a-articles privés accès autorisés

Articles archivés

Protégé : Qui commence par Kouchner finit par Macron : Jean-Claude Michéa – Entretien du 18/09/2018 sur France Culture

Créé par le 30 nov 2018 | Dans : a-articles privés accès autorisés, Articles de fond

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Une lettre de Jean-Claude Michéa à propos du mouvement des Gilets jaunes aux amis de Bartleby

Créé par le 30 nov 2018 | Dans : a-articles privés accès autorisés, articles lecture limitée administrateur

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Ce diable de CERES : photo de famille

Créé par le 01 nov 2017 | Dans : a-articles privés accès autorisés

Résultat de recherche d'images pour "mort de didier motchane"

Nicole Bricq, une dame en politique

Créé par le 08 août 2017 | Dans : a-articles privés accès autorisés

une dame en politiqueMort de Nicole Bricq, ex-ministre au caractère bien trempé, titre Tonino Serafini dans son papier pour Libé. Le journaliste rend hommage à la carrière de la parlementaire  décédée dimanche dernier suite à une chute d’escalier. Passée de Chevènement à Macron, cette personnalité bien connue des cercles politiques devait occuper deux ministères sous la présidence de François Hollande et s’était surtout fait connaître des internautes pour ses propos peu amènes envers la cuisine servie au Palais de l’Elysée…
Sur son blog JPC  manifeste son affection à la famille de cette « militante socialiste engagée ». Nicole et Jean-Paul Planchou, son mari, ont été des proches de Chevènement jusqu’à leur rupture d’avec Socialisme et République, suite à la guerre du Golfe. Nicole avait dirigé la fédération de Paris tenue de longue date par le CERES. Jean-Paul Planchou était un fin connaisseur des questions monétaires et financières. Il a longtemps combattu le mirage du franc fort, arrimé au mark dans le SME, annonçant la monnaie unique. La parlementaire Nicole Bricq tenait bon après sa recomposition politique. J’avais assisté à son discours de rupture avec JPC dans une assemblée tendue. Elle avait introduit son discours par des considérations très affectueuses à l’égard du Che pour ensuite développer son total désaccord stratégique.
De la géopolitique à la politique tout court, il y a un lien. Non pas seulement parce que la guerre serait le prolongement de la politique par d’autres moyens, mais plutôt du fait de l’importance aujourd’hui primordiale de l’économie-monde et de la résolution des conflits et des problématiques environnementales à l’échelle de la planète. Cette vision relève d’un pragmatisme éclairée que d’aucuns, sans doute à l’instar de notre regrettée Nicole Bricq, voudraient trouver chez le président Macron qui entame à petits pas quelques revirements diplomatiques significatifs.
Les méchantes langues, rapporte le journaliste, disaient de Nicole Bricq, qu’elle faisait partie de ces socialistes qui «ont commencé leur carrière à la gauche du parti et qui ont dérivé carrément à droite». C’est sans doute exact. Le paradoxe dans ces recompositions vient parfois des retrouvailles fortuites de personnalités bifurquant dans leur trajectoire respective pour finalement  épouser à un moment donné la même position dans une nouvelle conjoncture… Mais ne nous perdons pas en conjectures dans cet entrelacs de problématiques politiciennes. Après le décès de Nicole Bricq; le président Macron, comme beaucoup d’autres personnalités politiques, a salué sa mémoire.
La suppléante de notre sénatrice, Hélène Lipietz, eut été mieux inspirée, quant à elle, de taire son opportunisme sans morale dans une déclaration évoquant le décès de madame Bricq.« Nicole est morte, me revoilà peut-être sénatrice… », affirmant que ce décès représente « le pire des scénarios, et pour elle et pour moi », la suppléante évoquant les arcanes du droit constitutionnel en la matière (le remplacement de la sénatrice par sa suppléante) à six semaines du renouvellement du Sénat. Interpellée par des internautes choqués par ces propos la suppléante rétorque « Il n’y a pas de larmes, sauf pour Jean-Paul [le mari de Nicole Bricq] dont j’ai apprécié l’humour », laissant entendre que le décès de sa titulaire ne l’affecte pas particulièrement.
Méditons plutôt cette leçon du jour sur l’opportunité en politique et saluons à notre tour, à la façon digne du Che, cette « militante socialiste » que nous avions entendue  de nos propres oreilles reprocher avec virulence aux camarades de son courant, le CERES, de renoncer à la rupture avec le capitalisme, dans ce début des années 80, sous la présidence de François Mitterrand. Avant d’être recadrée par Didier Motchane, ce militant inébranlable et théoricien à la dialectique implacable duquel nous tenions « les clefs pour le socialisme »!
Xavier Dumoulin
Suite sur accès autorisé

Bella Ciao

Créé par le 05 août 2017 | Dans : a-articles privés accès autorisés, a-le quartier libre de Xavier Dumoulin

Voir aussi Actes du colloque de la Fondation Res Publica : « Max Gallo, la fierté d’être français »

Les actes du colloque du 21 novembre 2017 sont disponibles en ligne sur le site de la Fondation Res Publica.

lBella Ciao

« Et voilà qu’à mon tour, je sacrifie à la mode de l’egocentrisme. Je ne vaux pas mieux que mes congénères, pire, je suis peut-être pire qu’eux puisque j’entreprends d’écrire sur moi, sur Max, enfin sur nous, sur notre désarroi. Je ne me pose pas la question de savoir si l’épreuve que nous traversons mérite d’intéresser quiconque. Écrire m’apparaît comme le seul moyen de résister, résister à ma manière, non pas à l’invasion des Allemands, mais à la maladie de l’homme que j’aime, un homme qui n’est plus celui que j’ai aimé. Moi non plus, je ne suis plus celle qu’il a aimée. J’ai pris conscience, il y a bien longtemps, qu’il existait plusieurs versions de soi-même. » 

Le rapport à la maladie de Parkinson, la vie de couple perturbée dans une relation d’amour qui n’endigue pas l’épuisement, générant parfois la colère, sont évoqués dans une totale sincérité et laissent place à l’interrogation sur la nature humaine.

Dès les premières pages de son récit de vie avec Max, Marielle soulève la question de la dualité de l’être – « il existe plusieurs versions de soi-même » qui peuvent être « concomitantes » – dans « une multiplicité de temps individuels, superposés mais discordants ». Tout est rassemblé en quelques phrases. Mais au fond cette problématique n’est elle pas beaucoup plus large?

La maladie exacerbe à l’évidence ce difficile rapport à l’Autre. Elle ne saurait résumer les contradictions de l’existence. Marielle évoque sa vie compliquée avec ses trois enfants issus de trois pères, constat d’une vraie difficulté dans la vie de couple. Avec cette situation rocambolesque des retrouvailles des époux Gallo dans la garçonnière de Max pour s’adonner aux jeux de l’amour, loin des risques de promiscuité avec leurs enfants respectifs qui pourraient faire irruption dans la chambre d’amour quand Julien, le fils de Max déjà trentenaire au moment de l’écriture du roman, avait fait élection de domicile chez son père, Max refusant la recomposition parentale sous un même toit.

Ses moments de tendres complicités, Marielle en parle avec pudeur et drôlerie évoquant  quand même ses tenues affriolantes et ses talons aiguilles avec sa garde robe, précieusement rangés dans leur nid d’amour. Lire la suite »

12

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY