a1-Abc d’une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin

Articles archivés

Sondages

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Ségolène Royal

 Ségolène Royal

Ségolène, la gauche et le Peuple
Ces sondages révêlent un très intéressant clivage entre les représentations politiques selon la sociologie des sondés. Le représentant du capitalisme mondialisé, N Sarkozy n’a pas la faveur des couches populaires qui préferent S Royale. Celle-ci doit pousser cet avantage en aiguisant son projet sur les questions sociales : croissance pour l’emploi, pouvoir d’achat, services publics. Le récent accord avec le MRC et l’adoption d’une politique qui refuse l’Europe libérale vont dans le bon sens. La gauche va peut être redevenir populaire. Il le faut si après la victoire elle veut s’appuyer sur cette base sociale pour renégocier certaines clauses du traité de Maastricht et faire prévaloir une autre vision de l’Europe. Mercredi 13 Décembre 2006 – 09:36

Pour une autre vision économique

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

 http://www.lexpansion.com/18h/0.0.html

Xavier DUMOULIN
15/12/2006 à 07:01
C’est important de lutter contre les idées reçues. En matière économique on s’interdit toute réflexion sur les fondements des politiques. La croissance,le développement durable, l’emploi, le pouvoir d’achat doivent rester les ojectifs majeurs. Le cadre européen peut favoriser une relance dynamique et une politique industrielle. Pour cela l’Europe doit changer. Aujoud’hui c’est une passoire qui favorise la mondialisation capitaliste. Elle peut être un espace de coopérations entre Etats et déployer des fonds d’ajustement au profits de ses membres les plus en difficulté. La BCE doit agir pour la croissance et redevenir sous la tutelle des gouvernements. Une politique de change doit permettre à l’euro de favoriser le commerce avec les pays tiers (en refusant la politique de l’euro fort). Aura-t-on la volonté d’inverser le cours des choses? La logique qui préside c’est plutôt celle du moins disant social et fiscal et du libre échange. E Tood a le grand mérite de relancer ce débat. Dans quelle mesure peut -t-on donc protéger le marché intérieur européen et réorienter l’Europe?

Quelle relance de l’Europe?

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

Xavier DUMOULIN

16/12/2006 à 08:27
L’Europe actuelle n’inspire pas la confiance. La technocratie bruxelloise tant décriée n’agit en fait qu’en bonne intelligence avec les gouvernements libéraux qui font de l’Europe un espace du capitalisme mondialisé. Dans ce contexte quel sens peut avoir l’élargissement? Observons la difficulté présente à draîner des fonds pour accompagner les mutations alors qu’on assiste dejà à un déplacements de ces fonds vers les PECO au détriment du Sud (Espagne, Grèce, etc.). Pou avancer il conviendrait de changer la donne. Une relance à l’échelle de l’Europe est une nécessité. C’est un choix qui suppose : une volonté commune, des financements (infrastructures, réseaux etc.), un emprunt, un budget conséquent. Nous sommes loin du compte. C’est le fait d’une approche totalement libérale, garantie par une organisation et des règles, qui verrouille toute velleité d’avancée. Pour en sortir ne faut-il pas réviser la traité de Maastricht et le pacte de stabilité? Alors est-ce bien raisonnable de parler d’élargissement aujourd’hui?

Les nations, l’Europe et la démocratie

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16780par Xavier Dumoulin (IP:xxx.x96.128.104) le 17 décembre 2006 à  10H42 

La présentation de PF est intéressante car elle questionne sur le fondement démocratique des institutions de l’union européenne. C’est tout à fait juste de considérer que les échanges économiques sont à l’origine des communautés. Ce marché (marché commun puis grand marché)n’a pas vocation démocratique par définition. L’existence d’un parlement (et depuis 1979 des élections au suffrage universel des parlementaires)ne suffit pas à faire de l’Europe le cadre démocratique souhaité par PF. Même en créant cette deuxième chambre. A terme il se constituera sans doute une opinion publique européenne. La démocratisation des institutions doit y contribuer. Mais n’en déplaise au philosophe J Habermas, en l’état actuel, il n’y a pas de Peuple européen mais des Peuples. On peut bien parler de République européenne (cf « La faute de Monsieur Monnet » de Jean Pierre Chevènement)mais on doit prendre en compte cette réalité aujourd’hui incontournable: le seul cadre démocratique c’est celui de la Nation que nous concevons comme cette « communauté de citoyens » animés d’ »un vouloir vivre ensemble »

Ségolène structurante (mon commentaire du billet de J.P.Chevènement)

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Blog du Che, Ségolène Royal

 http://www.chevenement.fr/Segolene-structurante_a135.html

Posté par Xavier DUMOULIN le 18/12/2006 22:32

Cette capacité à parler avec les personnes exclues de notre société, les travailleurs à bas salaires, les personnes sans emploi, les précaires, les non qualifiés, les mal logés, pouvons-nous la retrouver par notre seule volonté?
Aller vers les gens les plus modestes c’est presque une posture nouvelle pour la gauche qui avait fait son deuil d’un divorce durable avec les couches populaires.
Henri Rey (dans « La gauche et les classes populaires-histoire d’une mésentente » ) fait part de sa recherche auprès des électeurs des quartiers populaires. Il explique comment l’enfermement dans la gestion, la déception et les frustrations vis à vis des réformes qui ne se traduisent pas dans le quotidien, l’abandon du militantisme de terrain, l’autosatisfaction et l’arrogance creusent la distance avec la politique de la gauche. Aujoud’hui Ségolène Royal a le grand mérite de crever cet abcès.
Elle gagne en crédibilité en tenant des propos sincères sur la crise morale que nous traversons. Elle ne succombe pas au complexe de la séduction dans un monde égaré par les idées post-soixante huitardes. Ce courant a scellé l’alliance des libéraux et des libertariens et accouché l’ultra individualisme, lequel a généré en réaction le communautarisme.
Ségolène Royal se réfère à des valeurs fortes qu’elle peut prétendre incarner dans sa trajectoire et dans son action. C’est important pour la reconquête de l’électorat populaire de vouloir donner du sens à un projet. Et ce projet, il s’agit de le porter à la hauteur de notre ambition; celle d’un ordre juste qui fonde la France républicaine, cette communauté de citoyens libres et égaux. Alors faisons France comme nous y invitent Jean Pierre et Ségolène en chassant nos vieilles habitudes et en repartant d’un nouveau pied.

1...8990919293

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY