Fédérations MRC d’Aquitaine

Articles archivés

Elections législatives partielles dans la 8° circonscription : Communiqué du Mouvement Républicain et Citoyen de la Gironde

Créé par le 26 nov 2008 | Dans : Battre campagne, Fédérations MRC d'Aquitaine

Le Mouvement Républicain et Citoyen de la Gironde se réjouit du résultat obtenu par François DELUGA, candidat qu’il a soutenu dès le premier tour afin de créer une dynamique de gauche républicaine  susceptible de porter à l’assemblée  nationale une opposition accrue à la politique de Sarkozy.

La bataille reste rude pour défendre les services  publics : Poste, audiovisuel, éducation recherche, santé, transports….

Le mouvement social a besoin ici aussi d’un débouché politique. La gauche rassemblée doit y parvenir en votant massivement dimanche prochain pour François Deluga.

François Deluga rencontre les Présidents des associations d’insertion et d’actions sociales

François Deluga, candidat à l’élection législative partielle de la 8ième circonscription de la Gironde, invite autour d’un apéritif ostréicole les présidents des associations d’insertion et d’actions sociales ainsi que leurs bénéficiaires, vendredi 28 novembre 2008 à partir de 18 heures sur le port ostréicole de La Teste de Buch, digue ouest cabane n° 158 (Chez Gilou).

Une volonté du candidat de toujours écouter, échanger et prendre en compte les besoins des jeunes et des personnes en difficultés. 

La gauche en tête pour rafler le siège de député sur le bassin

Créé par le 25 nov 2008 | Dans : Battre campagne, Fédérations MRC d'Aquitaine, Parti socialiste

LEGISLATIVES – Petite surprise, sur le bassin d’Arcachon : le socialiste François Deluga arrive en tête au premier tour de l’élection législative partielle organisée hier sur la huitième circonscription de Gironde. Le candidat de gauche, qui disait craindre l’impact de la mauvaise image donnée par son parti, n’aura donc finalement pas été pénalisé par les dissensions internes. Il récolte 43,77% des voix. Contre 40,95% à son adversaire, le très sarkozyste maire d’Arcachon, Yves Foulon.

Provoqué par l’élection au sénat de la député UMP Marie-Hélène des Esgaulx, obligée de rendre son siège à l’Assemblée pour cause de cumul des mandats, le scrutin n’a cependant pas passionné les foules, avec une abstention de 61,23%. François Deluga, maire PS du Teich et conseiller régional, était également soutenu par les Verts, le PRG et le MDC. Député jusqu’en 2002, il avait de nouveau été candidat malheureux en 2007. 

LibéBordeaux du 24/11/2008

Deluga en tête

Créé par le 25 nov 2008 | Dans : Battre campagne, Fédérations MRC d'Aquitaine

Lundi 24 Novembre 2008


LÉGISLATIVE PARTIELLE DE LA 8E CIRCONSCRIPTION. Le candidat socialiste devance Yves Foulon, UMP, de 1 281 voix au premier tour

Deluga en tête

Yves Foulon (UMP) et François Deluga (PS) s'affronteront au second tour, dimanche. (PHOTO « S.O. »)
Yves Foulon (UMP) et François Deluga (PS) s’affronteront au second tour, dimanche. (PHOTO « S.O. »)

«Je suis confiant. Contrairement à 2007, je pense que, cette année, je peux gagner cette élection. Toutes les conditions sont réunies », assurait le maire socialiste du Teich et vice-président du Conseil régional, François Deluga, le jour de sa déclaration de candidature à la législative partielle de la 8e circonscription, le 3 octobre dernier.

Hier, au soir du premier tour, tout en confiant « sa joie d’être presque au but », il ne cachait pas sa surprise, teintée de fierté, d’avoir franchi le cap des 40 % de voix : « Ça ne m’était jamais arrivé à un premier tour. J’avais fait 33 % au premier tour de 1997. » L’année où il a été élu député. Avant d’être battu en 2002 par Marie-Hélène des Esgaulx.

Faible participation

Yves Foulon, maire et conseiller général UMP d’Arcachon, qu’il affrontera dimanche prochain pour le second tour, dissimulait sa déception en assurant que « le scrutin ne peut pas s’analyser en pourcentage, mais en voix ». Il a obtenu 18 603 voix contre 19 884 pour François Deluga.

Tous les deux s’accordent cependant sur la très faible participation à ce scrutin. Seuls 38,77 % d’électeurs se sont déplacés aux urnes (contre 66,08 % l’an dernier).

Cette faible mobilisation a, semble-t-il, davantage affecté les candidats de droite. Au premier rang desquels le Modem même si le parti de François Bayrou (venu soutenir le candidat durant deux jours sur le bassin d’Arcachon, la semaine dernière) dénonce ce clivage droite/gauche. Le Modem n’a recueilli que 3,57 % des voix (contre 6,86 l’an dernier). Idem pour le Front national qui perd du terrain de 2,76 à 2,3 %.

La gauche a donc mieux résisté. La candidate du futur parti d’Olivier Besancenot, le NPA, qui portait l’an dernier les couleurs de Lutte ouvrière, progresse de 2 à 3,22 %, tout comme le PCF, de 1,72 à 2,31 %. Reste CPNT, qui progresse de 2,6 à 3,78.

Deux parlementaires

À la veille du scrutin, François Deluga ne cachait pas sa crainte que les divisions à la tête du Parti socialiste n’affectent le vote alors même qu’il avait fait le pari, ici, d’être « le candidat de l’unité », c’est-à-dire des Verts, du PRG et du MRC. Hier, il était rassuré. D’autant qu’il arrive en tête dans la quasi-totalité des villes du Sud-Gironde et d’importantes villes du bassin d’Arcachon, dont Belin-Beliet, qui a un maire UMP, Biganos, dont le maire a apporté son soutien à Yves Foulon, et surtout Gujan-Mestras, ville de l’ancienne députée Marie-Hélène des Esgaulx, dont l’élection au Sénat, en septembre, a provoqué cette législative partielle.

« Gujan n’est jamais très à droite. On entre dans un vrai duel. Tout est jouable, il n’y a que 1 200 voix d’écart » assurait, hier soir, la sénatrice maire, alors que Nicolas Florian, secrétaire départemental de l’UMP, aux côtés d’Yves Foulon lors du dépouillement à Arcachon, s’empressait de téléphoner les résultats à Alain Juppé.

Jeudi, c’est François Fillon qui se déplacera pour apporter son soutien au candidat UMP.

En laissant son siège de député pour le Sénat, Marie-Hélène des Esgaulx a fait le pari que la 8e circonscription, et notamment le bassin d’Arcachon, aurait deux parlementaires UMP. Il faudra attendre dimanche prochain pour savoir s’ils seront de la même étiquette.

Auteur : Bernadette Dubourg
b.dubourg@sudouest.com

Michel Sorin nous parle du projet du MRC sur son blog

Créé par le 18 nov 2008 | Dans : Fédérations MRC d'Aquitaine

Patrick Quinqueton propose des éléments pour l’actualisation de notre projet politique. En voici les grands titres.

ELEMENTS POUR UN PROJET POLITIQUE

Les réalités nouvelles

La crise alimentaire du printemps 2008 dans plusieurs pays du tiers-monde alors même qu’une croissance forte semblait éloigner les pays du sud d’une telle perspective, les jeux olympiques de Pékin en août 2008 qui symbolisent l’entrée de la Chine dans la cour des grands, la crise financière ouverte qui fait suite à partir d’octobre 2008 à des crises répétitives du système mondialisé sans règles, le rejet des néoconservateurs américains que manifeste l’élection large de Barack Obama en novembre 2008 : autant d’événements qui doivent nous conduire à actualiser la perspective politique qui est la notre.

Un monde nouveau et multipolaire

La mondialisation sans règles, à partir du leadership américain, a vécu. Les issues n’en sont pas évidentes pour autant, dès lors que l’élection du nouveau président des Etats-Unis peut fonctionner comme une relégitimation du leadership américain, sans pour autant s’accompagner des changements indispensables. Pourtant, tout devrait nous conduire vers un monde multipolaire.

1 – Une nouvelle ONU, plus légitime donc plus efficace 

2 – La reconstruction du système financier mondial 

3 – Un commerce doté de clauses sociales et environnementales  

4 – Des groupements géographiques d’Etats souverains 

5 – Une action politique commune et concertée contre le terrorisme  

6 – Le dialogue entre toutes les civilisations 

7 – Des politiques migratoires négociées et organisées 

8 – Un nouvel équilibre stratégique respectant l’indépendance de la France 

9 – L’action sans exclusive pour le développement humain 

Une phase radicalement nouvelle de l’histoire européenne

La capacité propulsive de l’Europe de Bruxelles a vécu. Et pourtant, jamais autant qu’aujourd’hui le besoin d’une action commune des nations européennes n’a paru plus indispensable.

1 – Un vrai gouvernement économique de la zone euro 

2 – L’ouverture et la coopération avec la Russie et en Méditerranée 

3 – L’objectif de la sécurité d’approvisionnement en énergie 

4 – De grands travaux pour les territoires de l’Europe 

5 – L’agriculture orientée vers la sécurité alimentaire 

6 – L’appui et non l’entrave aux services publics et d’intérêt général 

7 – Une politique commerciale qui protège notre modèle de développement 

8 – Une alliance équilibrée entre les grands pays européens et l’Amérique 

Un projet pour la France qui rassemble les français

Il est temps de trouver des motifs de vivre ensemble dans le monde d’aujourd’hui, de trouver une signification nouvelle au « rêve français ». Nous devons nous appuyer, à l’intérieur et à l’extérieur, sur la capacité propulsive de la révolution française, et notamment de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Il faut sortir du discours moraliste « citoyen » pour donner un contenu précis à cette qualité, en introduisant des rites citoyens qui aient un sens à notre époque (cérémonies d’admission des nouveaux citoyens, service national, vote obligatoire, etc).

1 – Les services publics, outil de l’intérêt général 

2 – Un impôt franchement redistributif et assumé par tous 

3 – L’égalité des droits entre les citoyens, quelle que soit leur origine 

4 – Un nouveau dynamisme des institutions 

5 – Des collectivités locales, parties prenantes de la puissance publique 

6 – Un nouveau service civique, qui rassemble chaque génération 

7 – La sécurité sociale sauvegardée et étendue à de nouveaux domaines 

8 – L’égalité entre les hommes et les femmes, en France et ailleurs 

9 – Un vrai travail sur l’histoire commune de la France 

Un modèle de développement résolument tourné vers l’avenir

Le pari sur l’intelligence est ce qui permettra à la France de rester dans le peloton de tête des nations industrialisées et ce qui permettra à tous les français de prendre leur part à la réussite collective.

1 – L’école pour tous, outil de savoir et d’émancipation 

2 – La reconnaissance financière de la valeur du travail 

3 – La recherche et la culture, facteurs de croissance et de développement 

4 – L’industrie, objectif d’action des partenaires sociaux 

5 – La nationalisation, instrument au service de la politique industrielle 

6 – L’égal accès des jeunes à la vie sociale et professionnelle 

7 – La construction de logements répondant aux besoins 

8 – Des réseaux numériques tournés vers le progrès de chacun et l’accès de tous 

9 – Un système de santé de bonne qualité pour tous 

Les événements qui ont conduit à la crise actuelle, multiforme, interrogent notre action politique. Sur les sujets qui ont été identifiés (et d’autres), il y a lieu de repérer quels sont les angles vifs d’un projet spécifique pour une politique progressiste.

Obama, … encore !!! par Claude Nicolet, secrétaire national du MRC (Syndicats – Mouvement associatif)

Créé par le 12 nov 2008 | Dans : Articles de fond, Fédérations MRC d'Aquitaine, Une autre mondialisation

Le 18 mars dernier, Barack Obama a prononcé un discours à Philadelphie dont l’importance fera probablement date.

Le sénateur Obama, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle aux Etats Unis d’Amérique était dans une situation difficile suite à certaines déclarations du révérant Jeremiah Wright, dont il était très proche. Cet homme a en effet eu des propos très durs sur la politique intérieure et étrangère des Etats Unis plaçant Barak Obama en situation délicate. Se démarquant clairement des propos du pasteur, il a néanmoins refusé de le renier en affirmant “ qu’il portait en lui les contradictions de la communauté ”

Ce qu’il y a de passionnant et de remarquable dans ce discours, c’est qu’il procède d’un double mouvement. Il est à la fois une déconstruction et une mise en perspective permettant de produire une vision politique.

Il s’inscrit tout d’abord profondément dans l’histoire de ce pays sans en rejeter les contradictions, en particulier le “ pêcher originel ”de l’esclavage en décalage complet avec la déclaration d’indépendance. Cette inscription dans l’histoire et dans le volontarisme que cela sous entend, doit selon lui inciter à l’action. Rien n’a été donné, il a fallu se battre pour conquérir les droits civiques et civiles, lutter contre les discriminations pour “ réduire l’écart entre la promesse de nos idéaux et la réalité du temps ”. Le souhaitable est possible à condition de le vouloir pour tous car il ne peut se réaliser au détriment de l’Autre.

Il pose ainsi clairement la question raciale dans un long préambule à son intervention comme préalable à la bonne compréhension de la réalité américaine qu’il ne faut pas chercher à récuser. Rappelant un certain nombre de vérités sur la société américaine, ses inégalités et les violences qu’elles engendrent. Mais “ on ne peut ignorer la problématique de la race ” dit il, elle est profondément enracinée dans l’identité du pays

Cependant cette violence ne doit rien au hasard mais plutôt au résultat de l’histoire et des politiques qui furent menées aux Etats Unis d’Amérique. Ce pays porte en lui ces immenses contradictions et il ne sert à rien d’essayer de les nier ou de les contourner. Pratiques inégalitaires dans tous les domaines n’ont eu comme résultat que “ l’échec et le gâchis comme expérience légués aux générations futures ”. Dès lors, le racisme devenait une “ définition du monde ”. La “ colère noire ” ne peut être comprise sans cela, et le révérant Wright porte en lui cet héritage.

Mais la force du discours d’Obama tient au fait qu’il analyse aussi les raisons de la “ colère blanche ” venant des milieux populaires ou de la classe moyenne qui n’avaient pas le “ sentiment que son appartenance raciale était un privilège ”. Face à la discrimination positive, face aux aides sociales dont les blancs se sentaient exclus, face à ce qu’ils ressentaient comme une injustice et une inégalité, surtout pour ceux qui ne sentent en rien responsables des crimes esclavagistes. La rancœur est grande et c’est sur ce terreau que la coalition néo libérale puis néo conservatrice s’est bâtie.

Il réussi à déconstruire et à expliquer au peuple américain, les maux dont souffrent sa société.

Dès lors il faut voir en face les “ vrais problèmes : une culture d’entreprise où les délits d’initiés, les pratiques comptables douteuses, la course aux gains rapides sont monnaie courante, une capitale sous l’emprise des lobbies et des groupes de pression, une politique économique au service d’une minorité de privilégiés (…)° qu’il est temps maintenant de parler des écoles délabrées qui dérobent leur avenir à nos enfants, des urgences médicales aux files interminables et d’un système de santé qui s’effondre, des usines qui ont fermées leurs portes, des maisons qui sont à vendre, des entreprises qui délocalisent dans le seul but de faire du profit ”.

Ce faisant, il subordonne en fait la question raciale à la question sociale et à l’organisation sociale de la société américaine. Il propose alors de mettre en place un projet politique qui permettrait à l’individu de se réaliser et de s’émanciper en tentant de s’affranchir du déterminisme racial qui l’entrave tout en “ assumant le passé sans en être victime ”. Il ne s’agit pas d’une alliance des races mais bien d’une réflexion sur les structures économiques et sociales de la société américaines.

Le fait de voir revenir sous cette forme la question sociale au premier plan du discours d’un responsable politique américain qui peut devenir Président des Etats Unis d’Amérique, traduit incontestablement une évolution dans le rapport de force idéologique dans ce pays, mais aussi dans le monde.

Certes, Barack Obama est ancré dans la religion et y fait référence en permanence, certes son approche très rapide du conflit israélo palestinien est contestable, mais assurément un discours différent en terme d’analyse politique, économique et sociale est apparue.

C’est donc en abordant de front ces questions économiques et sociales qui constituent selon Obama le cœur des problèmes de la société de son pays, que l’on pourra aller “ vers une union plus parfaite ”. Mais qui ne peut se faire qu’à la condition que chaque citoyen, entame le travail de perfection qui permettra à l’ensemble du peuple de prendre ce chemin. Car “ les rêves des uns ne doivent pas se faire au détriment du rêve des autres ”.

Il faut prendre la mesure des chocs qui sont entrain de se produire, crise économique et financière commencé cet été aux Etats Unis, contagion sur toutes les places boursières qui légitime à nouveau l’idée de nationalisation, effondrement de l’immobilier et d’une partie du crédit, renchérissement du coût de l’énergie et des matières premières, instabilité internationale majeure dans la corne de l’Afrique, en Irak, dans le Proche-Orient, en Afghanistan, tensions avec la Russie suite à l’extension de l’OTAN et à l’indépendance du Kosovo…La liste est longue

La question de la place et de la fonction de l’Etat va redevenir une question politique majeure dans les mois et les années à venir pour apporter de la régulation et de la sécurité aux citoyens. Pour qu’ils puissent vivre dans des sociétés ou ne règne pas seulement la loi du plus fort.

Ce sont ces grands mouvements qu’il faut être aujourd’hui en capacité de percevoir pour bâtir de grands projets politiques éventuellement à l’échelle d’un continent mais aussi à coût sûr, cohérent au niveau mondial. C’est à cette échelle là qu’il faut désormais se placer.

1...2122232425

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY