Le Che

Articles archivés

Jean-Pierre Chevènement revient sur son retrait de candidature

Créé par le 06 fév 2012 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Le Che

Interview Qu’est-ce qui vous a conduit à renoncer à votre candidature ? C’est la difficulté de récolter les 500 signatures ?

Non, ce n’était pas le plus préoccupant. Il nous restait du temps et j’avais bon espoir d’y parvenir. La raison, c’est le manque de moyens financiers. Je ne suis pas riche, vous le savez bien… Avec 100.000 EUR, il ne m’était pas possible de faire une campagne.

Les sondages ne vous qualifiaient que de 1 % des voix, cela vous a-t-il découragé ?

Si j’avais mené une campagne démagogique, j’aurais peut-être eu plus de succès. Mais j’ai choisi une campagne délibérément pédagogique, très articulée, qui s’adressait vraiment à l’intelligence.

C’était risqué…

Ce n’était peut-être pas la meilleure solution (rire). Je ne la regrette cependant pas. Elle m’a permis d’affirmer notre identité et le point de vue qui est le mien et celui de mes amis. J’ai pu m’exprimer abondamment dans les médias qui ont bien voulu recueillir mes impressions et mes analyses. J’ai effectué de nombreux déplacements sur le terrain, j’ai visité une vingtaine d’usines.

Qui allez-vous soutenir ? Allez-vous continuer à vous exprimer ?

Le communiqué que j’ai publié suffit à ce stade. Il est assez explicite et je parlerai plus longuement la semaine prochaine. Je vais bien sûr faire entendre ma voix, demain comme hier, au long de cette campagne. Malgré le refus de Mme Merkel, qui prétend dicter sa loi au suffrage universel et refuse d’accepter la révision du traité, j’expliquerai les périls où nous conduit l’euro surévalué, la nécessité d’étendre les missions de la Banque centrale européenne et d’organiser la relance en Europe, l’importance de préserver la souveraineté budgétaire et fiscale de la France, qui doit rester dans les mains du Parlement français.

Ces quelques jours de silence seront-ils occupés à négocier un accord politique avec un autre candidat de gauche, puisqu’ils sont deux, François Hollande et Jean-Luc Mélenchon, à se dire prêts à vous accueillir ?

Il n’y a qu’une négociation qui a été entamée, en mai dernier, entre le MRC et le PS. Elle porte sur les législatives et notre représentativité. C’est tout à fait autre chose et d’ailleurs, il n’y a toujours pas d’accord à l’heure actuelle. C’est le président du MRC, Jean-Luc Laurent, qui s’en occupe. Je vous rappelle que je n’en suis que le président d’honneur… Je n’en dirai pas plus aujourd’hui.

Propos recueillis

par Jean-Pierre TENOUX dans l’Est Républicain du 2 février 2012

Déclaration de Jean-Pierre Chevènement

Créé par le 01 fév 2012 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Le Che, Non classé

Déclaration de Jean-Pierre Chevènement, Sénateur du Territoire de Belfort, ancien ministre, 1er février 2012

 

Je me suis porté candidat à la Présidence de la République le 5 novembre 2011, « pour faire bouger les lignes » et mettre la gauche et la France à la hauteur des défis qu’elles doivent relever. Dans la grave crise à travers laquelle une construction européenne mal pensée dès l’origine, peut conduire la France à une position définitivement subordonnée, j’ai voulu, à travers cette « candidature pédagogique », rendre nos concitoyens attentifs à quatre enjeux majeurs de la période qui s’ouvre :

1) Pour réindustrialiser le pays, condition de la survie du modèle républicain, il faut, chose non suffisante mais indispensable, une monnaie moins chère que l’euro actuel.

2) Il est nécessaire, en second lieu, d’organiser la croissance en Europe et non pas la récession à perte de vue, comme nous y conduirait le projet de traité européen dont les grandes lignes ont été entérinées hier, le 30 janvier 2012, à Bruxelles. Si le gouvernement de Mme Merkel, qui prétend dicter sa loi au suffrage universel, n’acceptait pas la révision du traité pour étendre les missions de la Banque Centrale européenne et organiser la relance en Europe, mieux vaudrait alors transformer l’euro de monnaie unique en monnaie commune.

3) La souveraineté budgétaire et fiscale de la France doit rester dans les mains du Parlement français. Sa préservation est la condition, à tous égards, de notre indépendance future, y compris diplomatique et militaire.

4) Il est temps de redresser l’Europe à partir de ses nations. Celles-ci sont le cœur vivant de la démocratie. Le but est d’édifier une « maison commune européenne », ou comme disait le général de Gaulle, une « Europe européenne », ouverte vers la Russie à l’Est et vers la Méditerranée et l’Afrique, au Sud. Cette construction se fera avec les peuples, c’est-à-dire par la force des choses, à géométrie variable, avec ceux qui le veulent.

Ayant pu exercer, autant que je le pouvais, le rôle pédagogique que je m’étais assigné, et n’ayant plus aujourd’hui les moyens de continuer ma campagne, je décide de retirer ma candidature à l’élection présidentielle. Je continuerai cependant, demain comme hier, à faire entendre ma voix pour servir la République.

Dans les temps difficiles qui sont devant nous, rien n’est plus important que de maintenir un recours républicain.

J’indiquerai bien sûr, le moment venu, le candidat à l’élection présidentielle auquel, les yeux ouverts, j’apporterai mon soutien.

 

01/02/2012
Jean-Pierre Chevènement

De la nécessité d’un plan B, par Jean-Pierre Chevènement

Créé par le 30 jan 2012 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Le Che

 Il est sans doute impossible de faire admettre leur erreur aux élites qui ont fait de l’euro leur projet politique commun et leur fétiche. Mal pensée, la monnaie unique européenne a été dès l’origine un mark-bis faisant fi de la diversité des nations qui allaient la composer et particulièrement de l’hétérogénéité de leurs économies.

Treize ans après son introduction, où sont passées les promesses de ceux qui l’avaient portée sur les fonds baptismaux ? Car si la France vient de perdre son triple A, c’est en réalité toute la zone euro qui, année après année, se trouve déclassée dans la mondialisation. Seule zone au monde marquée par une stagnation économique de longue durée, elle donne en outre l’étrange spectacle d’une construction à la dérive. Ses élites célèbrent le « printemps arabe » avant d’organiser le remplacement plus ou moins subreptice de gouvernements démocratiquement élus par des technocrates européens imprégnés de néolibéralisme dogmatique. L’Europe « post-démocratique » pointée par Hubert Védrine devient l’ultime projet de ces élites pour ne pas avoir à reconnaître leurs erreurs.

Ce qui mine pourtant la zone euro, ce n’est pas son niveau d’endettement public, comparable à celui des Etats-Unis et inférieur à celui du Japon. Ce sont les écarts de compétitivité entre les pays européens, qui se traduisent par l’accumulation d’excédents commerciaux en Allemagne et aux Pays-Bas et de déficits partout ailleurs. En 2011, le déficit commercial de la France aura atteint plus de 70 milliards d’euros. Sur cette somme, notre déficit est de 25 milliards avec l’Allemagne, soit six fois plus qu’en 1982 ! Comment parler d’égal à égal sur la base d’un tel déséquilibre ? L’euro a agi pendant la décennie 2000 comme un accélérateur des divergences économiques, creusant l’écart entre un centre industriel compétitif et une périphérie sous-industrialisée et déficitaire, dopée au crédit et aux subventions. Ce sont les déséquilibres internes de l’euro qui portaient en eux l’inéluctabilité de la dérive budgétaire.

Les politiques d’austérité budgétaire ne règleront en rien ces déséquilibres de compétitivité. Pire, mises en œuvres ensemble, elles vont accélérer le déclin relatif de l’Europe en la plongeant dans une dépression de longue durée, alors même que la montée en puissance des pays émergents s’accélère. A l’impéritie économique s’ajoute ainsi la myopie géopolitique.

Les acteurs de l’économie ont d’ores et déjà intégré la possibilité d’un naufrage de la zone euro. La Grèce ne pourra sans doute se relever qu’en recouvrant sa souveraineté monétaire et en dévaluant très fortement. A bien y réfléchir, comment le Portugal et l’Espagne pourraient-ils renouer avec le dynamisme économique sans l’aide d’une dévaluation qui leur donnerait l’oxygène qui leur fait aujourd’hui défaut ? Elargissons le raisonnement : pouvons-nous nous-mêmes assumer le coût gigantesque du statu quo sur notre économie en termes de chômage, de retard d’investissement, de déficits publics? De surcroît, le FESF est une pompe à incendie insuffisante et deviendrait vite un tonneau des Danaïdes, s’il fallait l’activer à la mesure des difficultés prévisibles.

Dans Sortir la France de l’impasse (Fayard, octobre 2011), je me faisais l’avocat d’une refonte complète de l’architecture de la zone euro. Intervention massive de la Banque centrale européenne sur le marché de la dette et extension de ses missions, abaissement du cours de l’euro face au dollar et au yuan, gouvernement économique de la zone privilégiant la coopération à la compétition. Malheureusement l’actuel gouvernement allemand ne veut pas de cette solution, pourtant la seule à pouvoir préserver la monnaie unique et offrir un répit d’au moins quelques années. Thomas Mann a écrit que l’Allemagne était trop grande pour ne pas chercher à dominer l’Europe, mais aussi trop petite pour y parvenir. C’est pourquoi il préconisait une  »Allemagne européenne ».

L’Europe, elle-même, si elle veut continuer à exister comme un pôle entre l’Amérique du Nord et l’Asie, ne peut être qu’européenne. L’intuition du général de Gaulle reste pleinement valable. Il n’y a plus de place pour un leadership allemand ou français en Europe, mais il y a une responsabilité particulière de nos deux pays, à l’articulation de l’Europe germanique et de l’Europe latine.

Plutôt que d’assister passivement à l’effondrement de l’euro et aux catastrophes économiques et sociales qui s’ensuivraient, je propose d’étudier de manière concertée un plan B et d’organiser la mutation de l’euro en monnaie commune réservée aux transactions extérieures. Dans chaque pays de la zone, des euros nationaux verraient le jour à la même date. Ceux-ci ne pourraient être convertibles qu’avec l’euro monnaie commune. La parité des euros nationaux entre eux serait établie de manière concertée, afin de prendre en compte les différentiels de compétitivité creusés au cours des treize dernières années. Cette flexibilité retrouvée des monnaies serait infiniment moins coûteuse qu’un ajustement déflationniste par voie de réduction des salaires, des pensions et des dépenses publiques. Pour mener à bien cette mutation qui n’est envisageable que pour parer à une catastrophe probable, il faudrait envisager la réquisition de la Banque de France car nous aurions besoin d’une banque centrale qui distribue du crédit aux entreprises et aux particuliers si la menace de faillites bancaires venait à se préciser. Sous la pression des événements, il faudra bien enfreindre les tabous. Le coût de cette mutation serait bien moindre que le coût du maintien à tout prix d’un système pénalisant pour la croissance et aujourd’hui à bout de course.

En tout état de cause, il n’est pas besoin d’être un grand stratège pour comprendre qu’il n’y a pas de plan A qui puisse réussir, sans l’alternative d’un plan B seul moyen de lever les réticences à la mise en œuvre du plan A.

Si nos élites n’ont pas le courage de revenir sur leurs choix, alors le désordre appellera l’ordre. Il serait préférable qu’il existe alors un recours républicain et qu’une voie raisonnable se dessine en Europe afin de préserver la cohérence du marché « européen » et d’y maintenir un cap conforme à l’intérêt de tous ses peuples.

 
 
 

Suivre Jean-Pierre Chevènement sur Twitter: www.twitter.com/chevenement

 

« Les sondages ne sont pas mon problème. Mon souci est de toucher l’intelligence des Français et des candidats »

Créé par le 29 jan 2012 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Le Che

Jean-Pierre Chevènement était l’invité de Zemmour & Naulleau sur Paris Première, vendredi 27 janvier 2012.

 

  • A propos de la défaite de Lionel Jospin en 2002: Un candidat est toujours responsable de son programme, surtout quand il n’en a pas ou peu.
  • En politique, il ne faut jamais régler des comptes. Il y a beaucoup de violence et il faut savoir encaisser. Il faut rester calme et toujours se référer à des valeurs supérieures, à une certaine idée de l’intérêt public. C’est comme ça que j’ai été candidat en 2002 : pour défende des idées.
  • Je peux défendre encore aujourd’hui les thèmes qui étaient ceux de ma campagne. Pour le reste…
  • Les sondages ne sont pas mon problème. Mon souci est de toucher l’intelligence des Français et des candidats.
  • Je ne suis pas du tout hostile à Jean-Luc Mélenchon. Néanmoins, je ne pense pas qu’il situe sa candidature dans la même perspective que la mienne.
  • Le génocide arménien n’est pas contestable mais, pour moi, c’est l’intérêt de la République qui compte. Toute loi qui pénalise dans un domaine qui est celui de la liberté d’expression me déplaît. Cette loi est une manœuvre électoraliste.
  • Les lois mémorielles ne sont pas une bonne idée. Dans la République, on se bat avec des arguments. Quand ils sont bons, ils finissent par triompher. 
  • A propos de ses démissions : J’aurais pu démissionner beaucoup plus souvent. Je me suis borné à démissionner dans 3 circonstances importantes : le tournant libéral, la guerre du Golfe, la Corse.
  • François Hollande, rendons lui au moins ce mérite, a dit qu’il réviserait le traité européen prévu par N.Sarkozy et A.Merkel et qu’il y ajouterait des moteurs de croissance.
  • J’écoute ce que dit François Hollande. Je sais qu’entre les mots il y a des vides dans lesquels peuvent se glisser bien des ambiguïtés.
  • En politique on ne peut pas échapper à la dimension du pari. J’ai pensé influencer François Mitterrand, je l’ai d’ailleurs fait pendant 10 ans. J’ai voulu influencer Lionel Jospin et Segolène Royal. Je pourrais vouloir influencer François Hollande, mais je ne sais pas si je le peux. Si je le peux, ce serait mon devoir.
  • A propos du maintien de sa candidature : C’est un tableau d’ensemble qu’il faut regarder. Pour l’instant, je n’ai pas arrêté mon jugement. J’observe. Je suis le candidat pédagogue, le conseiller pédagogique à la fois de la gauche et de la France.
 

« Je me suis porté candidat pour faire bouger les lignes. Je peux considérer que j’ai exercé une certaine influence »

Créé par le 27 jan 2012 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Le Che, Non classé

Verbatim de Jean-Pierre Chevènement dans son entretien du jour à France-Bleu

  • François Hollande a toutes ses chances à l’heure actuelle mais il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Il a donc raison de rester mobilisé, comme nous l’avons vu hier soir.
  • Je me suis porté candidat pour faire bouger les lignes. Je peux considérer que j’ai, en effet, exercé une certaine influence dans la mesure où on a vu, tour à tour, Nicolas Sarkozy et François Hollande dire qu’il fallait brancher le FESF sur la BCE. Mme Merkel a refusé mais en même la BCE inonde les banques de liquidités et, dans une certaine mesure, ces banques achètent des titres de dette publique, ce qui favorise une certaine détente. Il y a un petit répit.
  • Néanmoins le problème reste entier. Ce qui se profile avec le traité européen, qui est en voie de finalisation, c’est la récession à perpétuité.
  • Je pense pouvoir intervenir encore utilement pour faire préciser un certain nombre de points. Par exemple, François Hollande veut faire plier Mme Merkel pour obtenir qu’on ajoute des moteurs de croissance au traité européen. Ils sont nécessaires.
  • La désindustrialisation s’explique par une ouverture complétement incontrôlée de nos frontières, par le fait que nous avons une monnaie surévaluée. Et, comme je pense qu’il sera difficile de rétablir autour de l’Union Européenne des droits de douane, car beaucoup de pays y sont opposés, je pense que seule une dévaluation de l’euro serait de nature à faire revenir en France les investissements et empêcher les délocalisations.
  • Le Ministère de l’industrie est devenu un prête-nom, une annexe du Ministère des finances.
  • A propos du droite de vote des étrangers: Ce qui me paraît essentiel c’est l’intégration des étrangers qui le souhaitent. C’est cette voie qu’il faut privilégier. Je crains le communautarisme, les pressions qui peuvent s’exercer dans telle ou telle ville où une communauté est importante. Le communautarisme s’est beaucoup développé, comme on a pu le voir avec les lois mémorielles. Il faut prendre garde à ce que la République ne s’efface pas.
  • Dès 2001, je n’étais pas favorable à l’envoi de troupes au sol en Afghanistan. J’étais encore opposé au doublement des effectifs décidé par Nicolas Sarkozy. Pour autant, maintenant nous y sommes et nous devons agir en concertation avec nos alliés. Nous devons opérer un retrait dans l’ordre, la dignité et, si possible, favoriser l’émergence d’un Etat afghan qui se tienne.
123456...36

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY