environnement

Articles archivés

Énergie : faut-il construire l’EPR ? Un dossier de l’Huma

Créé par le 03 mar 2007 | Dans : Economie, environnement, Projet politique

 Dans l’huma, un point très synthétique et très interressant.

http://www.humanite.presse.fr/journal/2007-03-02/2007-03-02-846910

Le réacteur doit entrer en activité en 2012, à Flamanville (Manche), malgré l’opposition de certains partis politiques et d’associations.

Rappel des faits

En juillet 2005, les parlementaires décidaient, dans le cadre de la loi d’orientation sur l’énergie, de construire l’EPR (réacteur européen à eau pressurisée). Le débat public – 21 réunions et 314 questions posées par 4 000 personnes – n’est intervenu que plusieurs mois plus tard, pour se clore en février 2006. En août suivant, le permis de construire l’EPR à Flamanville, dans la Manche, était délivré. Depuis, les défenseurs et détracteurs de l’EPR s’affrontent à coups de manifestations et d’argumentaires. >Hier, quatre candidats à l’élection présidentielle – Olivier Besancenot (LCR), José Bové, Dominique Voynet (Verts) et Corinne Lepage (CAP 21) – se sont publiquement opposés à l’EPR. Consulter le dossier dans l’Huma

Ségolène Royal assouplit son discours sur l’énergie nucléaire mais veut « garder le cap »

Créé par le 25 fév 2007 | Dans : Economie, environnement, Pacte présidentiel

Le Monde Extraits http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-875849,0.html

L’inflexion n’est pas passée inaperçue aux yeux des militants « pro » et « anti ». Ségolène Royal a évolué sur la question de l’énergie nucléaire. Le 5 janvier, dans le courrier qu’elle avait adressé à Nicolas Hulot en réponse à son pacte écologique, la candidate socialiste s’était engagée à « augmenter la part des énergies renouvelables (avec) un objectif de 20 % de la production d’énergie primaire en 2020″, et « à ramener la part d’origine nucléaire à 50 % d’ici à 2017″. Son pacte présidentiel, présenté le 11 février, est plus prudent.

Il s’agit, « pour préparer l’après-pétrole », de « soutenir massivement les énergies renouvelables pour atteindre 20 % de la consommation en 2020″, et de « réduire la part du nucléaire ». Si l’objectif premier demeure ambitieux – la part des énergies renouvelables atteint 6 % de la consommation intérieure et 11 % de sa production d’énergie -, Mme Royal est désormais plus floue sur le nucléaire. Elle ne fixe plus d’objectif chiffré ni de calendrier.

« Elle revient au principe de réalité », se félicitait alors, le 11 février, Jean-Pierre Chevènement, en mettant en avant le coût de production des énergies renouvelables par rapport au nucléaire. « Je n’ai pas eu besoin d’insister, commente aujourd’hui le président d’honneur du MRC, rallié à la candidature de Mme Royal. Je lui ai juste rappelé, voilà un mois, le contenu de notre accord avec le PS et j’ai l’impression d’avoir été entendu ». Cet accord entre les deux partis stipulait que l’industrie nucléaire française était un « atout majeur » qu’il fallait « préserver ». D’autres responsables socialistes ont également fait pression en ce sens, provoquant la disparition d’une estimation précise de réduction de la part nucléaire. Lire la suite dans Le Monde

Ségolène Royal souhaite « une pratique de la chasse dans une bonne harmonie avec les autres activités ».

Créé par le 20 fév 2007 | Dans : Battre campagne, environnement, Ségolène Royal

[20/02/07] Ségolène Royal s’est rendue au premier forum « la chasse en campagne » organisé par la Fédération nationale des chasseurs (FNC) à la Maison de la chimie à Paris.

Lire la suite »

L’histoire du climat et la politique énergétique mondiale

Créé par le 03 fév 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de XD, environnement

 On connaissait les grandes périodes climatiques rythmées par les glaciations et on savait que le climat a aussi son histoire. Après de nombreuses interrogations, on parvient à ce constat. Les conditions de l’activité humaine « impactent » le climat par un effet dit de serre. La teneur de l’air en gaz carbonique est passée de 280 parties par million, en 1750, à 379 en 2005. Quelles leçons tirer des projections alarmantes de l’évolution climatique? Il faut tout faire pour sortir du modèle désastreux de croissance productiviste générée par le néolibéralisme. Ce dernier mène des opérations belliqueuses et impérialistes pour maîtriser ses sources d’approvisionnement (le pétrole et les deux guerres d’Irak). Mais, n’en déplaisent aux partisans de la décroissance, il est grand temps de revenir sur des lieux communs vis à vis du nucléaire. Cette énergie reste encore une énergie d’avenir. Ses conditions de production, de distribution et le stockage des déchets doivent être confiés à des opérateurs publics, garants de la sécurité de cette filière. Les Etats et les peuples doivent exiger l’adoption de protocoles internationaux en veillant à ne pas surajouter  à la misère des pays pauvres, les calamités de la pollution et de la dégradation climatique.

Xavier DUMOULIN dans Libé  commentaire http://www.liberation.fr/actualite/terre/232873.FR.php

Officiel: avis de sale temps sur la planète

Créé par le 03 fév 2007 | Dans : environnement

Le GIEC pointe la responsabilité de l’homme dans le réchauffement climatique. (REUTERS)

En marge de la conférence de Paris, plus de cent pays ont signé le texte du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Par Sylvestre HUET

QUOTIDIEN libé : samedi 3 février 2007 http://www.liberation.fr/actualite/terre/232873.FR.php

La planète chauffe 

«Onze des douze dernières années figurent au palmarès des douze années les plus chaudes depuis que l’on dispose d’enregistrements (1850).» Le nombre de jours froids et de gel diminue, celui des vagues de chaleur augmente. Et ce réchauffement s’accélère. Il touche plus les continents que les océans, les hautes latitudes nord que les tropiques. Il provoque une fonte des glaciers de montagne et des calottes polaires, une rétraction de la banquise arctique. Ainsi qu’une hausse du niveau marin, qui atteint maintenant trois millimètres par an.

C’est la faute des hommes 

La teneur de l’air en gaz carbonique est passée de 280 parties par million, en 1750, à 379 en 2005 «et dépasse de loin les variations naturelles durant les 650 000 dernières années (180 à 300 ppm)». Ajoutée aux taux croissants de méthane, protoxyde d’azote, ozone troposphérique et halocarbures, cette transformation chimique de l’atmosphère a produit un effet de serre renforcé, cause du réchauffement.

Il est possible de prévoir l’avenir du climat 

Les simulations informatiques de l’évolution du climat sont de plus en plus fiables. Elles avaient prévu, en 1990, un réchauffement de «0,15 à 3 °C par décennie, de cette date à 2005. Cela peut maintenant être comparé avec les valeurs observées d’environ 0,2 °C par décennie, renforçant la confiance des projections à court terme». 

12345

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY