lelivredemammoire.bmp Plus qu’un témoignage, « Le livre de ma mémoire » interpelle et ouvre des horizons, loin des conformismes et du prêt à penser… Danielle Mitterrand propose une alternative complète au néolibéralisme et appelle les citoyens à s’engager dans les combats majeurs. Elle puise dans la force de ses convictions sa capacité d’agir pour affirmer ses valeurs humanistes et œuvrer aux côtés des plus humbles pour l’avenir de l’Humanité.Chavez à la mairie du 11° avec G.Sarre et Danièle Miterrand

Xavier Dumoulin – Je voudrais vous poser quelques questions après la lecture de votre livre très captivant et très instructif aussi. On pourrait commencer tout simplement par la chronologie. Vous évoquez votre histoire familiale, une illustration d’une réalité historique : ces milieux républicains, socialistes, ces vignerons, ce père principal de collège… Quel enseignement principal retirez-vous de cet héritage de votre milieu familial et de ces valeurs dans lesquelles vous avez été éduquée ?

« Une continuité dans le choix de société de ma famille de mettre l’Homme en priorité… celui d’une société harmonieuse ! »

 

Danielle Mitterrand – Je crois qu’ il y avait une continuité dans le choix de société de ma famille de mettre l’Homme en priorité dans l’organisation de la société – l’autre terme, c’est de mettre la richesse et l’argent comme priorités dans le choix de société chez ceux qui pensent que l’argent donne le pouvoir et la domination. Le premier choix, l’Homme comme priorité avec l’intelligence, les dons qui ont été faits à l’Humanité de pouvoir parler et évoluer et surtout la solidarité : c’est celui d’une société harmonieuse !

 

Xavier Dumoulin – Et tout cela constitue la trame de votre livre dans lequel on retrouve toutes ces valeurs. Alors passons à vos années de jeunesse. Vous traversez l’Histoire, une histoire difficile car votre père souffre beaucoup à cause de ses idées. Ca va jusqu’à la période du maréchal quand il est sanctionné. Vous évoquez tout cela On sent que vous gardez de votre jeunesse un sentiment agréable, malgré ces épisodes du pensionnat et ces difficultés. Ce qui ressort en tout cas c’est que vous avez été heureuse. Tous ces épisodes, vous ont-ils perturbée en fait ou pas du tout ? est-ce que vous avez souffert ? car ça ne paraît pas trop.

 

Danielle Mitterrand – Ca m’a construite surtout ! C’est-à-dire que ce refus de l’injustice qui a présidé à toute ma vie est dû à ces premières souffrances, à l’injustice et à la mauvaise foi dont j’ai souffert étant toute petite fille parce que j’étais devenue l’otage de deux opinions opposées. Et surtout à la souffrance de mon père que l’on accusait à tort parce qu’il avait des opinions politiques et philosophiques qui ne correspondaient ni au lieu dans lequel nous vivions – qu’était la Bretagne – ni au dogme de l’époque qui nous amenait insidieusement au nazisme.

 

« J’ai vécu mes premières années jusqu’à l’adolescence dans un nid douillet »

 

Xavier Dumoulin – Oui et d’ailleurs, vous racontez la vengeance de cette institutrice qui réagissait méchamment à cette arrivée du nouveau principal… Mais vous gardez de votre  famille cette chaleur humaine.

Danielle Mitterrand – Parce que dans ma famille il y avait un climat chaleureux. Nous étions très liés les uns aux autres, très proches les uns des autres. J’ai vécu mes premières années jusqu’à l’adolescence dans un nid douillet avec des parents attentifs et tout cela fait que j’étais heureuse et privilégiée.

 

Xavier Dumoulin – Revenons donc à cette période difficile mais avant une question sur ce bac. C’est un épisode à la fois amusant mais difficile quand même à encaisser ?

 

Danielle Mitterrand – En définitive, je ne l’ai pas passé parce que j’étais déjà dans cette mouvance de la Résistance depuis quelque temps. Du fait que je suivais François partout, mon nom était repéré et évidemment, aller me chercher à la sortie du bac, c’était tellement facile… Quelqu’un est venu me chercher avant mais c’était un ami de François… Si bien que je n’ai pas passé mon bac ! J’ai passé les deux premières épreuves…

 

« Mon premier fait de résistance, il est quand j’avais six ans »

 

Xavier Dumoulin – Et alors tout se déroule finalement dans cette période très difficile – je passe sur les détails, ils sont dans votre livre pour comprendre justement cette période. Et finalement tout s’enchaîne rapidement. C’est presque naturellement que vous rentrez dans la Résistance. Quel est votre premier fait de résistance en réalité ?  En avez-vous eu conscience ?

 

Danielle Mitterrand – Non, mon premier fait de résistance, il est quand j’avais six ans et quand j’ai répondu à cette directrice par un acte de rébellion devant son injustice : elle m’avait privée des bonbons que je méritais donc je me suis servie moi-même et ça m’a valu évidemment des sanctions dont je n’oublierai jamais la cruauté.

Xavier Dumoulin – Et votre petit malin dont vous parlez toujours qu’est-ce qu’il disait à ce moment là ?

Danielle Mitterrand – Mon petit malin c’est un peu le «Durito» de Marcos – du sous-commandant Marcos – et cette petite conscience qui est toujours là et qui nous rappelle qu’elle existe et qu’elle est là pour vous guider.

 

« Il fallait détruire la réputation de François et sa réputation de Résistant… »

 

Xavier Dumoulin – Alors cette conscience justement… On est dans la Résistance. Vous rencontrez François Mitterrand. Tout vous amène à le rencontrer : il y a ses amis qui sont cachés à Cluny, enfin, il y a force témoignages et, justement c’est très nourri sur ce plan factuel de la Résistance et notamment celle de François Mitterrand. Et pourquoi finalement cette histoire a-t-elle été entourée de tant de suspiscions ? Pourquoi, finalement ne pas avoir pu la raconter comme vous la racontez ? On comprend tout cet enchaînement, cette histoire est simple à comprendre comme vous la racontez.

Danielle Mitterrand – Parce que c’est la vérité. Moi je raconte la vérité. Il fallait détruire la réputation de François et sa réputation de Résistant… La Résistance intérieure a été très minimisée parce que tout s’est organisé à l’extérieur. Bien sûr dans la paix c’est plus facile que quand on a les fusils ou la gestapo derrière soi !

Pourquoi j’insiste tellement sur la Libération de Paris ? C’est parce que justement, personne n’en parle ! Personne n’en parle ! Tout le monde pense que le général Leclerc – qui évidemment a été très utile – et De Gaulle ont libéré Paris. Ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas vrai ! C’est la résistance intérieure qui a libéré Paris et je voulais rendre hommage à tous ceux qui à cette époque là se sont faits tuer pour libérer Paris !

 

Xavier Dumoulin – Votre contribution grandit encore plus la France finalement. Et alors justement le gaullisme ? Nous arrivons dans cette période de l’après-guerre. Bon je passe rapidement. Je voulais quand même vous interpeller sur votre sévérité à l’égard du Général De Gaulle. Non pas sévérité par rapport aux évènements de Charonne quand vous vous révoltez à juste raison contre ce qui s’est passé. Par contre, je trouve une sévérité excessive – moi qui suis pourtant tout à fait enclin à suivre le déroulement de votre pensée -! Parce que par exemple, sur le plan de la diplomatie, on peut penser que l’œuvre du général n’est quand même pas négative.

 

Danielle Mitterrand – Non, elle est loin d’être négative. Mais je le dis. Mais vous savez moi je n’ai témoigné en mon nom que ce que j’ai vécu moi-même. Si vous remarquez, chaque fois que c’est un évènement que je n’ai pas vécu moi-même, je fais parler l’intéressé.

C’est De Gaulle qui, lui, parle de son pouvoir. C’est De Gaulle, ce sont des textes de De Gaulle qui décrivent un pouvoir personnel qu’il a évidemment pratiqué. C’est lui-même qui raconte sa propre histoire, j’ai toujours fait témoigner des gens qui étaient sur place, qui étaient présents, qui pouvaient témoigner.

Donc ma sévérité ce sont les faits, ce n’est pas ma sévérité, c’est la sévérité des faits. Et ces faits, ils sont têtus. Ils sont là. On peut les interpréter. On ne peut pas les reconstituer. Ce sont eux que je mets sur le papier. Ce ne sont pas les interprétations.

Xavier Dumoulin – On est en tout cas très instruit des mille tracasseries et complots qui se trament, évidemment pour des raisons de refus d’accepter l’opposition politique.

 

Danielle Mitterrand – Il n’y a jamais eu autant d’assassinats politiques qu’à cette période là. Il n’y a jamais eu autant d’injustice politique – quelque soit le milieu – que pendant cette période.

 

Xavier Dumoulin – C’est une période d’ailleurs qui a été dure pour vous personnellement. Vous racontez tout ceci dans votre livre et on comprend qu’elle soit chargée d’émotion cette période parce qu’on a touché aussi quelque part à des choses fortes quand on a voulu s’attaquer à…

 

Danielle Mitterrand – A l’honneur…

 

Xavier Dumoulin – A l’honneur d’un homme . Tout à fait !

Alors tout cela nous ramène à Mai 68. Dans ces évènements de 68, finalement, j’ai vu un François Mitterrand plus distant qu’on ne le pensait par rapport à ce qui se passait.

Qu’est-ce qu’il y a de positif dans cette situation de 68 dont on va fêter le quarantième anniversaire cette année?

Danielle Mitterrand – Ca a été un tournant. Ca a été une prise de conscience. François a tout de suite vu que ceux qui étaient les meneurs rentreraient dans le rang et deviendraient très vite des soumis. Alors que lui, il voyait peut être plus rapidement en tout cas l’évolution vers cette résistance au système. Et il a pensé – il s’est peut être trompé, je n’en sais rien – que les évènements de 68 freinaient un mouvement qui était déjà en marche, peut être encore  inconsciemment, mais déjà en marche. Il a été nécessaire. Et puis on ne refait pas l’Histoire. C’est comme ça. 68 est arrivé, ça devait être ainsi. Ensuite, il fallait réfléchir à ce que l’on ferait de cette Histoire.

Ne croyez pas qu’il était absent. Il était très très présent pendant toute cette période. Il l’a analysée mais il a…

 

Xavier Dumoulin – Il n’était pas à Charlety !

 

Danielle Mitterrand – Il n’était pas à Charlety mais pour cause. Il ne croyait pas à Charlety. Il a sans doute eu raison parce que Charlety n’a rien donné !

 

« Mais la gauche, elle existe ! Elle travaille ! Elle est là ! Ce n’est pas parce qu’elle a des représentants qui ne la représentent pas qu’elle n’existe plus ! »

Xavier Dumoulin – Hélas oui, oui, tout à fait.

Vous êtes aussi sévère – je partage profondément votre sévérité envers tous ceux qui se sont récemment retournés – , vous avez des mots durs et très clairs envers eux et ce n’est pas la peine d’insister, tout est dit dans le livre.

Cela m’amène à parler de la gauche. Le livre respire la nostalgie de cette gauche des années soixante dix, cette gauche dynamique, capable de poser des débats d’idées, féconde, cette gauche conquérante avec François Mitterrand à sa tête, l’Unité … Cette réalité à laquelle on aspirerait mais qu’on n’arrive plus à trouver !

Mais que peut-on espérer de raisonnable aujourd’hui à gauche, justement en regard de tout ce qui s’est passé, et en regard de cette atonie actuelle ? Est-ce que vous avez envie de dire deux petits mots là-dessus ?

 

Danielle Mitterrand – Mais la gauche, elle existe ! Elle travaille ! Elle est là ! Ce n’est pas parce qu’elle a des représentants qui ne la représentent pas qu’elle n’existe plus !

Je vous assure qu’elle travaille et elle travaille bien ! Pas seulement en France, mais dans le monde entier.

Et c’est justement parce qu’elle travaille dans le reste du monde qu’elle avance. Et quand je vois les progrès qu’il y a sur le statut de l’eau par exemple – l’eau qui ne peut pas être une marchandise alors que les grandes entreprises internationales de l’eau sont françaises et que dans le reste du monde, elles sont combattues parce que des pays entiers reprennent leur gestion de l’eau publique -, c’est le travail de la gauche et de la gauche française aussi avec les autres.

Croyez moi, le mouvement, il est parti ! Il est irréversible !

La seule inquiétude, c’est de savoir où en sont les dégats. Et s’il n’y a pas une situation irréversible dans les dégats et dans le processus de la destruction de l’humanité. Actuellement, le régime, le système actuel, il est à bout de souffle. Cet argent qui a étouffé tout le monde, il s’étouffe lui-même aujourd’hui. Et il ne faut pas le laisser mourir tout seul. Il faut l’aider à mourir et le combattre mais la relève est là et croyez moi, l’alternative elle est prête, elle est là !

 

Xavier Dumoulin – Elle est prête. Vous posez les choses avec beaucoup de sens : sur la monnaie par exemple, c’est très fort ce que vous dites ! Vous ne vous érigez pas en expert économique mais vous ramenez les choses à leur juste dimension. Mais la gauche quand même se laisse impressionner par un discours qui devrait être un discours désuet, tant la réalité est à l’opposé de l’idéologie dans ses effets tout à fait néfastes. Cette capacité d’indignation, la gauche semble l’avoir perdue – enfin la gauche, peut être pas la base… On dirait qu’il y a une banalisation, une intériorisation de l’idéologie de la droite, des néo-conservateurs ! et c’est d’autant plus révoltant qu’on a besoin de ce discours que vous tenez !

Danielle Mitterrand – Mais oui, c’est sans doute parce que nos représentants ne représentent pas la gauche. Ils représentent une ambition du pouvoir dont la gauche n’est pas du tout- comment dirais-je? – inspiratrice.

Quand on parle de démocratie participative, bien sûr on ne veut pas implanter une démocratie directe parce que ça serait l’anarchie mais on veut avoir des représentants, mais des représentants qui entendent les aspirations ! Or aujourd’hui, nos représentants ils ne pensent qu’à leur ambition carriériste ! Donc c’est pour ça, que l’on ne se reconnaît pas du tout en eux !

 

« Mais, en tout cas, l’Europe telle qu’on nous la propose actuellement, elle est inacceptable ! C’est vraiment l’Europe de l’argent »

 

Xavier Dumoulin – Une question – et je conçois bien qu’elle est peut être délicate-. Vous avez beaucoup parlé de l’Europe dans votre livre, vous avez parlé de votre position lors du référendum de mai 2005. Aujourd’hui, analysez-vous comme un déni de démocratie le fait qu’il n’y ait pas de référendum pour l’adoption de ce prétendu nouveau traité ?

Danielle Mitterrand – Je crois que les premiers intéressés sont quand même les populations ! Et si on ne leur demande pas leur avis, ça n’a plus rien de démocratique. C’est un point de vue à débattre. On peut dire aussi que les assemblées sont des représentations du peuple. Bon, ça c’est un autre débat. Mais, en tout cas, l’Europe telle qu’on nous la propose actuellement, elle est inacceptable ! C’est vraiment l’Europe de l’argent essentiellement, l’Europe économique. Moi l’Europe dont j’ai rêvé pendant la guerre et dont rêvaient ceux qui l’ont inspirée – les Schuman, les Monnet, François, c’était une Europe des peuples, ce n’était pas une Europe de l’argent, ce n’était pas une Europe des banques, ce n’était pas une Europe des entreprises, ce n’était pas une europe économique.

L’économie vient au service de la politique. Elle ne peut pas diriger la politique. Aujourd’hui c’est ce qui se passe. On est dans une telle aberration que ça ne peut pas durer, ça ne peut pas durer ! On peut se leurrer encore pendant quelque temps…

Le même discours est tenu depuis des années et des années et on s’aperçoit que ça donne les mêmes effets négatifs.

L’Homme est intelligent – il est réputé comme tel-. Il va bien se dire à un moment ce n’est pas cette politique, ce n’est pas ce système qui peut nous amener à une organisation de la société possible. Je crois en l’instinct de conservation de la vie. C’est ça qui va permettre de relever le défi. Quand on va voir que tout ce qu’on organise c’est pour la mort, il arrivera bien un moment où on se dira mais on veut vivre !

 

Xavier Dumoulin – En vous lisant, on s’en convainc et ça nous donne de la force pour contiuer. Alors, c’est ma dernière question : qu’est-ce qu’on peut faire aux côtés de votre fondation très concrètement pour ceux qui voudraient agir. ?

Danielle Mitterrand – Il faut tenir un discours qui entraîne les gens à résister au système actuel et puis pas seulement en mots mais en actions. Et aujourd’hui tous les jours il y a une possibilité de réagir contre ce système. Moi je ne spécule pas. Je n’ai pas une action. Eh bien, que beaucoup de gens fassent comme moi et ils verront que ça finira par changer !

 

 

Cet entretien exclusif a été accordé au « blog citoyen, socialiste et républicain » à Mont de Marsan à l’occasion des rencontres dédicaces du samedi 5 janvier 2008.

 

« Le livre de ma mémoire »; éditions Jean-Claude Gawsewitch; novembre 2007

Danielle Mitterrand cède ses droits d’auteur à la Fondation France Libertés

lelivredemammoire1.bmp