Gauche anti-libérale

Articles archivés

Jean-Pierre Chevènement raconté en vidéo…

Créé par le 21 nov 2011 | Dans : Gauche anti-libérale, Le Che, Parti socialiste, Projet politique

http://fr.news.yahoo.com/blogs/il-etait-une-fois-la-presidentielle/jean-pierre-le-rouge-094519074.html

« Ce n’est pas une erreur, c’est une stratégie », par Thomas Coutrot, coprésident d’Attac

Créé par le 17 nov 2011 | Dans : Economie, Gauche anti-libérale, Pour une autre Europe

Point de vue dans Le Monde du 15.11.11    

Début 2010, la « troïka » (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) impose à la Grèce son premier plan d’austérité. Il apparaît alors qu’on a décidé de profiter de la crise financière pour porter des coups décisifs aux compromis sociaux concédés après la deuxième guerre mondiale. La parenthèse « keynésienne » – consistant à laisser filer temporairement les déficits publics pour éviter que l’effondrement de Lehman Brothers ne se transforme en cataclysme incontrôlable – est refermée, et l’offensive décrétée contre les dépenses publiques et les droits sociaux en Europe.

L’Espagne, le Portugal, l’Italie, la France, la Grande-Bretagne, et même l’Allemagne, suivent ensuite le même chemin : blocage des salaires et/ou réduction du nombre des fonctionnaires, réformes des retraites, de l’assurance-maladie, remise en cause des politiques et prestations sociales, privatisations… Des mesures – qui n’ont qu’un rapport très lointain avec les déficits et la dette – sont imposées avec la même urgence : les patrons grecs et espagnols pourront licencier plus facilement et se débarrasser des conventions collectives, le salaire minimum irlandais est réduit… Dans une incroyable lettre secrète, expédiée le 5 août, M. Trichet enjoint à M. Berlusconi de réformer le système de négociation collective, de réduire la protection des salariés contre les licenciements et de mener « une vaste réforme de l’administration publique afin d’améliorer l’efficacité administrative et la bienveillance à l’égard des entreprises »…

Lire la suite »

Jean-Luc Mélenchon: «Nos dirigeants sont des poulets d’élevage»

Créé par le 10 nov 2011 | Dans : Battre campagne, Gauche anti-libérale

20 Minutes le 09/11/2011  

Jean-Luc Mélenchon lors d’un discours au siège du Front de gauche, le 18 octobre 2011 aux Lilas, en banlieue parisienne Patrick Kovarik afp.com

INTERVIEW – Le livre de Jean-Luc Mélenchon «Qu’ils s’en aillent tous»* – dont la première édition s’est vendue à 80.000 exemplaires – sort en livre de poche ce mercredi. L’occasion d’évoquer avec lui la crise et les plans de rigueur.

Dans la postface de votre ouvrage, vous citez le peuple islandais et les printemps arabes comme des exemples à suivre pour la France. Le contexte n’a pourtant rien à voir.

L’Islande est un petit peuple qui s’est retrouvé face à une banque qui s’est effondrée en spéculant. On leur a dit de payer. Sauf qu’ils ont dit non par référendum, par deux fois. On peut s’inspirer de leur énergie, comme de celles des printemps arabes. Le peuple français est également jeune et remuant. Mais nos élites ne s’en rendent pas compte car elles ont une conscience historique faible. Nos dirigeants sont des poulets d’élevage héritiers des trente glorieuses. Ils sont dans le monde d’avant, celui des carrières perpétuelles et de l’équilibre de Yalta. Ils ne voient pas que la saison des tempêtes est de retour.

Les Européens auraient donc dû s’asseoir sur la dette grecque?

Mais, c’est ce qui va se passer. Tout le monde sait qu’ils ne payeront jamais. Au lieu de frapper un coup en ouvrant le robinet de la Banque centrale, puis d’interdire la spéculation, les dirigeants hésitent. Convoquer des Premiers ministres comme des délinquants et humilier leur peuple, quelle bêtise! Ce que font les «Merkozy» est très dangereux! Cette dérive autoritaire de l’Europe m’inquiète.

Mais n’est-ce pas plutôt  l’irresponsabilité des dirigeants grecs qui a conduit à cette situation?

Absolument. Je ne veux pas passer cette responsabilité par-dessus bord, mais on ne doit pas faire payer les peuples en les caricaturant. Les Grecs paresseux? C’est en Grèce qu’on travaille le plus longtemps en Europe. Cette Europe oppose les peuples les uns aux autres.

Vous dénoncez le plan de rigueur, mais qu’auriez-vous fait à la place de François Fillon?

Nous assistons à la danse de Saint-Guy des plans d’austérité. Les agences de notation font les gros yeux… Ouh là là, on sort un plan. Elles font encore les gros yeux, un deuxième plan… Cela crée un effet de panique qui augmente le goût du sang des requins de la finance. Avec l’austérité, on contracte l’activité, on crée du chômage. Cela veut dire moins de rentrée fiscale et, au final, plus de déficit. Ce qui amènera de toute façon les agences à baisser la note. Moi, je propose de taxer le capital à la hauteur du travail: cent milliards par an!

A la lecture de votre programme antilibéral, on se dit qu’il serait illogique que vous appeliez à voter pour le PS en cas de second tour Hollande-Sarkozy?

D’abord, je n’ai rien à marchander. Moi, je n’échange pas la VIe République contre deux sièges à Paris. Le programme socialiste n’a de socialiste que le nom. Mais si ce n’est pas moi en tête de la gauche au soir du premier tour, je n’aurai pas le choix. De toute façon, les gens n’en feront qu’à leur tête. Et ils auront bien raison.

Le programme du Front de gauche est-il communiste?

Il a une inspiration communiste et le PC est mon allié. Ce que j’incarne au Front de gauche, c’est une sorte de synthèse moderne des idées qui sont dans le communisme. En y apportant le socialisme, la République et l’écologie politique. Mais je n’ai pas honte du mot «communisme», au contraire, c’est un beau mot qui parle du bien commun. En revanche, ce n’est pas un programme communiste: il ne propose pas la nationalisation de l’économie, mais la socialisation de certains secteurs.

Jean-Pierre Chevènement et vous êtes des eurosceptiques. Vous pensez qu’il marche sur vos plates-bandes?

Non. Tous ces raisonnements appartiennent à l’ancien monde où il y a des cheptels électoraux. Chevènement est dans une logique de refus du traité de Lisbonne qui me va. Sur d’autres sujets, nous sommes opposés. Moi, je représente un collectif, le Front de gauche.  Chevènement est tout seul, c’est une autre démarche.

* Ed. J’ai Lu, 3 €.

Recueilli par Matthieu Goar

Entre crise et alternatives : faire sauter les verrous européens sera le thème du grand débat de L’AGAUREPS-Prométhée mardi 22 novembre 2012 à Mont de Marsan

Créé par le 06 nov 2011 | Dans : Gauche anti-libérale, Pour une autre Europe

    L’AGAUREPS-Prométhée vous convie à une réunion de débat et d’échange

le mardi 22 novembre 2011

à Mont-de-Marsan,

Hôtel des Pyrénées (20 avenue du 34° RI ou Régiment d’Infanterie)

à partir de 18 heures 30

Ordre du jour : (animation Xavier DUMOULIN)

-         La demi-heure de l’actualité politique et sociale :

     (Intervention de Francis DASPE)

   L’intérêt général : objet politique non identifié ?

-         Le grand débat de l’AGAUREPS-Prométhée :

(Intervention de Xavier DUMOULIN)

Entre crise et alternatives : faire sauter les verrous européens 

Avant le G20, des milliers d’altermondialistes convergent à Nice

Créé par le 01 nov 2011 | Dans : Gauche anti-libérale, Une autre mondialisation

Des altermondialistes se préparent le 31 octobre 2011 à Nice à leur manifestation internationaleDes altermondialistes se préparent le 31 octobre 2011 à Nice à leur manifestation internationale Anne-Christine Poujoulat afp.com

C’est le grand rendez-vous à ne pas manquer, pour eux. Des milliers d’altermondialistes doivent converger mardi à Nice (Alpes-Maritimes) pour une manifestation internationale dénonçant les pratiques des marchés financiers et leurs méfaits sur «les peuples», deux jours avant la tenue à Cannes d’un G20 avec 25 chefs d’Etat et de gouvernement.

«Nous refusons de laisser aux puissants le droit d’imposer leurs solutions à des crises qu’ils ont engendrées. Des voies alternatives existent», résument les tracts des organisateurs de la manifestation, qui espèrent attirer quelque 10.000 personnes mardi sur un parcours excentré du nord-est de Nice.

Le collectif organisateur regroupe plusieurs dizaines de syndicats et d’associations (Attac, Greenpeace, Mrap ou encore Ligue des droits de l’Homme), soutenus par des partis écologistes et d’extrême gauche. Des militants étrangers devraient faire le déplacement notamment d’Allemagne, d’Espagne ou d’Italie.

Un «sommet des peuples»

Les manifestants ont commencé dès lundi soir à se rassembler aux «Anciens abattoirs», un centre culturel municipal ouvert pour la semaine aux protestataires, qui, outre la manifestation, organisent jusqu’à vendredi un «sommet des peuples» avec un programme très dense de conférences-débats.

«Paradis fiscaux, qu’on les ferme», réclamait un calicot d’Attac à l’entrée.

Mardi, la manifestation, qui démarre à 15h, promet d’être encadrée par un solide dispositif de sécurité, alors que la plupart des commerces seront fermés en ce jour férié.

Lire la suite de la dépêche AFP dans 20 Minutes http://www.20minutes.fr/economie/815644-avant-g20-milliers-altermondialistes-convergent-nice

123456...35

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY