L’appel

L’union des gauches et des écologistes : Maintenant !

Il faut un sursaut ! Maintenant. L’extrême droite vient de réaliser un score historique qui s’inscrit dans un contexte mondial menaçant. Elle semble en mesure de réaliser l’union des droites et se retrouve désormais aux portes du pouvoir en France. En jouant au poker avec la démocratie, Emmanuel Macron prend le risque de lui ouvrir les portes du pouvoir, six mois après avoir voté avec eux une loi honteuse sur l’immigration.

Cet événement doit créer un électrochoc. Il nous reste moins de trois semaines pour empêcher l’extrême droite de diriger le pays. Très peu de temps pour proposer une issue enthousiasmante aux désastres de notre époque.

À gauche, nous devons renouer, enfin, avec la victoire et les meilleures heures de notre histoire. Comme en 1934, il nous faut défendre « ce que le peuple a conquis de droits et de libertés publiques. »
 
Seule l’union des gauches et des écologistes peut contrer cette effroyable perspective et ouvrir l’espoir d’une vie meilleure.

Seule cette union peut permettre de fédérer les classes populaires et les classes moyennes des bourgs et des banlieues, des villages et des métropoles, comme cela s’est fait dans le passé.

Seule cette union peut agir sérieusement face à la triple urgence climatique, sociale et démocratique.

À condition que les gauches et les écologistes au sens large présentent partout des candidatures uniques pour les législatives du 30 juin et du 7 juillet. Unis, les gauches et les écologistes ont les moyens d’être la première force politique dans la prochaine Assemblée nationale. Séparés, nous ouvrons la voie du pouvoir à l’extrême droite.
 
Nous, dans notre diversité, personnalités du monde du travail, de la recherche et de la culture, activistes et militant.es associatifs, sommes convaincus que la victoire est possible si nous répondons aux attentes sociales urgentes, si nous défendons les solutions pour le vivant, l’écologie et le climat, si nous valorisons les luttes féministes, le combat contre tous les racismes, contre le rejet des musulmans et l’antisémitisme, contre la stigmatisation des migrants et des minorités sexuelles et pour le respect, la dignité et l’égalité. Et si nous avons pour obsession la justice et pour boussole la démocratie, y compris pour nous-mêmes.

Nous savons que ces combats et ces valeurs doivent être portés par une force pluraliste, sociale, culturelle, politique. Les partis politiques n’y arriveront pas seuls. Il faut que les citoyennes et citoyens s’en mêlent pour qu’une dynamique de mobilisation voit le jour. Une mobilisation pour l’union. Aujourd’hui et maintenant.

Parmi les signataires : Ariane Ascaride, actrice ; Pénélope Bagieu, dessinatrice de bandes dessinées ; Ludivine Bantigny, historienne ; Lauren Bastide, journaliste et autrice ; Lucas Belvaux, cinéaste ; Romane Bohringer, actrice ; Patrick Boucheron, historien ; Julia Cagé, professeure d’économie à Sciences Po Paris ; Marie Darrieussecq, autrice ; Laurence De Cock, historienne et enseignante ; Caroline De Haas, militante féministe ; Marie Desplechin, journaliste et autrice ; Cyril Dion, écrivain et réalisateur ; Annie Ernaux, Prix Nobel de littérature 2022 ; Didier Fassin, professeur de sciences sociales, Collège de France ; François Héran, sociologue, Collège de France ; Bruno Karsenti, philosophe, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) ; Hervé Kempf, journaliste et écrivain ; Pierre Lemaitre, écrivain ; Sabri Louatah, écrivain ; Anna Mouglalis, actrice ; Claire Nouvian, fondatrice et directrice générale de l’association Bloom ; Thomas Piketty, directeur d’études à l’EHESS ; Lydie Salvayre, autrice ; Gisèle Sapiro, sociologue, directrice d’études à l’EHESS ; Dominique Sopo, président de SOS-Racisme.