoir et de la domination font une juste part à la pluralité factorielle sans tomber dans la stigmatisation et la victimisation.

En écoutant Christine Angot nous approchons avec plus de pertinence ces réalités auxquelles, en tant qu’humain des deux sexes, nous sommes potentiellement confrontés dans un monde de violences symboliques, morales ou physiques qui excuse les comportements prédateurs, réduisant la victime du « charme du pouvoir » à un trophée ou un butin, . Nous sommes en pleine déshumanisation des relations sociales avec cette jouissance de pouvoir faire ce que dicte l’esprit de domination quant il s’agit de prendre le pouvoir sur les autres au lieu de faire humanité et de considérer la singularité de chacun pour sortir de la sotte hiérarchie d’une société couchée devant le pouvoir et qui, paradoxalement s’en indigne… La fascination du pouvoir, les transgressions et les rivalités qui l’accompagnent sont-elles incontournables? 

Xavier DUMOULIN