Battre campagne

Articles archivés

« Chè 2012 pour faire bouger les lignes »

Créé par le 16 oct 2011 | Dans : Battre campagne

“Pour sortir la France de l’impasse et lui préparer un autre avenir, il nous faut armer les consciences, élever le niveau du débat, faire bouger les lignes.

Comment y parvenir ?

Moi, je vous pose la question. Etant donné ce que sont les institutions de la Vème République peut-on le faire autrement qu’en étant candidat ? C’est une question difficile à laquelle je vous demande de réfléchir. Gardez intact votre courage car notre ligne de force est la bonne. La France aura besoin, quoi qu’il arrive dans les années qui viennent, d’un recours. Elle aura besoin de retrouver ses fondamentaux. Elle aura besoin d’un axe politique. Elle aura besoin d’un projet. Et moi, j’aime mon pays. Je crois en la France. Je ne pense pas que la France soit morte. Je pense que le passé pèse sous les apparences de l’éphémère et que l’anecdote dans laquelle on voudrait nous entrainer – comment se passe le retour de celui-ci, et celui-là va-t-il y aller, etc. – n’est rien et qu’il y a en profondeur un peuple qui a une tradition, qui a une volonté, qui a des valeurs, pas seulement des valeurs d’égalité, mais aussi des valeurs de création, de courage, de liberté créatrice et c’est cette capacité d’orientation que nous allons devoir, ensemble, exercer. Je vous donne donc rendez-vous dans les prochaines semaines.”

 

Jean-Pierre Chevènement

Discours de Carros

Dossier dans Marianne : l’équation Montebourg

Créé par le 16 oct 2011 | Dans : Battre campagne

Marianne2 | Samedi 15 Octobre 2011 à 12:01 |

En arrachant 17,2% des suffrages aux primaires socialistes, Arnaud Montebourg a endossé le costume du troisième homme et a adressé une lettre publique aux deux «impétrants» du second tour. après 48 heures de cafouillage, il a finalement affiché sa préférence « à titre personnel » pour François Hollande, il s’est refusé à donner des consignes de vote.


 


Sur Marianne2

l'équation Montebourg

Montebourg: les «impétrants» Aubry et Hollande n’ont qu’à bien choisir! par Gérald AndrieuArnaud Montebourg était dans la pire des meilleures situations : devoir choisir entre deux candidats qu’il n’a cessé de renvoyer dos-à-dos. Malicieusement, il les remet tous les deux devant leurs propres responsabilités. S’ils veulent son soutien, ils devront reprendre certaines de ses idées. Mais le « marchandage », idéologique pour une fois, se fera, assure-t-il, de façon publique, par lettres interposées.

Primaires : avec Montebourg , la modernité change de camp par Coralie DelaumeAu delà d’un score bien plus élevé que prévu, la grande réussite de Montebourg est surtout d’être parvenu à rendre d’actualité des thématiques « ringardisées », si bien qu’elles sont maintenant au centre des débats.

Montebourg face au sempiternel dilemme de la gauche du PS par Laurent PinsolleS’il veut peser après ce premier tour, Montebourg doit vraisemblablement se résoudre à faire un choix, et il compte bien utiliser son score pour peser sur la ligne du Parti. Aubry ou Hollande ne bénéficieront du soutient du troisième homme qu’à l’unique condition qu’ils reprennent certaines de ses idées phares…Notre blogueur associé Laurent Pinsolle, proche du parti républicain Debout la République, revient sur la campagne de Montebourg, qu’il qualifie de bonne et courageuse.

Hollande talonné par Aubry, Montebourg vedette du premier tour par Gérald Andrieu et Philippe CohenL’avance du favori François Hollande est bien moins grande que prévue : les électeurs n’aiment décidément pas les candidats des médias. Le score de Montebourg est la deuxième surprise de la soirée électorale, et débouche sur un second tour plus serré qu’on ne pouvait l’imaginer.

Primaire PS: 2,6 millions d’électeurs. Avec ou sans le peuple? par Gérald AndrieuLe PS a réussi son coup, et très largement, en enregistrant 2,6 millions votants au premier tour de sa primaire. Mais les classes populaires ont-elles fait le déplacement ? Les électeurs montebouriens sont-ils vraiment ces « perdants de la mondialisation » à qui il voulait s’adresser ? Pas sûr. D’autant que les « logiques de bastion », dans ce vote pourtant ouvert, a fonctionné à plein comme dans un vote socialiste classique…

Les réponses à la lettre d’Arnaud Montebourg publiées sur Marianne2 :

Exclusif: Mélenchon répond à la lettre de MontebourgAvant même Martine Aubry et François Hollande, Jean-Luc Mélenchon répond à la lettre d’Arnaud Montebourg. Le candidat à la présidentielle du Front de gauche y affirme, une nouvelle fois, et en quatre points très précis, sa proximité idéologique avec le député de Saône-et-Loire. De quoi couper l’herbe sous le pied des deux finalistes de la primaire…

Exclusif: Dupont-Aignan répond à Montebourg: «Le PS ou la France ?»Après Jean-Luc Mélenchon, c’est Nicolas Dupont-Aignan qui répond à la lettre d’Arnaud Montebourg. Le candidat à la présidentielle de Debout la République y presse celui qu’il appelle son « compagnon » à quitter le PS – comme lui a quitté l’UMP – et donc à ne soutenir ni Aubry ni Hollande.

Exclusif. Hamon, Emmanuelli et Lienemann répondent à Montebourg: ce ne peut être qu’Aubry!Benoît Hamon, Henri Emmanuelli et Marie-Noëlle Lienemann répondent à la lettre d’Arnaud Montebourg adressée aux deux finalistes de la primaire. Pour ces représentants de l’aile gauche du Parti socialiste, il n’y a pas à tergiverser : Martine Aubry est la candidate qui se rapproche le plus des idées que le député de Saône-et-Loire a défendues lors de la campagne.Chômage, salaires, retraites : les oublis de la lettre d’Arnaud Montebourg par Gérard FilocheComme il l’avait annoncé, Montebourg énonce les points-clés de son programme qu’il souhaite voir repris par Aubry ou Hollande, par lettres interposées. Il y aborde le contrôle politique du système financier, le protectionnisme européen, et son projet de VIème république. Mais cette lettre n’aborde ni le chômage, ni les salaires, encore moins les retraites ou l’école. Des points pourtant essentiels, qui préoccupent grandement les électeurs.

Retrouvez aussi notre dossier sur Montebourg :

Montebourg se voit au 2nd tourAmbitieux, Arnaud Montebourg vise la première place. En attendant, il se contenterait bien du second tour. A la veille de la primaire socialiste, Marianne2 revient sur sa campagne : le plus « mélenchoniste » des candidats a su se démarquer autour de quelques idées-clefs – comme la démondialisation – sans pour autant faire toujours l’unanimité….


Les réponses de Martine Aubry et François Hollande à la lettre de Montebourg

«Cher Arnaud…»: les réponses de Martine Aubry à Arnaud MontebourgA Arnaud Montebourg : « Je compte sur toi dans le grand rassemblement qui permettra à la gauche de gagner en 2012. » (Réponse de François Hollande)


Ailleurs sur le Web…

Arnaud Montebourg : « Je voterai pour Hollande » propos recueillis par David Revault d’Allonnes
Arnaud Montebourg, qui a obtenu 17 % des voix au premier tour de la primaire socialiste le 9 octobre, explique son refus de donner  une consigne de vote pour dimanche.
Montebourg : Son héros s’appelle Obama par Dominique de Montvalon
Arnaud Montebourg n’en finit pas de savourer son résultat de dimanche. Bien au-delà de Hollande et d’Aubry, cet avocat doué et très ambitieux voit très loin. Il a de l’appétit.

Arnaud Montebourg fait durer le suspense par LeParisien.fr
Très courtisé depuis son score (17%) au premier tour de la primaire socialiste, Arnaud Montebourg fait durer le suspense sur ses intentions… quitte à semer la confusion.
Montebourg populiste ? « L’appel au peuple n’est pas dégueulasse ! » par Mathieu Deslandes
Pour l’UMP, Montebourg est un dangereux agitateur d’extrême gauche. Mélenchon considère que le député de Saône-et-Loire lui a préparé le terrain pour la présidentielle. A gauche toute ? Gaël Brustier, proche de Montebourg, s’inscrit en faux contre cette lecture.

Le vent se lève (carnet de Jean-Pierre Chevènement)

Créé par le 10 oct 2011 | Dans : Battre campagne, Blog du Che

Le score d’Arnaud Montebourg traduit l’existence forte à gauche des idées que nous portons visant à remettre en cause la mondialisation libérale.

Les gens comprennent les conditions biaisées qui sont faites à l’économie française par la concurrence des pays à bas coûts et la surévaluation de l’euro, d’où découlent la désindustrialisation et le chômage qui frappe d’abord la jeunesse.

Ce score manifeste l’exigence d’un redressement par rapport au social-libéralisme.

Nous avons besoin de règles, de protections, d’un Etat stratège, d’une Europe de la croissance.

A l’occasion du débat des primaires, la question de l’euro n’a pas été évoquée. Il serait temps de revoir les règles de l’euro, et notamment le rôle de la Banque centrale, sujet que Mme Merkel et M. Sarkozy se refusent à aborder.

Plus que jamais, il faut sortir la France de l’impasse.

« Che 2012″ pour faire bouger les lignes !

Créé par le 09 oct 2011 | Dans : Battre campagne, Contre la guerre, Contre le candidat du capitalisme mondialisé, Le Che, Pour une autre Europe, Une autre mondialisation

Jean-Pierre Chevènement, le 22 août 2010 à Frangy-en-Bresse dans l'est de la France

« Pour sortir la France de l’impasse et lui préparer un autre avenir, il nous faut armer les consciences, élever le niveau du débat, faire bouger les lignes.

Comment y parvenir ?

Moi, je vous pose la question. Etant donné ce que sont les institutions de la Vème République peut-on le faire autrement qu’en étant candidat ? C’est une question difficile à laquelle je vous demande de réfléchir. Gardez intact votre courage car notre ligne de force est la bonne. La France aura besoin, quoi qu’il arrive dans les années qui viennent, d’un recours. Elle aura besoin de retrouver ses fondamentaux. Elle aura besoin d’un axe politique. Elle aura besoin d’un projet. Et moi, j’aime mon pays. Je crois en la France. Je ne pense pas que la France soit morte. Je pense que le passé pèse sous les apparences de l’éphémère et que l’anecdote dans laquelle on voudrait nous entrainer – comment se passe le retour de celui-ci, et celui-là va-t-il y aller, etc. – n’est rien et qu’il y a en profondeur un peuple qui a une tradition, qui a une volonté, qui a des valeurs, pas seulement des valeurs d’égalité, mais aussi des valeurs de création, de courage, de liberté créatrice et c’est cette capacité d’orientation que nous allons devoir, ensemble, exercer. Je vous donne donc rendez-vous dans les prochaines semaines. »

Jean-Pierre Chevènement

Discours de Carros

A lire sur le blog citoyenmemo00061.jpg

Présidentielles : le jeu fermé DSK/Sarkosy/ Le Pen… est-il une fatalité?

Suite des entretiens du blog citoyen et d’AgoraVox avec J.P Chevènement: “Je ne suis pas contre l’Europe. Je suis contre la superposition à l’idée européenne d’un logiciel néolibéral à travers l’acte unique!”

Les entretiens du blog citoyen :”tordre le bâton dans l’autre sens” à l’occasion des prochaines élections en France, en Allemagne et en Italie

Jean-Pierre Chevènement, en visite à Bordeaux, livre au Blog citoyen, socialiste et républicain son analyse sur l’évolution de l’intervention en Libye après les évènements des jours derniers

Les entretiens du blog citoyen : Chevènement et la présidentielle

Un président pour la reconquête d’une France républicaine

Jean Pierre Chevènement en exclusivité pour le blog citoyen, socialiste et républicain en Juin 2008 : “Vivre c’est lutter!”

L’audace politique de Jean Pierre Chevènement

L’honneur de Jean Pierre Chevènement

« Pour sortir la France de l’impasse, il nous faut armer les consciences, élever le niveau du débat, faire bouger les lignes »

Créé par le 08 oct 2011 | Dans : Battre campagne, Fédérations MRC d'Aquitaine

Discours de Jean-Pierre Chevènement, président d’honneur du Mouvement Républicain et Citoyen, lors de l’université d’été de Carros, 4 septembre 2011.



Chers camarades, chers amis,

Merci d’être venus nombreux à Carros.

Je voudrais d’abord remercier l’organisateur de ces universités d’été, Ladislas Polski …

Chers camarades, je voudrais développer deux points :

L’impasse d’abord dans laquelle se trouve la France, une tragique impasse dont, je crois, l’opinion n’a pas encore pris totalement conscience malgré ce que nous a dit Philippe Guibert. « Un avenir friable à court terme pour chacun » ce n’est pas tout à fait la même chose que l’impasse historique au fond de laquelle nous nous trouvons désormais mais ça y ressemble. Ce sera mon premier point.

Et mon deuxième point, naturellement, c’est que nous devons sortir la France de l’impasse et nous allons offrir un projet au peuple français. Nous allons faire surgir un recours. Ce sera difficile mais il y a un chemin.

Lire la suite »

1...89101112...144

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY