https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouveau_Front_populaire

Le Nouveau Front populaire (NFP) est une coalition de principe de partis politiques français de gauche. Initiée le 10 juin 2024, il s’agit d’une alliance électorale pour les élections législatives de 2024 en opposition aux partis de la majorité présidentielle soutenant Emmanuel Macron ainsi que le Rassemblement National qui a obtenu plus de 30% aux élections européennes du dimanche précédent. Né dans le contexte de la montée de l’extrême droite en France, le nouveau front populaire rassemble notamment La France insoumise, Les Écologistes, le Parti communiste français, le Parti socialiste, Place publique, Génération.s et la Gauche républicaine et socialiste.

Contexte

Élections européennes et dissolution

Le 9 juin, les résultats des élections européennes de 2024 voient le Rassemblement national devancer la liste présidentielle du double de ses voix. En effet, le camp présidentiel arrive en deuxième position avec 14,60 % des voix, dépassé par les 31,37 % du Rassemblement national. Le soir même des résultats, le Président de la République française Emmanuel Macron annonce la dissolution de l’Assemblée nationale par le recours à l’article 12 de la Constitution, entraînant la convocation de nouvelles élections législatives les 30 juin et 7 juillet 2024.

L’union des gauches

Le 10 juin 2024, au lendemain de l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale, 350 personnalités provenant des mondes politique, intellectuel, artistique et militant — parmi lesquelles se trouvent Esther Duflo, prix Nobel d’économie, et Annie Ernaux, prix Nobel de littérature — signent une tribune dans Le Monde pour appeler à former une union des gauches, pour faire face, selon les signataires, « aux désastres de notre époque ».

Avant l’annonce de la création de la coalition, une pétition en ligne recueille antérieurement plusieurs centaines de milliers de signatures quelques heures après sa rédaction. Cette dernière est lancée par François Ruffin (LFI), Sébastien Jumel (PCF), Marie-Charlotte Garin (EÉLV), Sébastien Peytavie (G.s), Sophie Taillé-Polian (G.s), Nicolas Sansu (PCF), Damien Maudet (LFI), Karine Lebon (GDR), Leïla Chaibi (LFI) et Emeline K/Bidi (GDR) pour récolter les signatures des électeurs désirant l’union des formations de gauche.

Cet appel est suivi par un appel des cinq syndicats nationaux que sont la CGT, CFDT, UNSA, FSU et Solidaires à manifester pour mettre en avant leurs revendications dans ce contexte de montée de l’extrême droite. La CGT appelle dans son communiqué à un « Front populaire » dans un cadre syndical.

Dans la soirée du 10 juin, Les Écologistes représentés par Marine Tondelier, La France insoumise représentée par Manuel Bompard, le Parti communiste français représenté par Fabien Roussel, le Parti socialiste représenté par Olivier Faure, Place publique, Génération.s et la Gauche républicaine et socialiste annoncent publiquement la création d’une coalition de partis politiques français de la gauche française nommée « Nouveau front populaire » afin d’instaurer un programme de rupture avec la politique du président au pouvoir Emmanuel Macron et contre l’extrême-droite. Les représentants de la coalition affirment alors leur intention de ne présenter qu’un seul candidat par circonscription aux élections législatives.

Lire la suite dans Wikipédia