Articles de fond

Articles archivés

Le bilan économique de la droite : une gestion totalement décalée au profit des plus riches

Créé par le 13 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, a2-Blog-notes politique de Xavier Dumoulin, Articles de fond, Economie

http://www.lexpansion.com/art/4424.152913.0.html

L’expansion tente un bilan de la politique économique du quinquennat. Ce dernier nous explique E. Heyer a connu une croissance chaotique. Le début du quinquennat est celui de l’explosion de la bulle internet (la net économie sur laquelle spéculaient tant de bons esprits et de boursicoteurs).Très vite, les déficits publics ont à leur tour explosés : de 48,8 Milliards d’euros en 2002 -soit 3,1% du PIB- à 66,6 Milliards en 2003 -soit 4,2% du PIB. Chirac s’entête à vouloir baisser les impôts des plus aisés alors que les besoins de dépenses sociales restent importantes. Le budget n’est pas au service de la relance. La croissance mondiale atteint 5% en 2004. Elle n’est que de 2,3 en France. Quelle erreur de pilotage! Le gouvernement s’est enlisé dans une baisse d’impôts pour les riches qui favorise l’épargne plus que la consommation.  Le commerce extérieur s’est également dégradé : +5 Milliards d’excédents en 2002, +26 Milliards de déficits en 2006. La politique de l’euro cher (cher aussi à nos libéraux et surtout cher pour les français qui en paient le prix!) fait ses ravages. Dans un cycle mondial favorable, la France connaît un déficit de 2,2% du PIB fin 2006, une dette qui se réduit. La situation du chômage (8,6% de la population active) n’est pas sans lien avec le traitement social du chômage (plan Borloo) selon Michel Didier. Les radiations de l’ANPE et l’augmentation du nombre de bénéficiares du RMI -du fait notamment du raccourcissement des délais d’indemnisation - minimisent de notre point de vue la portée sociale d’un tel plan.

Ces économistes dressent un constat pour le moins mitigé. On doit surtout regretter la perspective très libérale dans la conduite de la politique économique. Les salariés et les précaires en ont payé le prix fort quand les gouvernements se sont obstinés à sacrifier la croissance pour satisfaire des intérêts étroits ( la fameuse baisse des impôts promise par le candidat Chirac en 2002). La leçon de choses pour le retour de la gauche au pouvoir semble sur ce point avoir été comprise par le premier secrétaire du P.S . Il reste à la gauche beaucoup de chemin à parccourir pour s’émanciper des lieux communs du libéralisme : réorientation complète de l’Europe, politique industrielle, politique des revenus, politique sociale audacieuse etc. C’est un combat que la gauche devra mener au sein de l’Europe – en posant des exigences fortes – et sur le plan national. La politique a de beaux jours devant elle pour faire valoir ces arguments qui ne vont pas dans la pente de l’air du temps. 

Xavier DUMOULIN

Ecouter, proposer, rassembler par Xavier Dumoulin

Créé par le 06 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Articles de fond, Battre campagne, Ségolène Royal

lalibertguidantlepeuple.jpg Ce sont les trois défis de la campagne pour faire gagner la gauche, toute la gauche. Derrière Ségolène Royal il faut une forte mobilisation des citoyens. Dans les Landes le dispositif de campagne a été présenté hier par Renaud Lagrave, premier secrétaire de la fédération des Landes entouré des responsables locaux du MRC, du PRG, du PS et de parlementaires socialistes. Le comité de campagne déjà bien représenté a beaucoup de travail en perspective. Des débats participatifs pernettront de larges échanges sur la vie chère, le logement, la lutte contre les violences et l’environnement. A partir de la semaine prochaine … 

Ces rencontres constitueront la première phase de la campagne : celle de l’écoute et de l’échange.

La gauche doit aller à la rencontre des gens et parler de tout ce qui fait question. Sans tabou, sans arrogance, dans une posture franchement unitaire. On observe beaucoup de réserves de la part de citoyens de différents horizons. Ils ont d’ailleurs raison d’attendre un message fort traduisant leur volonté de créer les conditions d’une véritable alternative en France et d’une réorientation de l’Europe. Ces clarifications,  il faut les exprimer en partant  des attentes des gens et dans le cadre d’un débat constructif. La sensibilité républicaine qui propose des réponses sur le fond et qui ne s’accommode pas d’une gestion libérale, même dans sa version sociale, doit participer à ce travail militant. Une page a été tournée avec l’accord MRC-PS. Il faut écrire à présent la suite. Pour ma part je réponds présent, sans état d’âme et avec enthousiasme. Le premier secrétaire fédéral du MRC, Jean Marc Célerio, qui participait lui aussi à cette rencontre, le dira avec moi à tous ceux qui se reconnaissent dans les positions de Jean Pierre Chevènement. Mais dès à présent, c’est  toute la gauche réunie, qui doit aller vers les gens. Et comme ceux-ci ont de bonnes raisons de s’interroger, nous les écouterons ensemble.

Le logement dans la Question sociale

Créé par le 04 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, a2-Blog-notes politique de Xavier Dumoulin, Articles de fond, Santé-social-logement

Les problèmes du logement expriment une large part de la question sociale. Ils résument la convergence de trois logiques détestables en oeuvre au coeur du système socio-économique néolibéral.

La première, celle de la recherche effrénée du profit par laquelle le capital s’approprie la richesse sociale (déplacement de plus de dix points de la valeur ajoutée en deux décennies au profit des revenus du capital) trouve son ressort dans la précarisation du travail (temps flexible, pression sur les salaires, chômage, etc.). Les travailleurs ainsi précarisés sont en butte à des difficultés énormes d’accès au logement. Avec des revenus instables et trop bas, ils ne trouvent pas grâce auprès des bailleurs et des banquiers. Dans un contexte de mobilité accrue, cette logique ravageuse est responsable de la situation de travailleurs, souvent jeunes, privés de logement ( 30% des SDF).

La seconde logique, celle de la spéculation, est la soeur jumelle de la première. Foncière ou immobilière, cette spéculation chasse du coeur des villes les gens les plus modestes pour promouvoir ou rénover les beaux immeubles des classes supérieures et des maisons-mères des grandes sociétés. Elle éjecte à la périphérie les couches défavorisées, mal logées dans des zones de relégation.

Sous l’effet conjugué de ces courants néfastes, une troisième logique gangrène notre société; celle de la ségrégation. Elle produit une fracture spatiale qui reflète la fracture  et la structuration sociale. Les cités ghetto concentrent tous les drames d’une société qui exclut plus qu’elle n’intègre. Cette logique en oeuvre mine notre modèle d’intégration républicain et ouvre la porte au communautarisme.

La question du logement est une dimension intrinsèque de la question sociale plus large. Elle appelle des réponses audacieuses à l’opposé des thérapies libérales voulues par la droite au service du capitalisme financier.

Xavier DUMOULIN

Les mots et les maux

Créé par le 02 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, a2-Blog-notes politique de Xavier Dumoulin, Articles de fond, Battre campagne

La sémantique s’intéresse à la politique car les bons mots font mouche.  Le conformisme ambiant fige en effet dans des catégories étanches la prose politique. C’est un peu tout le problème de la prégnance  idéologique qui conduit à garder les notions dans des tiroirs fermés à double tour de clef. L’ordre et la nation seraient de droite, le mouvement et la permissivité de gauche. Pour dépasser ces pesanteurs, les candidats joueraient ainsi sur le retournement de sens, usurpant le vocabulaire de l’adversaire à leur profit en escomptant, dans le même temps, déplacer les lignes de démarcation à leur avantage. C’est peut être un peu vrai mais sûrement un peu court. Croire qu’il n’y a que malice à sortir des sentiers habituels du discours idéologique, n’est-ce point condamner toute velléité de renouvellement de la pensée? On trouve pourtant toujours de bons esprits pour dénoncer l’emprunt d’un terme hérétique parce qu’il serait d’usage chez l’adversaire. Est-ce à dire qu’en politique il n’y aurait de pensée que dogmatique? Ce n’est pas un mal de renouer au travers du vocabulaire avec des attentes populaires réelles. Cessons donc de chercher des  poux dans les têtes bien faites de ceux qui s’affranchissent de tous les conformismes, fussent-ils ceux de la gauche! Si nous avons besoin d »un ordre juste » ce n’est certainement pas pour chasser sur les terres de la droite mais bien davantage  parce qu’il s’oppose à la dérive libérale de la fracture sociale et du repli sur soi. Ces maux là sont bien terribles!

Xavier DUMOULIN

L’honneur de Jean Pierre Chevènement

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, a2-Blog-notes politique de Xavier Dumoulin, Articles de fond, Le Che

 http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16657 Jean Pierre Chevènement au meeting de la salle Japy

L’honneur de Jean Pierre Chevènement
par Xavier Dumoulin (IP:xxx.x03.98.246) le 16 décembre 2006 à  11H01

Qu’ils sont sévères ces pourfendeurs de la chevènementie ! Pas de mots assez durs pour stigmatiser la posture du Che et de ses amis. Aucun argument ne sera épargné. Amalgames, inexactitudes, jugements péremptoires…Il faut hurler avec les loups ! Comme ils ont la mémoire courte ces  blancs-becs arrogants et donneurs de leçons.

Tout a commencé bien avant la fatwa de Lionel Jospin, ce mal aimé des français. Nous sommes à Epinay en 1971. Un jeune statège travaille avec ses amis qui ont investi la vieille maison de la SFIO. Il est prêt à soutenir un certain François Mitterrand sur une ligne de rupture avec le capitalisme et d’Union de la Gauche. C’est chose faite en 1971 à Epinay grâce à l’appui du CERES. Jean Pierre écrit le projet socialiste et négocie aux côtés de F Mitterrand le programme commun. Tout ceci reste incontestable. Nous voici à Metz en 1979 avec l’affrontement des deux lignes: celle de Rocard (la société civile,contre le jacobinisme et l’étatisme,contre les nationalisations franches, le plan etc.) et celle de la fidélité à l’Union de la Gauche (« entre le plan et le marché il y a le socialisme » disait alors Fabius). A votre avis où se situe Jean Pierre Chevènement ? La victoire interne  de « la ligne de Metz », toujours avec le CERES,  permet ensuite celle de 1981 par le rassemblement des forces de gauche. Jean Pierre Chevènement qui avait été chargé de l’élaboration du projet socialiste (à l’origine des cent dix propositions de François Mitterrand), devient Ministre d’Etat (Industrie et Recherche). Il mène une action vigoureuse pour la recherche. 1983. Mitterrand hésite puis choisit d’ouvrir la parenthèse libérale avec l’arrimage du franc au SME et la politique de l’offre. Démission de Jean Pierre Chevènement qui mène la bataille au congrès de Bourg en Bresse. Ce diable de CERES est toujours bien vivant. En toute responsabilité, il choisit la synthèse. 1984 ; rappel de Jean Pierre Chevènement après l’échec du GSPULEN (A Savary échoue dans sa tentative d’unifier le service public de l’éducation nationale). Chevènement relève le défi de l’intelligence: « lire, écrire et compter » , « quatre vingt pour cent d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat ». Une impulsion forte qui remet les vrais enjeux au centre du débat. Jean Pierre Chevènement et ses amis changent le CERES en Socialisme et République, revenant aux sources de la pensée socialiste ; celle de Jaurès. Après la reconquête du pouvoiren 1988- je devrais dire l’exercice pour parler comme Léon Blum-  Jean Pierre Chevènement est tout naturellement investi d’un grand portefeuille : celui de  la Défense  Ce n’est pas surprenant puisque depuis très longtemps il oeuvre avec Charles Hernu pour une politique de dissuasion et a su faire adopter ce principe avant l’arrivée de la Gauche au pouvoir. La stratégie gaullienne de la sanctuarisation de notre territoire est cohérente avec la stratégie du refus de la politique des blocs. Elle autorise la France à rester hors du commandement intégré de l’OTAN.

La première guerre du Golfe se dessine. Nous sommes dans le début des années quatre vingt dix (période de l’écroulement du bloc soviétique). Jean Pierre Chevènement se désolidarise et refuse l’alignement de la France sur les Etats Unis. Ce n’est pas la guerre du droit mais celle du pétrole qui annonce la seconde guerre impérialiste de G.W. Bush (et entre temps l’embargo et ses milliers de morts). Jean Pierre Chevènement prend le risque de s’isoler. Sa démission est finalement acceptée par F Mitterrand.

Avec le traité de Maastricht, il faut tout le tempérament de Jean Pierre pour s’opposer à F. Mitterrand et au parti socialiste. L’Europe libérale est devenue l’horizon des socialistes ! Le mouvement des citoyens rassemble des militants qui refusent cette allégéance au libéralisme et veulent relever la France, la Gauche et la République. Avec la Gauche plurielle Jean Pierre Chevènement reprend du service à l’Intérieur. Il agit avec équilibre sur les questions de sécurité (cf les récents compliments de Ségolène Royal), promeut l’inter-communalité et règle la question des sans papiers. Advint alors la question Corse. Dans son dos, Jospin et son directeur de cabinet préparent la partition de la République (l’histoire leur donnera tort avec le référendum en Corse). Jean Pierre Chevènement démisionne. Emile Zucarelli est d’accord avec lui.

Nous voici dans la campagne des présidentielles en 2002. Au dessus de la Gauche et de la Droite il y a la République ! C’est toujours vrai ! Sauf pour Monsieur Sarkozy, peut être avec ses penchants communautaristes et sa fascination pour l’Amérique. A l’extrême gauche, sous réserve d’inventaire, les approches évoluent dans le bon sens (C Piquet de la LCR publie »La République dans la tourmente » et Monsieur Mélenchon -qui ne sait pas toujours où il habite- reconnaît des vertus à la République). En 2002, disais-je Jean Pierre Chevènement entend relever la France « en faisant en tous points retour à la République ». Quelle ringardise pour tous nos pourfendeurs de cet ordre juste cher à Ségolène Royal. Traversée du désert face aux conservatismes des bien-pensants. Jean Pierre Chevènement et ses amis tiennent bon. Un aveu : ils font bien de se délester des soi disants souverainistes qui ont su brouiller les cartes (à la différence des éléments sincères possédant cette sensibilité forte sur la souveraineté populaire). Jean Pierre Chevènement mène tout naturellemnt une campagne énergique et crédible pour le « Non républicain » au référendum du 29 mai 2005. Son argumentation s’inscrit dans le droit fil de son action contre l’Europe de Maastricht. En joignant l’acte à la parole, le mouvement de Jean Pierre Chevènement a préparé de longue date cette grande victoire populaire. 

 Et nous voici dans le temps présent de cette nouvelle campagne présidentielle. Dans le droit fil de sa pensée exprimée dans son dernier et riche ouvrage « La faute de M. Monnet » et en phase avec la ligne du Mouvement Républicain et Citoyen, Jean Pierre Chevènement repart à l’assaut du libéralisme dans une élection majeure pour la France. Il ouvre sa campagne avec brio dans un grand meeting à la salle Japy. Ruse de l’Histoire : les socialites un peu déboussolés par la liberté de ton de leur candidate se résignent à négocier avec le MRC. On connaît le résultat et il faut s’en réjouir car Jean Pierre Chevènement qui veut être « l’instituteur républicain » dans cette campagne (discours de Japy) est aujourd’hui encore mieux entendu. Quelle constance ! Quelle détermination ! Quelle abnégation ! Avec une intelligence et une cohérence reconnues de tous, Jean Pierre Chevènement est à mes yeux l’honneur de la Gauche. Il se situe « du point de vue le plus élevé c’est à dire le moins encombré, « . Il y a du Jaurès et du Mendes-France dans cet homme. Avec lui, il reste un avenir.

DUMOULIN – 10.12.2006 – 06h44

1...9899100101102

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY