Battre campagne

Articles archivés

Alain Vidalies : un député qui se bat

Créé par le 04 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Battre campagne

J’écoutais tout à l’heure l’émission de 19 heures sur France Inter. On y parlait logement, emploi, précarité.  Alain Vidalies, député des Landes et haut responsable socialiste, dialoguait avec les auditeurs et débattait avec un parlementaire de l’UMP. Il a parfaitement mis en pièce la politique de la droite en démontant les arguments d’auto satisfaction proférés par son contradicteur. Alain Vidalies a montré la capacité de la gauche et de sa candidate à offrir une vraie alternative sur les questions sociales. D’un ton ferme mais toujours courtois il a proposé des perspectives argumentées de croissance, d’accès à l’emploi et au logement. Ce sont ces propositions là qu’il nous faut développer pour gagner et changer demain le cours des choses. Dans cette voie, je soutiens fortement mon député qui ne ménage pas sa peine à l’Assemblée et dans sa circoncription.

Xavier DUMOULIN

Pour le sursaut de la France

Créé par le 03 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Battre campagne

http://www.lexpansion.com/art/126.0.152179.0.html#42771

Xavier DUMOULIN 03/01/2007 à 21:10
N’en déplaise aux déclinologues de tous poils, les français ne sont pas défaitistes! Ceux qui vitupérent contre notre modèle social, emprunt – dénoncent-ils – de ringardisme et de rigidités, vantent dans le même temps les vertus des systèmes étrangers souples et flexibles. Cette entreprise de démoralisation s’appuie sur des présupposés idéologiques qui ne résistent pas vraiment à l’examen concret des situations. Nos déclinologues, obnubilés par leur passion destructrice, oublient d’afficher le prix à payer pour sacrifier à leurs modèles. La France est un pays encore très attractif. Sa productivité au travail supporte largement la comparaison avec l’étranger. Le travail est souvent qualifié. La démographie reste favorable. Pour faire un diagnostic adapté, il serait utile de poser des vraies questions. Quelles sont nos valeurs et dans quelle société veut-on vivre? Ces fondements une bonne fois posés, je concède alors que tout reste à faire… en matière de solidarité et d’avancée vers une société redonnant au travail la place central qu’il mérite. C’est tout un programme et ça ouvre des perspectives motivantes. De quoi nous faire retrousser les manches. Là nous nous comprenons mieux!

 

 

Johnny et Arnaud mettent le feu au lac

Créé par le 03 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Battre campagne

http://www.20minutes.fr/articles/2007/01/03/20070103-politique-Johnny-Hallyday-et-Arnaud-Montebourg-mettent-le-feu-au-lac-Leman.php

Bravo Arnaud! C’est comme ça qu’on les aime les socialistes, bien trempés dans leurs convictions. Foin de trop de diplomatie. Il faut bien appeler les choses par leur nom. Le statut fiscal de la Suisse c’est quand même une anomalie. Montebourg fait d’une pierre deux coups. Il dénonce le comportement inqualifiable de Johnny et met en branle l’establisment helvétique. Tout irait bien jusque là s’il n’y avait de l’autre côté du lac quelques socialites visés par ces diatribes. Quand je vous dis qu’il faut booster la gauche!

Xavier DUMOULIN – 03.01.2007 – 22h05

Les mots et les maux

Créé par le 02 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, a2-Blog-notes politique de Xavier Dumoulin, Articles de fond, Battre campagne

La sémantique s’intéresse à la politique car les bons mots font mouche.  Le conformisme ambiant fige en effet dans des catégories étanches la prose politique. C’est un peu tout le problème de la prégnance  idéologique qui conduit à garder les notions dans des tiroirs fermés à double tour de clef. L’ordre et la nation seraient de droite, le mouvement et la permissivité de gauche. Pour dépasser ces pesanteurs, les candidats joueraient ainsi sur le retournement de sens, usurpant le vocabulaire de l’adversaire à leur profit en escomptant, dans le même temps, déplacer les lignes de démarcation à leur avantage. C’est peut être un peu vrai mais sûrement un peu court. Croire qu’il n’y a que malice à sortir des sentiers habituels du discours idéologique, n’est-ce point condamner toute velléité de renouvellement de la pensée? On trouve pourtant toujours de bons esprits pour dénoncer l’emprunt d’un terme hérétique parce qu’il serait d’usage chez l’adversaire. Est-ce à dire qu’en politique il n’y aurait de pensée que dogmatique? Ce n’est pas un mal de renouer au travers du vocabulaire avec des attentes populaires réelles. Cessons donc de chercher des  poux dans les têtes bien faites de ceux qui s’affranchissent de tous les conformismes, fussent-ils ceux de la gauche! Si nous avons besoin d »un ordre juste » ce n’est certainement pas pour chasser sur les terres de la droite mais bien davantage  parce qu’il s’oppose à la dérive libérale de la fracture sociale et du repli sur soi. Ces maux là sont bien terribles!

Xavier DUMOULIN

Candidat ou pas, Chirac n’est plus crédible!

Créé par le 02 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Battre campagne

http://www.20minutes.fr/articles/2007/01/01/20070101-actualite-france-Jacques-Chirac-sera-present-dans-la-campagne-les-etats-majors-s-interrogent.php

Le politologue Stéphane Rozes et le philosophe Yves Michaud voient dans les voeux du Président une forme virtuelle de candidature. On peut trouver un certain élan dans le ton de ces voeux mais on doit déplorer l’impact négatif des discours démagogiques récurrents qui alimentent la défiance envers la politique. Qui peut sérieusement prendre au sérieux le Président en exercice depuis 1995 lorsqu’il énonce son programme sur des questions jamais traitées depuis le début de sa mandature?

Les gens sont aujourd’hui très largement polarisés sur la question sociale. Ils veulent des réponses crédibles et cohérentes fondées sur une approche réaliste. Ils sont attachés à notre modèle social qui a besoin d’une autre politique économique pour mieux fonctionner et garantir de nouveaux droits. L’idée de sécurité professionnelle chemine dans une société gangrénée par la précarité. La réponse à ces questions n’est-elle pas tout l’enjeu de cette campagne électorale?

On attendait mieux de la part d’un Président qui demande aux citoyens de s’impliquer dans le débat public au plus profond d’eux-mêmes. Quant à savoir s’il sera candidat, cela nous importe beaucoup moins que le fond des problèmes!

Xavier DUMOULIN – 02.01.2007 – 19h18

1...140141142143144

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY