a-le quartier libre de XD

Articles archivés

Elections présidentielles : le débriefing

Créé par le 30 avr 2022 | Dans : a-le quartier libre de XD

Dans sa dernière livraison, le Monde Diplomatique offre une singulière analyse des votes à la présidentielle. Sous la plume et les recherches de Jean-Yves Dormagen, Stéphane Fournier & Guillaume Tricard, chercheurs au Cluster 17, nous apprenons comment s’organise la répartition des votes en trois blocs à partir d’une différenciation de systèmes d’opinions solidement établis. Trois clivages principaux structurent le vote. « Le premier porte sur les questions culturelles et identitaires. Il fracture les électeurs sur les enjeux migratoires, la place de l’islam et, dans une moindre mesure, les enjeux sociétaux et les questions écologiques. Le deuxième a pour enjeu le rapport au « système ». Il oppose une demande de transformation radicale à une demande de stabilité, voire de défense du statu quo. C’est, si l’on préfère, l’axe de l’antagonisme « peuple contre élite ». Enfin, le troisième grand clivage a pour objet les questions économiques : il oppose une demande de politiques sociales et de redistribution à un positionnement libéral favorable au marché et largement défiant à l’égard de l’« assistanat » et de la dépense publique. »  

Sur cette base, 16 clusters, c’est à dire 16 sensibilités politiques, ont servis de filtre pour l’analyse et la classification des votes. On trouve ainsi les multiculturalistes, les sociaux-démocrates, les progressistes, les solidaires, les centristes, les révoltés, les apolitiques, les sociaux-républicains, les éclectiques, les conservateurs, les libéraux, les réfractaires, les eurosceptiques, les sociaux-patriotes, les anti-assistanat, les identitaires. Chaque cluster est situé dans la population électorale à partir de 30 questions, les répondants pouvant être ainsi placés sur les trois axes clivants en fonction de leur proximité d’idées. La représentation schématique partielle donne un avant-goût de cette très intéressante étude à lire in extenso dans le Monde Diplo de mai 2022.

D’autres clés de lecture sont aussi disponibles en référence aux travaux de Bruno Amable (« La résistible ascension du néolibéralisme-Modernisation capitaliste et crise politique en France 1980-2020″, La découverte, sept 2021) et de Stéphano Palombarini (Alliances sociales et avenir du modèle français avec B.Amable, Raisons d’agir, mars 2017) autour de leurs analyses, respectives ou bien associées, en terme de bloc historique. Cette vision d’inspiration gramscienne permet de situer les blocs en compétition après l’épuisement des blocs de droite et de bloc de gauche en raison de l’inadéquation de leur identité avec leur base sociale glissante. La sociologie de ces « régulationnistes » offre une belle identification des difficultés du bloc macroniste élitaire, toujours en construction et trop peu représentatif du peuple de France. D’où l’illusion du bloc bourgeois et « la résistible ascension du néolibéralisme » (néanmoins en montée depuis 40 ans) malgré les derniers résultats électoraux.

Pour nous, toute la difficulté réside dans la construction d’un bloc populaire républicain qui échappe aux tentations identitaires et combine une stratégie d’alliance des classes populaires et de fractions d’une bourgeoisie d’intérêt général opposée au néolibéralisme. C’est sur des éléments programmatiques que pourra se dégager ce bloc émergent bien différent, en substance, des velléités de dégagisme qui traversent les blocs rivaux dans notre dernier épisode électoral. C’est à la recherche d’un tel ciment que doivent s’appliquer les citoyens pour sortir du bloc social dominant fracturé et délégitimé par les crises conjuguées du capitalisme financier mondialisé.

Systèmes d'opinions des électeurs

Les propositions de 2° tour

Créé par le 14 avr 2022 | Dans : a-le quartier libre de XD

Après « la grammaire émotionnelle » de Macron qui, au soir du 10 avril, cherchait à inventer des solutions nouvelles pour agréger le vote en faveur de ses rivaux dans son combat de deuxième tour contre la candidate d’extrême-droite, le candidat de « l’extrême centre » veut séduire encore et toujours.

L’évocation d’un référendum sur une réforme des retraites, celle-ci rehaussant l’âge de départ de deux ans au lieu de trois, avec une éventuelle clause de révision en 2030, l’introduction de la proportionnelle ou l’aménagement institutionnel de mécanismes participatifs restent sans doute en deçà des attentes d’électeurs orphelins du troisième bloc en situation d’arbitrer les résultats du deuxième tour. Et que dire de la sortie du chapeau, dans la dernière ligne, de cette curieuse proposition de septennat?

Certes, les agissements de Le Pen qui laisse évacuer manu militari une activiste inoffensive dans sa conférence de presse sur les positions internationales d’une candidate par ailleurs sans aucun affect pour les victimes de la tragédie ukrainienne, rappelle la nature autoritaire du personnage. Lequel propose sans gêne de faire adopter « la préférence nationale » par recours au référendum pour sortir du bloc de constitutionalité toutes références au principe d’égalité, issu du meilleur de notre tradition républicaine! Ce que ne manque pas de dénoncer nos constitutionalistes, à l’instar de Dominique Rousseau. Mais dans d’autres domaines juridiques, la souverainiste identitaire joue avec malice quand notre jurisprudence issue de la cour de justice de l’UE présente un caractère souvent menaçant pour notre droit national. Quoi qu’il en soit, avec de telles violations des principes fondamentaux, le recours au juge constitutionnel et à la cour européenne de Strasbourg (celle du conseil de l’Europe protecteur des droits de l’homme) viendrait fort heureusement sanctionner ces folles préconisations.

Le  président sortant. doit saisir l’ampleur du mécontentement et ne pas tergiverser en révisant de fond en comble ses propositions antisociales répulsives. C’est la condition impérative d’un effet de choc pour convaincre nos concitoyens de faire barrage à l’extrême droite! Ce changement de pied, s’il est authentique et sincère, doit s’entourer de garanties sérieuses. On attend donc la suite et ça devient urgent!

Xavier DUMOULIN

Présidentielles : à gauche, sortons des équations trop simplistes

Créé par le 11 avr 2022 | Dans : a-le quartier libre de XD

A gauche, les résultats démontrent l’inexorable déclin du parti socialiste et l’impossible ascension du vote écologique. De quoi invalider l’illusion d’un pôle social-écologique porté par l’équipe dirigeante du P.S. Le « roussellement » espéré des communistes appuyés par les gauches socialistes et républicaines (MRC et GRS), n’a pas trouvé à s’épanouir avec un vrai siphonage par le vote « efficace » Mélenchon qui s’est quand même avéré insuffisant à sélectionner son champion pour le deuxième tour. C’est tout de même un vrai succès pour l’Union populaire qui représente à présent une force incontournable à gauche. Lire la suite »

La pente glissante des postures politiciennes face au besoin d’actions

Créé par le 19 sept 2021 | Dans : a-le quartier libre de XD

Il n’est qu’à regarder autour de soi pour comprendre le désarroi qui s’empare des simples gens de tous bords dans ce mauvais spectacle de la scène politique à quelques mois de l’élection présidentielle. Avec d’abord cette campagne indécente d’un président candidat en marche pour sa réélection. Et, au P.S ces changements de pieds d’une candidate qui a l’air de ne pas vouloir y toucher précédant son entrée en campagne à grand renfort médiatique et déjà proclamée candidate officielle par les ténors de son camp. Lequel peut bien afficher, comme pour en rajouter à ce fichage de gueule, l’organisation de prétendues primaires comme règle d’arbitrage ultime entre les prétendants. A ce jeu là ne vaut-il pas mieux prendre acte, s’en s’en offusquer outre mesure, des candidatures à gauche, d’un Jean-Luc Mélenchon ou d’un Fabien Roussel, dont la seule légitimité repose sur leur leadership au sein de leur famille politique, la FI et le PC?

On reste cependant sceptique sur le processus d’auto-proclamation de candidature à la magistrature suprême. Et ce ne sont surtout pas ces primaires chez les écologistes qui vont redorer le blason de la politique quand les barons du parti vert s’enflent comme la grenouille qui voulait devenir plus grosse que le bœuf. On a vu comment ils pouvaient se dégonfler sitôt nommés ministre ou investis de hautes charges tant leur aspiration au pouvoir l’emporte sur leurs engagements écologiques. Autant qu’au sein du P.S, ces politiques se sont fait piéger par la macronie dont ils constituent l’une des facettes dans le gouvernement de Jean Castex. A eux de prouver qu’ils ne sont pas des marionnettes!

A droite les rivalités de personnes prennent le pas sur les idées qui n’ont d’ailleurs en substance pas grandes différences d’avec les lieux communs du bloc bourgeois au pouvoir si l’on veut bien considérer les quatre fondamentaux du macronisme dénoncés comme autant d’erreur par Guillaume Duval d’Alternatives économiques. 1° la France a besoin d’un nouveau Bonaparte à l’image d’une vision « autoritaire, hiérarchique et descendante de l’action publique »; 2° le retour au postulat idéologique de la nécessaire baisse des dépenses publiques après le quoiqu’il en coûte de la période Covid; 3° « le travailler plus pour gagner moins »; 4° la sempiternelle référence à la théorie du ruissellement qui justifie toutes les baisses d’impôt des plus fortunés.

Comment retrouver face à cette connivence des droites une capacité de riposte populaire à la hauteur des enjeux socio-économiques, environnementaux, institutionnels et culturels? Ceux-ci ne sont pas les moindres quand le déplacement du curseur idéologique semble irrémédiablement se déplacer  vers la droite extrême comme en témoigne le match engagé entre Le Pen et Zemmour? Les paradoxes explosent au grand jour sur les grandes questions à l’instar de la question énergétique dont la résolution n’est certainement pas dans le simplisme des polémiques binaires entre tenants du maintien ou de la sortie du nucléaire (sur la base d’un agenda irréfléchi quant à ses conséquences sur les conditions de vie des plus exposés à la précarité sociale). Cette mauvaise influence de l’écologie punitive de ceux qui n’ont que mépris dans leur stigmatisation de « ceux qui roulent en diésel, se chauffent au fioul et fument des gauloises » tend à aggraver la césure entre les couches supérieures et les  gens du peuple. Parmi ceux-ci, les ruraux ont fait preuve hier à Mont de Marsan d’une démonstration de leur attachement à une certaine culture. Venus par milliers crier leurs inquiétudes diffuses, ces manifestants n’en expriment pas moins ces symptômes d’une crispation provoquée par l’incompréhension des élites mal inspirées par une écologie de salon qui fait office de « muleta ».

Pour connaitre et apprécier la culture d’une partie de ce monde rural qui vit et pratique en fait une écologie concrète assorti de solidarités élémentaires, je mesure le terrain à reprendre pour reconstruire un monde dans lequel le lien social et la qualité de vie l’emporteraient sur le cercle vicieux de l’arrogance du pouvoir de l’argent et des représentations des couches dominantes. Plus que le parisianisme, c’est bien cette façon d’être et d’agir d’un pouvoir vertical aux postulats  dangereux qu’il convient de combattre dans une guerre de positions où les idées ne doivent en rien concéder de terrains à l’adversaire. Mais comment dépasser ces postures opportunistes bien en deçà des attentes populaires très concrètes? Le tout en échappant au dogmatisme quand les références idéologiques abstraites ne font plus sens dans une exaspération sociale. Du pain sur la planche en perspective pour construire ce « bloc populaire » allié à « une bourgeoisie d’intérêt général » et retrouver la voie républicaine!

Xavier Dumoulin

Chevènement à voix nue

Créé par le 28 mar 2020 | Dans : a-le quartier libre de XD, a2-Blog-notes politique de XD

Chevènement à voix nue

France-Culture diffusait cette semaine l’enregistrement des entretiens de Jean-Pierre Chevènement avec Gérard Courtois dans l’émission

« A voix nue » du lundi 21 au vendredi 27 mars de 20 heures à 20h30mn. Le podcast est disponible sur le site de France-Culture

http://www.franceculture.fr/emissions/a-voix-nue/jean-pierre-chevenement-un-republicain-ombrageux-15-belfort-paris-en-passant-par-lalgerie

 

Cette écoute permet de mieux situer l’essentiel de la trajectoire politique du militant du CERES, co-fondateur du parti socialiste aux côtés de François Mitterrand au congrès d’Epinay sur Seine en 1971.

Chargé de l’écriture du programme socialiste puis du projet socialiste qui inspirerent tour à tour le programme commun et les 110 propositions de François Mitterrand, il fut l’allié de Mitterrand au congrès de Metz du PS de 1979 qui préparait la victoire de 1981 en confirmant la stratégie d’union de la gauche.

Ministre de la recherche et de l’industrie (sous les gouvernements Mauroy), de l’Education nationale (sous celui de Fabius), de la Défense (Rocard) et de l’Intérieur (Jospin), il s’est opposé à la parenthèse de la rigueur en 1983. Il démissionna trois fois en désaccord sur les questions de politique industrielle (1983), suite au déclenchement de la guerre contre l’Irak (1991) puis contre le projet de statut de la Corse conférant aux compétences de la région des délégations de compétences législatives (1999).

Il assuma sa rupture avec le PS après son refus du traité de Maastricht et fonda en 1993 le MDC. Cet élu du territoire de Belfort comme maire, député puis sénateur pendant près de quarante ans fut aussi candidat aux élections présidentielles de 2002.

A la tête du club République Moderne qui traduisit une inflexion républicaine du CERES dans le sens de la synthèse jaurésienne et dans le sillon de Mendès-France, il créa ensuite la fondation Res-Publica, toujours très active à ce jour, qui offre un foisonnement de réflexions sur des sujets majeurs au travers de colloques et dont les actes sont disponibles sur le site dédié. L’originalité de Jean-Pierre Chevènement tient peut être dans cet éclectisme qui revendique pleinement une filiation gaullienne depuis les évènements d’Algérie. Chevènement et son courant ont ainsi permis la rupture du nouveau PS avec l’atlantisme de la vieille SFIO et l’adoption de la doctrine gaulliste de la dissuasion du faible au fort et de la sanctuarisation de notre territoire  dans les années 70. 

Les cinq séances de diffusion abordent les épisodes de cette vie militante dans une aventure intellectuelle et politique en présentant les différents parcours de ce « républicain ombrageux » :

Belfort-Paris en passant par Alger (1),

https://www.franceculture.fr/emissions/a-voix-nue/jean-pierre-chevenement-un-republicain-ombrageux-15-belfort-paris-en-passant-par-lalgerie

mousquetaire de l’union de la gauche (2), 

https://www.franceculture.fr/emissions/a-voix-nue/jean-pierre-chevenement-un-republicain-ombrageux-25-mousquetaire-de-lunion-de-la-gauche

le grand schisme européen (3),

https://www.franceculture.fr/emissions/a-voix-nue/jean-pierre-chevenement-un-republicain-ombrageux-35-le-grand-schisme-europeen

le miraculé de la république (4),

https://www.franceculture.fr/emissions/a-voix-nue/jean-pierre-chevenement-un-republicain-ombrageux-45-le-miracule-de-la-republique

d’une turbulence l’autre (5)

https://www.franceculture.fr/emissions/a-voix-nue/jean-pierre-chevenement-un-republicain-ombrageux-55-dune-turbulence-lautre

.

Nous invitons à l’écoute des podcasts de ces entretiens et saisissons cet événement radiophonique pour exprimer notre réaction de militant qui a suivi le cheminement politique de cet homme d’exception dans une militance au centre d’études, de recherches et d’éducation socialiste (CERES), à Socialisme et république, au Mouvement des citoyens (MDC) et au Mouvement républicain et citoyen (MRC).

Nous voudrions traduire ainsi, dans de prochains articles sur le blog citoyen, socialiste et républicain, notre vécu et notre sensibilité de « militant de base » et citoyen à part entière confronté aux dynamiques concrètes de situations politiques souvent difficiles mais parfaitement assumées et pleinement revendiquées dans la fidélité à ce grand républicain  qui a su contre vents et marées préserver la flamme socialiste et républicaine. 

Ce regard croisé de l’homme d’Etat et du citoyen ordinaire peut compléter et éclairer cette rétrospective à partir « d’une vision de terrain » avec sa grande part de subjectivité et offrir aux plus jeunes une possibilité de comprendre les situations concrètes dans lesquelles se meut l’action militante avec ses phases dynamiques et ces périodes de reflux quand « il faut allier le pessimisme de la raison et l’optimisme de la volonté » comme l’écrivait Gramsci dans ses cahiers de prison. L’expérience de la traversée du désert dans cette longue marche a forgé chez nous cette aptitude à la résilience militante qui exprime ce dépassement de cette contradiction multi millénaire entre l’égoïsme et l’altruisme dans le sentiment de participer à une oeuvre plus grande que soi pour le présent ou le futur et mérite bien, à ce titre, un témoignage. Pour autant nous ne faisons pas nôtre ce cri de désespoir d’un Bolivar au soir de sa vie « J’ai labouré la mer!  » car cette trajectoire n’est pas vaine.

Les combats d’hier et les enseignements d’aujourd’hui de Jean-Pierre Chevènement restent au service de l’écriture de nouvelles pages de notre histoire dans ce cycle néolibéral à bout de souffle où se joue dès à présent l’avenir que nous voudrions ouvrir en dépassant la rivalité stérile entre un bloc élitiste agrégé autour du président Macron dont la base sociale et politique présentent une certaine fragilité et le bloc populiste identitaire incarné par le RN, blocs en compétition pour leur hégémonie quand les formations de gauche peinent à offrir une alternative crédible.

L’émission est une rétrospective et n’aborde pas la question de l’agenda politique des prochaines présidentielles ni celle de la nécessité de sortir de l’impasse actuelle par le haut avec l’émergence d’un bloc nouveau républicain. Sur ces questions on consultera avec intérêt les derniers travaux de la fondation Res-Publica

https://www.fondation-res-publica.org/Quelle-recomposition-politique-pour-la-France_r162.html

A demain avec Jean-Pierre Chevènement

Xavier DUMOULIN

12345...38

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY