a3-Civisme, citoyenneté et militance

Articles archivés

L’AGAUREPS-Prométhée planchait hier soir à Mont de Marsan sur les scénarios de sortie de la crise financière en Europe

Créé par le 23 nov 2011 | Dans : a3-Civisme, citoyenneté et militance

La question de la dette souveraine est au centre d’une actualité turbulente. Le vertige des chiffres plaqués sur des notions souvent mal maîtrisées pervertit le sens d’une réalité. Pour imposer sa lecture de la crise et ses solutions régressives, le discours néolibéral voudrait masquer la situation objective que traverse l’Europe : celle d’une fuite en avant dans le cercle vicieux de politiques d’austérité pour les peuples au motif de rassurer les marchés financiers et, en fait, pour mieux les gaver. 

Mettre à nu ce discours suppose quelques précisions sur la dette et son évolution en France et en Europe. Les questions à choix multiples et les nombreux graphiques qui appuient la présentation pédagogique de la question dans l’ouvrage récent de Raphael Didier « comprendre la dette » – éditions ellipses, septembre 2011 - peuvent y aider.

Vous y trouverez, sans vous y perdre, des éléments de cadrage sur les notions basiques et les chiffres. Parmi bien d’autres : la LOLF, le montant du poste « dette publique et garanties de l’Etat », la part des différentes recettes fiscales, la définition du déficit budgétaire, celle de solde public, intégrant plus largement celui des administrations publiques, celle de déficit public  notifié au sens de Maastricht qui sert de référence commune, la dette publique, son montant, sa gestion, à ne pas confondre avec la dette extérieure… Avec un état des lieux chiffré des finances publiques en Europe et dans le monde. D’une lecture agréable et accessible, le livre permet de sortir des lieux communs sur la dette publique et d’aborder le fond des choses.

C’est l’objectif de l’AGAUREPS-Prométhée qui abordait hier ces questions dans un débat permettant de revenir sur les derniers rebonds de la crise du néolibéralisme.en Europe et dans le monde. 

Une analyse dans un dialogue ouvert qui permet d’identifier les scénarios de sortie de la crise du capitalisme financier mondialisé comme l’exprime cet extrait du compte-rendu du secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée, Francis Daspe. 

Le grand débat : Entre crise et alternatives, faire sauter les verrous européens

X D introduit la question mise en débat. Il note le singulier de crise et le pluriel d’alternatives. C’est l’assurance d’un débat riche qui contribuera à déranger le petit confort des pratiquants du politiquement correct et de la pensée unique.

Une première partie est consacrée à la compréhension des mots clés. Les notions de dette et de déficit font par exemple l’objet de très larges précisions. Elles servent malheureusement trop souvent à alimenter des peurs visant à impressionner les peuples afin de réduire leur capacité de réaction. Le tournant de la rigueur de 1983 fut déterminant.

Un second temps est réservé au diagnostic de la situation et à l’inventaire des problèmes à l’origine de la crise. Tour à tour sont abordés la responsabilité de la finance américaine, les tentatives dérisoires de moraliser la capitalisme, les coupables dérives spéculatives des banques, les politiques de déflation salariale, la construction de l’Europe contre les peuples par le biais d’une méthode se perpétuant de Monnet à Merkel, le recours aux délocalisations et à toutes les formes de dumping etc… Il est rappelé que cette crise est surtout une crise du partage des richesses.

Une troisième séquence évoque les trois scénarios de sortie de crise. Le premier, porté par la Commission européenne, préconise la poursuite de politiques néolibérales extrêmement dures pour les peuples. Il conduit à une impasse.  Un second scénario intègre l’hypothèse d’un éclatement de la zone euro avec la sortie de pays du Sud de l’Europe. Les distinctions entre monnaie unique et monnaie commune sont alors précisées. Un dernier scénario envisage comme seule solution de changer l’Europe ou de changer d’Europe. Les conditions nécessaires à ce défi sont listées et examinées. Toutes nécessitent de faire sauter les verrous, et notamment le plus important d’entre eux, la Banque centrale européenne. Cette alternative est incompatible avec la vision à court terme d’un capitalisme financiarisé prédateur.

En définitive, il importe d’inverser rapidement le rapport de force entre capital et travail. Le vrai verrou à faire sauter, c’est celui de la reconquête de l’hégémonie culturelle perdue depuis plusieurs décennies devant l’offensive libérale. L’AGAUREPS-Prométhée, fidèle à sa raison d’être, s’y emploie résolument.

Des Actes plus développés et circonstanciés seront rédigés et permettront de retranscrire la grande richesse des débats. 

Donne moi la main camarade !

Créé par le 01 mai 2011 | Dans : a3-Civisme, citoyenneté et militance

hpim1628.jpghpim1604.jpgfotos067.jpgfotos060.jpghpim1629.jpgcrédits photographiques du blog citoyen, socialiste et républicain, quartier de la Bocca à Buenos-Aires

Les paroles de la chanson « Bidonville »
de Claude Nougaro :
 
Regarde là, ma ville.
Elle s’appelle Bidon,
Bidon, Bidon, Bidonville.
Vivre là-dedans, c’est coton.
Les filles qui ont la peau douce
La vendent pour manger.
Dans les chambres, l’herbe pousse.
Pour y dormir, faut se pousser.
Les gosses jouent, mais le ballon,
C’est une boîte de sardines, Bidon.

Donne-moi ta main, camarade,
Toi qui viens d’un pays
Où les hommes sont beaux.
hpim3549.jpgcrédits photographiques du blog citoyen, socialiste et républicain, les mères de la place de Mai défendent la démocratie
Donne-moi ta main, camarade.
J’ai cinq doigts, moi aussi.
On peut se croire égaux.

Regarde là, ma ville.
Elle s’appelle Bidon,
Bidon, Bidon, Bidonville.
Me tailler d’ici, à quoi bon ?
Pourquoi veux-tu que je me perde
Dans tes cités ? A quoi ça sert ?
Je verrais toujours de la merde,
Même dans le bleu de la mer.
Je dormirais sur des millions,
Je reverrais toujours, toujours Bidon.

Donne-moi ta main, camarade,
Toi qui viens d’un pays
Où les hommes sont beaux.
Donne-moi ta main, camarade.
J’ai cinq doigts, moi aussi.
On peut se croire égaux.

Serre-moi la main, camarade.
Je te dis : « Au revoir ».
Je te dis : « A bientôt ».
Bientôt, bientôt,
On pourra se parler, camarade.
hpim3555.jpgcrédits photographiques du blog citoyen, socialiste et républicain, avec les mères de la place de Mai défense de la démocratie
Bientôt, bientôt,
On pourra s’embrasser, camarade.

Bientôt, bientôt,
Les oiseaux, les jardins, les cascades.
Bientôt, bientôt,
Le soleil dansera, camarade.
Bientôt, bientôt,
Je t’attends, je t’attends, camarade.

hpim3539.jpg

hpim2148.jpg Crédits photographiques du blog citoyen, socialiste et républicain avec l’accord des mères de la place de Mai d’Argentine et du comando de los exonerados du Clilihommageaucompaneroallende1.jpgcommémoration de l’anniversaire de l’élection du companero Salvador Allende à la présidence de la république du Chili

Lire les billets de X D en cliquant sur les catégories référencées ci-dessous

  • a-le quartier libre de X D
  • a1-Abc d’une critique de gauche. Le billet de X D
  • a2-Blog-notes politique de X D
  • a3-Civisme, citoyenneté et militance chez X D
  • a4-Le blog citoyen croque Sarkozy et sa politique
  • a5-Les entretiens du blog citoyen
  • a6-Les colères du dogue patriote
  • Au sein de chaque catégorie les billets de X D ont été redistribués selon leur chronologiehpim3560.jpg

    Pour prolonger notre conversation entre amis socialistes et républicains…

    Créé par le 30 nov 2010 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de XD, a3-Civisme, citoyenneté et militance

    Nous avons évoqué récemment, à brûle-pourpoint mais dans une conversation amicale, quelques sujets. Je voudrais préciser deux ou trois petites choses sur ces questions importantes. 

    La défense de l’intérêt général, disais-je, constitue à présent un défi républicain majeur parce qu’elle est contrariée par les agissement des élites mondialisées qui préfèrent brader les services publics, démanteler la sécurité sociale, asphixier les collectivités locales et marchandiser les biens communs de l’humanité. Il s’est ainsi opéré un vrai renversement de valeur : masquant jadis les intérêts des classes dominées et critiquée en ce sens par les marxistes, la notion d’intérêt général ne représente-t-elle pas aujourd’hui la défense d’un modèle de régulation économique et sociale en butte aux attaques du néo-libéralisme? C’est pourquoi cette référence utile peut faire consensus pour résister.

    Ceci renvoie à l’usage du concept de république et de républicain. Serait-il trop frileux? Offrirait-il un supplétif ambivalent sinon insignifiant? Son usage masquerait-il un renoncement à l’idée même du socialisme?

    Les valeurs du socialisme, c’est vrai, se sont dépréciées dans la conscience collective mais les raisons du socialisme n’ont pas cessé de valoir pour autant. La vision jaurésienne identifiant le socialisme avec l’épanouissement de la république ne garde-t-elle pas sa force propulsive?

    Magnifique synthèse républicaine, toujours menacée d’un tropisme conservateur sans cette ” évolution révolutionnaire “ portée par le mouvement des idées et les luttes sociales. (1) Equilibre difficile, cette posture s’appuyant sur le meilleur des legs républicains pour forcer le destin d’une démocratie désactivée sous les coups de buttoir d’un néolibéralisme socio-économique marié, pour le pire, au néo-conservatisme idéologique, ce néo-conservatisme arrogant qui brave les fondamentaux républicains dans ses insultes à la laïcité et à l’idéal des Lumières ! (2)

    La défense du civisme et de la solidarité garde toute son actualité dans une société en proie au délitement des liens sociaux et au repli sur soi. La promotion de l’instruction publique, l’accès à la formation et à l’emploi, au logement et à la santé, la citoyenneté restent au coeur d’un projet de société. La justice sociale, la laïcité, l’égalité des chances… autant de valeurs toujours actuelles au fondement de l’action politique.

    Mais le combat politique doit articuler la conscience collective des enjeux avec le projet dans une perspective historique. Un programme de salut public pour une révolution citoyenne!

    Inscrite définitivement dans la tradition républicaine du socialisme français – qui porte  haut l’exigence démocratique avec la visée laïque et citoyenne -, la gauche doit être le creuset d’une perspective sociale audacieuse. Le néolibéralisme – qui n’est rien d’autre qu’une victoire du capitalisme financier sur le monde du travail –  doit donc être combattu avec détermination et réalisme. Il appartient ainsi aux forces de gauche d’entamer et de contester sa légitimité. 

    C’est le combat pour une nouvelle hégémonie culturelle et idéologique autour des valeurs républicaines et sociales de la gauche française ! C’est une volonté de peser pour une Europe solidaire des nations et des peuples en contrepoids à la mondialisation libérale et à l’unilatéralisme américain. (3)

    La refondation de la gauche passe ainsi par l’ambition du réalisme pour sortir des impasses ; celle d’une gauche de la gauche anti-libérale, cantonnée dans un rôle protestataire et celle d’un républicanisme sans visée affirmée de transformation sociale. D’où notre posture résolument éclectique, fondée sur la critique radicale du néolibéralisme mais profondément ancrée dans les fondamentaux républicains. Rompant avec des réflexes idéologiques pavloviens, cette posture politique a besoin d’être expliquée pour devenir un nouveau point d’équilibre à gauche entre différentes sensibilités. Ce défi encore loin d’être relevé reste ma profession de foi ! (4)

    X.D

    (1) Autre façon de dire, à la manière d’un Didier Motchane “Je passerais rapidement ici seulement-sur les échecs du combat contre le capitalisme en l’Etat et l’ensemble des institutions de la République. Les points d’appui qu’elles offrent aux vagues déferlantes de la privatisation font du service public, de l’enracinement du désir et des instruments de la protection sociale les remparts d’un combat en retraite déjà perdu en rase campagne. Si conforter la résistance est une urgence quotidienne, l’erreur de s’y enfermer serait fatale. Fatale au sens propre : à la responsabilité civique, au service public, aux institutions de la démocratie qui se retranchent aujourd’hui comme prises au piège d’une forteresse assiégée, il faut frayer un destin neuf. ”

    (2) Néo-conservatisme légitimant aussi l’exacerbation des contradictions avec l’explosion des profits des milieux financiers jouissant sans entraves, plus de quarante ans après l’éphémère révolte contre une société de consommation devenue, depuis les ravages du néolibéralisme, société de marché, laquelle étend son empire sur la planète avec la marchandisation du monde qui affame aujourd’hui des populations entières, privées de la plus fondamentale souvaineté alimentaire.

    (3) Il s’agit d’un  engagement concret de soutien et de relais aux luttes des salariés et aux aspirations populaires, en France, en Europe et dans d’autres régions du monde, couplé d’un travail d’analyses, d’échanges et  d’éducation populaire.  Une telle perspective – en contrepoint absolu avec la logique du néolibéralisme – suppose l’élaboration collective, en France, d’un  projet politique visant à souder un “Front de classes” d’abord  ancré dans les couches populaires ( sans oublier les travailleurs précaires ) et trouvant ses appuis dans de larges fractions du salariat, des travailleurs indépendants et des couches intellectuelles.

    (4) Pour une présentation de cette démarche : mon article « Une position centriste radicale et républicaine par refus des vieilles politiques de chimères ou de renoncements  » dans Désert d’avenir à gauche ? Sept modestes contributions du blog citoyen, socialiste et républicain aux débats d’idées

    Disparition tragique de Nicole Bippus, conseillère générale du canton de Sore

    Créé par le 05 nov 2009 | Dans : a3-Civisme, citoyenneté et militance

    Nous nous associons au deuil de la famille, des amis et camarades de Nicole Bippus, décédée hier dans un accident automobile.

    Cette militante communiste, généreuse et ouverte, menait un vrai combat contre les injustices, les exclusions et l’insécurité qui frappe le monde du travail.

    Nous l’avions saluée tout dernièrement à l’occasion d’une récente rencontre militante à l’initiative de la fédération des Landes du Parti Communiste.

    X D

    Boutefeu !

    Créé par le 11 sept 2009 | Dans : a3-Civisme, citoyenneté et militance

    Je laisse à tout un chacun son appréciation sur un propos pour le moins malencontreux qui fait le tour des blogs et des médias. Le fond de l’affaire est bien trop grave pour être commenté à partir des seuls éléments vidéo susceptibles de donner lieu à toutes les interprétations. Celles du boutefeu restent cependant bien contestables sauf montage vidéo mal intentionné. Auquel cas il fallait  dénoncer les faussaires. Reste l’hypothèse de la validité des thèses accusatrices. Très  Dupont-La Joie notre bouteur n’aurait pas résister au plaisir de se laisser aller dans une petite phrase qui en dit long…

    Ce vent mauvais qui souffle sur notre République a de quoi inquiéter tous les démocrates. Dans ce trouble envahissant, l’opposition pose avec force et raison la question du maintien du ministre au gouvernement. Car même si ce ne devait être qu’une affaire de com’, elle justifierait bien une sanction exemplaire. Ce que le préfet déchu ne manque pas de rappeler avec véhémence et sans doute à raison, lui qui fit il y a peu les frais de propos rapportés à connotation raciste.

    X D

    12345...21

    Nouveau regard, nouvelle Ec... |
    democratia |
    Mers El-Kébir Franc-Tireur |
    Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
    | mouvement de soutien "waaxu...
    | HYPERDEMOCRACY