Image de prévisualisation YouTubeSamedi, des dizaines de milliers de citoyens se rassemblaient ou défilaient en soutien à la constitution du nouveau Front Populaire. Dans mon rassemblement dacquois, on saluait la présence du mouvement syndical, à l’initiative de cette rencontre où se retrouvaient, nombreux les militants des associations et partis de gauche à l’instar de la LDH, bien représentée autour de Roland Ramis, des humanitaires, des divers gauches républicaines, socialistes, communistes… Boris Vallaud, député de la 3° circonscription des Landes côtoyait Marie-Laure Lafargue, candidate sur la 1° et Jean-Marc Lespade, candidat sur la deuxième. Trois circonscriptions où ce nouveau Front Populaire devrait s’incarner à l’Assemblée nationale au travers de ses élus quand nos deux sénateurs landais sont aussi totalement acquis à cette nouvelle majorité. Au Nord du département, à Parentis, un autre rassemblement populaire réunissait nos partisans. Comme partout en France, nous étions donc des centaines de milliers à démontrer nos capacités de mobilisation dans ce réveil de la gauche républicaine! 

La journée avait pourtant mal commencé dans le camp des insoumis avec cette stupide décision d’écarter les députés frondeurs contre toute logique. Une aberration qui ne mérite pas davantage de commentaires à l’heure de la mobilisation pour la résistance à la montée des forces des droites extrêmes dans la déroute annoncée du macronisme. Ce bloc au pouvoir sans assises qui ne résiste plus aux colères et frustrations sociales de couches déshéritées… Place donc aux forces du travail, à la reconquête d’un électorat abstentionniste et de la jeunesse dont une partie fait preuve de résolution dans sa mobilisation spontanée.

Le basculement de figures inattendues (et non des moindres!) dans ce camp du monde du travail augure-t-il d’un avenir de jours heureux. Nous le souhaitons avec ardeur dans la détresse d’une France aux prises avec l’insécurité sociale et le score alarmant de l’extrême-droite qui bénéficie du soutien explicite de forces de droite (chez les LR) quand d’autres scandent sans complexe le vieux refrain inspiré du « plutôt Hitler que le Front Populaire ».

Honte à tous ceux-là, encouragés par la macronie qui veut créer la peur autour du programme du nouveau Front Populaire. Ignorant l’ histoire ou feignant de la méconnaitre, ils en oublient le sens lorsqu’ils affirment, Macron en tête,  que Blum se retournerait dans sa tombe. Dans un précédent billet, nous rappelions les dynamiques de mobilisation en œuvre en mai-juin 1936, Dans l’adoption de réformes et de contrats collectifs au bénéfice du monde du travail et pour imposer ensuite, l’application des accords Matignon signés sous la pression d’un nouveau rapport de forces par le patronat. Nos mobilisations doivent dépasser le seul soutien, par ailleurs élémentaire, aux candidats du Nouveau Front Populaire.

L’idée de comités du nouveau Front populaire mérite discussion et mise en œuvre sous l’égide d’une base citoyenne et militante éclairée par l’expérience de nos réussites et de nos échecs. Une dynamique de rupture ne se décrète pas seulement mais se construit d’abord avec les forces populaires au cœur d’un projet social et républicain pour articuler mouvement d’en haut et mouvement d’en bas au service de la transformation sociale. Sans aller jusqu’à dire, comme Marceau Pivert en 36, « Tout est possible », considérons avec réalisme et dynamisme les chances d’une victoire des forces du nouveau Front Populaire. Comme en 36, cela nous ferait déjà un bel été après ce printemps pluvieux de la gauche…

Xavier Dumoulin

La vidéo du rassemblement dacquois du 15 juin en lien ci-dessous

 Image de prévisualisation YouTube

Créons partout des comités de Front Populaire

Sous ce titre une pétition en ligne circule et nous vous invitons à la signer.

https://chng.it/RYxfdRb6Z8

Au-delà de cet exercice de mobilisation ne serait-il pas utile de créer ici et maintenant de tels comités à partir des réseaux militants, associatifs et citoyens locaux? A bon entendeur, Salut et fraternité

Adresse au peuple de France (1)

Créons partout des Comités du nouveau Front Populaire

Pour la victoire d’un nouveau Front Populaire  aux élections législatives et qu’il réponde aux aspirations (2 ) des Fançais.es, il est nécessaire que chacun.e intervienne (3). La victoire aux élections passe par la mobilisation des abstentionnistes. A chacun.e de nous de les convaincre d’aller voter. Pour renforcer et rendre crédible ce nouveau Front Populaire, l’accord national des partis politiques était nécessaire mais il doit être complété par un rassemblement à la base. Dans les quartiers et les zones rurales, nous pouvons créer des comités du nouveau Front Populaire pour échanger, proposer et agir dans ce sens.

Ces comités pourront rassembler des citoyen.nes membres ou non d’associations diverses, de syndicats ou partis politiques (4).

Aux armes (pacifiques) citoyen.ne.s pour que la Liberté, l’Égalité et la Fraternité (5) se réalisent au concret dans notre pays.

1 Le peuple de France c’est bien sûr ses artistes, intellectuel.les, chercheurs et aussi toutes et tous les premiers de cordée qui pendant le Covid ont maintenu la France debout, les aides-soignant.e.s-es, les éboueurs, les vendeurs et manutentionnaires, les les cheminots et transporteurs routiers, les ouvrier.e.s, les employé.e.s, les paysan.nes, etc….

2 Répondre à l’urgence sociale et environnementale :

Augmenter les salaires et les pensions. Créer les conditions pour que toutes et tous puissent vivre dignement de leur travail. Éradiquer le chômage et la précarité.
Revenir sur la réforme des retraites et sur celles de l’assurance chômage ;
Reconstruire et étendre nos services publics en particulier dans les quartiers populaires et les zones rurales. Nos services publics doivent garantir l’accès à toutes et tous à l’éducation, la santé, le logement, la culture … .
Restaurer la démocratie sociale à tous les niveaux de l’entreprise (branche, territoire et interprofessionnel) ;
La France est un pays riche qui a les moyens de répondre à ces exigences. En 1946, nous avons su construire la sécurité sociale dans un pays en ruines !

3 En 1934, alors que les forces de gauche étaient encore divisées, la naissance du Front Populaire est en grande partie le résultat de la réaction à la journée d’émeutes menée le 6 février 1934 par les ligues fascistes. En effet, contre la menace fasciste, le 12 février convergent les deux manifestations parisiennes CGT, SFIO et CGTU, PCF ainsi que 274 manifestions, la plupart unitaires, dans toute la France.

Les congés payés n’étaient pas au programme du Front Populaire. Cette exigence a été portée par l’intervention de notre peuple.

4 Associations appelant au nouveau front populaire : EMMAUS, OXFAM, GREENPEACE, La LDH, ATTAC, CNL, la mutualité française …

Les Syndicats : CGT, CFDT, l’Unsa, la FSU et Solidaires

les partis : une trentaines de formations politiques.

5 La haine et le rejet de l’autre, quels qu’en soient les prétextes, sont contraires à la fraternité.