Front de gauche

Articles archivés

Alternative

Créé par le 25 mai 2009 | Dans : Front de gauche

Par LAURENT JOFFRIN  dans Libé du 25/05/09

Quoi de neuf dans cette morne campagne européenne ? Mélenchon ! Eh oui, ce fier orateur qui fait vibrer la gauche profonde, cet audacieux scissionniste qui s’est risqué hors de la vieille maison PS tel un Don Quichotte de la vraie gauche pour tenter une équipée solitaire au nom de l’orthodoxie socialiste et unitaire, effectue une percée inattendue.

A gauche de la gauche, il trouble même le jeu en ramenant sur le devant de la scène une stratégie à la fois radicale et réformiste.

Quoi qu’on pense de son programme, le mélenchonisme est un humanisme, bien plus qu’un gauchisme.

Bien sûr, il s’agit de sondages qui le placent aux alentours de 6 %. Bien sûr, la course en tête de l’UMP reste le trait dominant de cette élection qui voit l’opposition s’enliser dans la division. Bien sûr, le Modem chevauche, lui, à plus de 12 % quand on donnait François Bayrou politiquement mort.

Mais enfin le phénomène Mélenchon mérite d’être relevé. Parce qu’il souligne le marasme dans lequel patauge le Parti socialiste. Mais aussi parce qu’il pourrait annoncer la déconfiture d’Olivier Besancenot, désormais candidat de la mauvaise humeur, lui qu’on donnait grand vainqueur en raison de son statut d’opposant radical. Il semble que la gauche de l’électorat ne se satisfasse pas d’une protestation trotskisante. Il lui faut aussi une alternative de gouvernement un tant soit peu réaliste, c’est-à-dire ouverte à une alliance. On conviendra que la nouvelle n’est pas forcément mauvaise.

Lutte frontale pour la gauche radicale

Créé par le 25 mai 2009 | Dans : Front de gauche, Gauche anti-libérale

Le NPA d’Olivier Besancenot et le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon et Marie-George Buffet font jeu égal dans les sondages.

Par MATTHIEU ECOIFFIER Le MANS, envoyé spécial pour Libé du 25/05/09

C’est l’un des paradoxes de ces élections européennes. Alors que le capitalisme tremble, les anticapitalistes se divisent. Enjeu de cette discorde: le leadership de la gauche de la gauche. Un bras de fer oppose, dixit Jean-Luc Mélenchon, «la révolution par les luttes» du NPA d’Olivier Besancenot à la «révolution par les urnes» du Front de gauche (FG) qu’il a constitué avec le PCF après avoir quitté le PS pour créer le Parti de gauche. Et bonne nouvelle pour le sénateur de l’Essonne et Marie-George Buffet : inexistant il y a quelques semaines, le FG enregistre une percée dans les sondages, au détriment du NPA et du PS. «Ce qui fait tilt, notamment, chez les électeurs socialistes, c’est qu’on veut « sauver la gauche »», explique un dirigeant du Front de gauche.

Main tendue. Entre un NPA farouchement protestataire et un PS déboussolé par le Modem, Mélenchon rêve de «mener la marche», confiait-il samedi à Libération dans le TGV de retour d’un meeting au Mans (Sarthe). Pour lui, «le principal enjeu» de ce scrutin est de devancer le NPA. Une condition sine qua non pour convaincre les centaines de milliers de «militants politiques, associatifs et syndicalistes» formant le «premier cercle de la gauche» de transformer le Front de gauche en «Front populaire» après le 7 juin. «On est passé de 2 % à 6 % sans aucune exposition dans les médias. Et pourquoi pas 10 % !» claironnait un ex-jeune socialiste lors d’un meeting du Mans.

Reste que, globalement, la gauche radicale semble mal partie pour toucher les dividendes de sa prescience antilibérale, lors du premier rendez-vous électoral européen suivant la victoire du non au référendum sur la Constitution européenne. En 2005, Besancenot, Mélenchon, Buffet et Bové battaient tribune commune. Quatre ans après, les ex-nonistes totalisent 15 % des voix, selon les sondages, mais se tirent la bourre. Début 2009, les lieutenants de Besancenot ont refusé la main tendue de Mélenchon, parce qu’ils soupçonnent le PCF d’«aller avec la gauche radicale les années impaires et de se faire élire avec le PS les années paires». De leur côté, les amis de Mélenchon stigmatisent le «sectarisme» et le «purisme» du NPA pour tenter de l’isoler : «L’affiche du NPA, c’est : « Pour protester, protestez utilement. » Pourquoi pas « Voter pour la grève générale » tant qu’on y est. C’est complètement con !» explique Christian Picquet, ex-dirigeant de la LCR ayant rejoint le FG. Tous sont en revanche d’accord pour dénoncer la «traîtrise» de José Bové, désormais allié, au sein d’Europe Ecologie, à l’europhile Daniel Cohn-Bendit (lire ci-contre).

La tension est à la mesure de la compétition. Dans les sondages, NPA et Front de gauche sont au coude-à-coude entre 5 % et 7 %. Trois points derrière Europe Ecologie qui frôle les 10 %. Ainsi, dans le Sud-Ouest, Jean-Luc Mélenchon, 57 ans, est à touche-touche avec Myriam Martin, 41 ans, la candidate du NPA. Mais c’est José Bové, 55 ans, qui est le mieux placé pour être élu eurodéputé de cette circonscription. Jean-Luc Mélenchon et Marie-George Buffet jouent gros. Outre sa propre élection, l’ex-socialiste doit aussi assurer celle d’au moins deux têtes de listes communistes : Patrick Le Hyaric, en Ile-de-France, et Jacky Hénin, dans le Nord-Ouest. «La mobilisation n’est pas fameuse, notamment en Seine-Saint-Denis et dans le Sud-Ouest. Certains communistes soupçonnent Mélenchon de vouloir leur refaire le coup de Mitterrand en 1971», assure un responsable communiste. C’est-à-dire de siphonner leur électorat comme l’avait fait l’ancien chef de l’Etat en constituant l’Union de la gauche.

La bataille frontale FG-NPA se verra aussi en Ile-de-France où le premier présente Christian Picquet en numéro 3, et le second Olivier Besancenot en numéro… 3. «On va bien voir qui c’est qui a raison !» a tonné Mélenchon à la tribune. Au NPA, on fait le pari que le FG explosera dès le lendemain des européennes : «Mélenchon ne polarise rien du tout. Le PCF retournera avec le PS aux régionales. Ils discutent déjà pour les primaires de 2012.» Mais les amis de Besancenot concèdent toutefois qu’il est «plus facile pour des européennes de mobiliser un électorat PCF âgé que les jeunes et les salariés précaires d’un parti neuf comme le NPA». Conclusion d’un syndicaliste sarthois : «Besancenot nous chie dans les bottes. Mais il a les jeunes avec lui.»

Cheveux blancs. C’était flagrant samedi : si le Front de gauche a fait un tabac sur ces terres communistes unitaires sarthoises, le public était composé, pour l’essentiel, de personnes aux cheveux blancs. Qui ont vibré aux saillies de l’économiste Jacques Généreux, tête de liste FG dans l’Ouest : «Ça fait vingt ans qu’on expérimente la concurrence. Maintenant, il faut d’abord se renseigner pour savoir quel numéro appeler pour avoir un renseignement. Si je suis élu, je rétablirai le 12 !»

LE 7 JUIN, NE PAS GASPILLER SON VOTE, Par le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP)

Créé par le 17 mai 2009 | Dans : Front de gauche

Le 16 mai 2009.

Pour imprimer ou accéder à l’ensemble du texte, cliquez ici : http://www.m-pep.org/spip.php?article1298

A moins d’un mois des élections européennes du 7 juin, la campagne électorale n’a toujours pas vraiment démarré. Les grands médias, craignant le renouvellement du phénomène qu’ils n’avaient pas anticipé en 2005 autour de la dynamique du « non » au traité constitutionnel européen, étouffent tout véritable débat d’idées. Seuls les « quatre B » ont leurs faveurs : Barnier (coordonateur de la campagne de l’UMP), Bayrou (l’enfumeur du MoDem), Besancenot (du NPA) et Bové/Cohn-Bendit (liste Europe Ecologie). Ces grands médias peuvent ainsi faire la promotion du traité de Lisbonne (les quatre « grands » partis y sont favorables : UMP, PS, MoDem, Verts) et se distraire d’une pointe d’exotisme en lançant des diversions (Besancenot).

Le M’PEP poursuit ici l’exposé des raisons qui l’ont amené à appeler à voter pour le Front de Gauche en donnant des arguments contre l’abstention, contre les listes pro-système et contre les listes de diversion.

I.- PLACER LES ABSTENTIONNISTES DEVANT LEURS RESPONSABILITES

1.- Les abstentionnistes « actifs », s’ils persistent dans leur erreur, vont aider ceux qu’ils veulent combattre

2.- Les abstentionnistes « inactifs »

II.- AMPLIFIER LA CRITIQUE DE LA POLITIQUE ET DES PROGRAMMES DES PARTIS ET LISTES EURO-LIBERAUX (UMP, MODEM, PS, EUROPE ECOLOGIE)

1.- L’UMP veut faire de l’élection européenne un plébiscite pour Sarkozy

2.- Démasquer Bayrou et le MoDem qui ne sont que des roues de secours des classes dirigeantes

3.- Le Parti socialiste reste totalement noyé dans l’eurolibéralisme

4.- La liste « Europe Ecologie » (autour des Verts) : après le social-libéralisme, l’ « écolo-libéralisme »

III.- ALERTER CONTRE LES LISTES DE DIVERSION ET DE DIVISION

1.- NPA : la liste qui divise

2.- Lutte Ouvrière : la liste qui ne sert à rien

CONCLUSION

Devant cette indigence, et malgré les balbutiements de la démarche du Front de Gauche, c’est ce dernier, aux yeux du M’PEP, qui porte le potentiel le plus évident d’un retournement de la vie politique française et de la transformation de l’Union européenne.

Pour imprimer ou accéder à l’ensemble du texte, cliquez ici : http://www.m-pep.org/spip.php?article1298

République et Socialisme appelle tous les électrices et électeurs républicains et socialistes à voter pour le Front de Gauche

Créé par le 17 mai 2009 | Dans : Front de gauche

On nous le répète à longueur de journée. Les élections européennes n’intéresseraient pas les Français. Pourtant, l’enjeu de cette élection n’est pas mince. Il s’agit non seulement de désigner nos représentants au Parlement européen mais aussi, à travers eux, de peser sur le choix de la future commission européenne. 

Allons nous, à nouveau, avoir une Commission européenne dont la principale motivation sera de soutenir le dogme de  la « concurrence libre et non faussée » que le peuple français a rejeté lors du référendum du 29 mai 2005 ou sera-t-il possible, grâce notamment à l’arrivée de nombreux députés du Front de Gauche, de réorienter la construction européenne dans un sens favorable aux salariés des différents pays qui composent l’Union Européenne ? 

Pour nous, le choix est clair. Ce n’est ni l’abstention, ni le vote blanc ou nul, c’est un vote franc et déterminé en faveur du Front de Gauche. 

Nous appelons tous les électrices et électeurs républicains et socialistes à en faire de même : 

- Parce que la construction européenne libérale menace les fondements même de la République et que nous savons que les candidates et candidats du Front de Gauche sauront, s’ils sont élu(e))s, respecter le vote des Français du 29 mai 2005, comme celui des Irlandais lors de la consultation sur le traité de Lisbonne, 

- Parce que le vote en faveur du rassemblement unitaire que constitue le Front de Gauche est la seule vraie réponse à la crise sociale et à la destruction de notre modèle social par le gouvernement actuel, 

- Parce qu’un vote franc et massif en faveur du Front de Gauche est seul susceptible de faire bouger les choses à gauche et de permettre à la Gauche d’être à nouveau majoritaire dans le pays. 

LE 7 JUIN 

NE TOURNEZ PAS LE DOS A VOTRE VOTE DU 29 MAI 2005, 

VOTEZ ET FAITES VOTER POUR LES LISTES 

DU FRONT DE GAUCHE !!! 

Le Front de gauche cible la cogestion socialiste de l’UE

Créé par le 15 mai 2009 | Dans : Front de gauche

 Nîmes Envoyée spéciale

S‘afficher en nombre et unis : devant quelque 1 000 personnes rassemblées lors d’un meeting du Front de gauche, jeudi 14 mai à Nîmes, Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) et Francis Wurtz (PCF) ont voulu montrer que la gauche du « non » était toujours présente dans ce département du Gard où le traité constitutionnel européen avait été rejeté à 64 % en 2005.

En toile de fond de cette réunion où flottaient les drapeaux rouges, figuraient les luttes locales – les suppressions d’emplois aux Salins du Midi ou à Merlin-Gerin à Alès – comme nationales, face à « un pouvoir qui refuse de reculer parce que la gauche n’est pas à la hauteur ». Ce fut le leitmotiv de la soirée : la gauche a failli, tant dans le soutien aux mobilisations sociales que dans sa cogestion de l’Europe.

« Il faut donner un débouché politique aux luttes pour stopper cet engrenage libéral », a commencé Marie-Pierre Vieu, candidate communiste sur la liste du Sud-Ouest. « Amplifier » le refus de l’Europe libérale, c’est « prendre ses responsabilités dans un climat où sévit le politiquement correct », a lancé Francis Wurtz, député européen (PCF) sortant. Citant l’ouverture à la concurrence du fret ferroviaire, des tarifs de l’électricité ou de La Poste, le député a dénoncé le « fiasco du modèle libéral de l’Union européenne », cogéré par les socialistes.

« MENTEUR ! »

Usant d’un lyrisme très jauressien, Jean-Luc Mélenchon, tête de liste, a renchéri, en attaquant Nicolas Sarkozy d’abord – « notre Woody Woodpecker national qui saute partout en essayant d’enfumer le peuple ». « Menteur ! », a-t-il rugi, stigmatisant le discours du 5 mai à Nîmes, durant lequel le chef de l’Etat a appelé « à construire une Europe protectrice alors qu’il a coécrit le traité de Lisbonne ».

Les autres cibles du sénateur de l’Essonne sont tous ceux qui « écrivent une lettre au Père Noël en parlant d’Europe plus protectrice » : l’UMP, François Bayrou, président du MoDem, le PS… tous coupables d’avoir approuvé le traité de Lisbonne. S’adressant aux électeurs socialistes, le sénateur a raillé l’Europe sociale défendue par ses anciens amis : « Au Parlement européen, les députés socialistes ont voté dans 95 % des cas avec la droite. » Ragaillardi par « l’esprit rebelle » qu’il dit sentir dans sa campagne, il a exhorté encore une fois à voter « pour punir un système injuste ».

Quelques heures plus tôt, Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a pour sa part appelé à voter blanc ou nul le 7 juin, lâchant ses anciens compagnons de la campagne du référendum de 2005. « Le discours de Nicolas Sarkozy, comme celui du PS, est celui d’un illusionniste », et les idées du Front de gauche ne sont pas « claires », a expliqué M. Chevènement. « C’est une immense déception », a réagi M. Mélenchon, avant d’assurer que onze fédérations du MRC ont « rejoint la campagne » du Front de gauche.

Sylvia Zappi

1...56789

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY