Blog du Che

Articles archivés

Tous mes voeux, M. Sarkozy

Créé par le 14 jan 2007 | Dans : Blog du Che, Contre le candidat du capitalisme mondialisé

Carnet de Jean-Pierre Chevènement

 http://www.chevenement.fr/

« Je suis convaincu a déclaré M. Sarkozy, que je dois rassembler et apaiser ». Faut-il voir dans cette déclaration un début d’autocritique ? Car M. Sarkozy ne rassemble pas ; il divise. Il n’apaise pas. Il suscite les conflits.

Les émeutes urbaines de 2005 illustrent la faillite de sa méthode. M. Sarkozy a sciemment détruit la police de proximité dont la nécessité avait été reconnue, en premier, par Charles Pasqua dans la loi d’orientation et de programmation de la sécurité de janvier 1995 et que j’ai conçue et mise en œuvre à partir de 1999-2000 : une police territorialisée, avec des commissariats de secteur, du « bleu » dans les quartiers, une police citoyenne qui connaissait la population et était connue d’elle, une police à la fois préventive et répressive, agissant en partenariat avec les gardiens d’immeubles, les principaux de collège, les commerçants etc… dans le cadre de contrats locaux de sécurité, bref une police républicaine.

A Toulouse, où cette police de proximité avait rétabli le calme, en particulier dans le quartier du Mirail, M. Sarkozy a déclaré devant les caméras en février 2003 : « La police n’est pas là pour faire du social et pour jouer au foot avec les gamins des quartiers. Elle est là pour interpeller ».

Et il a révoqué le Directeur de la Sécurité Publique, le Commissaire Havrin, malgré les protestations du maire, M. Douste-Blazy.

On a vu le résultat : des interpellations à l’aveuglette, une tension croissante dans les quartiers, une recrudescence continue des agressions contre les personnes, l’explosion de la délinquance des mineurs, etc.

M. Sarkozy est dangereux. Il semble, d’après ses propos, qu’il commence à s’en rendre compte. Les Français l’ont compris, eux, depuis longtemps : ils lui donneront un repos mérité pour calmer son agitation et lui permettre plus de réflexion.

Ce sont les vœux que je forme pour Nicolas Sarkozy en 2007.



Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Vendredi 12 Janvier 2007 à 10:58

L’Europe, le boeuf et la grenouille de Jean Pierre Chevènement

Créé par le 09 jan 2007 | Dans : Blog du Che, Pour une autre Europe

Cet article est publié sur le blog de jean Pierre Chevènement

http://www.chevenement.fr/L-Europe,-le-boeuf-et-la-grenouille_a158.html

 

Dans Le Monde du 5 janvier, M. Thomas Ferenczi suggère que l’Union européenne se dote d’une vision et d’une stratégie « Mer Noire ». « Cette mer, écrit M. Ferenczi, est devenue une mer européenne et le sera plus encore quand la Turquie et puis éventuellement l’Ukraine adhéreront à leur tour ». M. Ferenczi évoque la question de l’énergie et en particulier celle des voies de passage du pétrole et du gaz de la Caspienne. Cette question, on le sait, oppose la Russie et les Etats-Unis.

Lire la suite »

Hommage d’un citoyen ordinaire à Jean Pierre Chevènement

Créé par le 08 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Blog du Che, Le Che

Posté par Xavier DUMOULIN le 08/01/2007 22:22 (à propos d’une réflexion du Che sur les enjeux de l’élargissement de l’Europe)

C’est une belle démonstration qui pousse haut et loin le raisonnement. Merci de nourrir ce blog de vos analyses toujours audacieuses, Jean Pierre Chevènement. En suivant vos pensées et vos pas, on est assuré d’aller à l’essentiel. Et reconnaissons le volontiers, il nous arrive de dire beaucoup de bêtises en parlant à votre place. Pour ma part sur des questions aussi importantes que l’Europe, le monde arabe, la vision économique… mon esprit citoyen vous doit beaucoup et attend plus encore de vous pour l’avenir. Et n’oubliez pas Gramsci, vous qui êtes aussi « l’instituteur républicain ».

Extraits du livre de Jean Pierre Chevènement « Une certaine idée de la République m’amène à … » paru aux Editions Albin Michel, en 1992

Créé par le 08 jan 2007 | Dans : Blog du Che, Le Che

  

http://www.chevenement.fr/index.phpvier

1990 : Rencontre Jean-Pierre Chevènement – Saddam Hussein
Jean-Pierre Chevènement était alors ministre de la Défense. Il était envoyé à Bagdad par le Président de la République pour conditionner à l’apurement de la dette irakienne envers la France la poursuite de la coopération franco-irakienne.

« L’Irak fut le dernier pays dans lequel je me rendis à la fin janvier 1990 sur mandat du président de la République et du Premier ministre. Le contentieux financier (25 milliards de francs d’impayés) dominait et obscurcissait nos relations. Saddam Hussein, qui me reçut deux heures, répondit en politique aux observations que je lui fis. Ses vrais soucis étaient ailleurs : l’évolution du prix du pétrole, la normalisation, trop rapide à son gré, des relations de l’Occident avec l’Iran, dont l’esprit de revanche, me dit-il, ne s’éteindrait jamais, et enfin l’affaissement de l’Union soviétique et les risques d’isolement qui ne manqueraient pas d’en résulter pour l’Irak, si celui-ci ne trouvait pas en Europe et au Japon de nouveaux partenaires. Il fut davantage question du rééquilibrage de notre coopération en vue de reconstruire l’économie irakienne que de coopération militaire : aussi bien, les ressources étaient-elles limitées au montant des remboursements.

Lire la suite sur le blog de Jean Pierre Chevènement

http://www.chevenement.fr/index.phpvier

Extraits du livre de Jean Pierre Chevènement« Le Vert et le Noir, intégrisme, pétrole, dollar », paru aux Editions Grasset en 1995

Créé par le 08 jan 2007 | Dans : Blog du Che, Le Che

  http://www.chevenement.fr/index.php

Novembre 1994 : Jean-Pierre Chevènement, alors député à l’Assemblée Nationale, effectuait une tournée au Moyen-Orient (Jordanie – Irak – Israël – Palestine). Il était chargé par le Premier ministre de l’époque, Edouard Balladur, d’une missive à Saddam Hussein tendant à la reconnaissance par l’Irak de la frontière avec le Koweit.

« Voilà donc Saddam Hussein. Cette vie pleine de bruit et de fureur ne prend sens qu’à la lumière du rêve arabe de forcer les passages de l’Histoire, à partir de ce pays forgé par la violence. Entrevoyant et le rêve fracassé et le bilan désastreux pour l’Irak de quinze années de guerre, je suis frappé par la diction mesurée et précise de l’homme, sa maîtrise de soi, le regard distancié qu’il paraît garder sur la marche du monde. Il me réitère la volonté de l’Irak de privilégier sa relation avec la France, pour autant que celle-ci en aura elle-même la volonté. Je crois deviner que ce temps ne durera pas toujours : Saddam Hussein sait désormais ce que sont les rapports de forces, dans le monde de l’après-guerre froide.

Une des premières questions que je posai à Saddam Hussein fut de savoir la raison des mouvements de troupes irakiennes aux approches du Koweit, au début d’octobre. N’avait-il pas fourni un prétexte aux Américains ?

Lire la suite sur le blog de Jean Pierre Chevènement

 http://www.chevenement.fr/index.php

1...6263646566...68

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY