Le Che

Articles archivés

Nucléaire : non à l’idéologie de la peur !

Créé par le 21 nov 2011 | Dans : Blog du Che, Economie, environnement, Le Che

Point de vue | LEMONDE | 21.11.11 | par Jean-Pierre Chevènement, sénateur du Territoire de Belfort, candidat à la présidentielle de 2012

Si je sais gré à François Hollande d’avoir tenu bon sur la poursuite de la construction du réacteur EPR de Flamanville qui conditionne les exportations françaises vers la Grande-Bretagne, la Chine, l’Inde, etc., comment ne pas s’alarmer de la volonté des Verts de condamner l’usine de retraitement de la Hague, la fabrication du combustible mox nécessaire à nos réacteurs et de fermer le laboratoire de stockage des déchets retraités de Bure, etc. La logique des Verts est claire : c’est la « sortie du nucléaire ». C’est le triomphe du dogmatisme. Mais quelle cohérence y a-t-il à vouloir, en pleine crise, fermer vingt-quatre réacteurs qui marchent, bref à se priver du tiers de notre potentiel de production électrique ?

Lire la suite »

Jean-Pierre Chevènement raconté en vidéo…

Créé par le 21 nov 2011 | Dans : Gauche anti-libérale, Le Che, Parti socialiste, Projet politique

http://fr.news.yahoo.com/blogs/il-etait-une-fois-la-presidentielle/jean-pierre-le-rouge-094519074.html

Tribune de Jean-Pierre Chevènement parue dans Les Echos, mercredi 16 novembre 2011.

Créé par le 16 nov 2011 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Economie, Le Che, Projet politique

la fin de la France ?

Le sort de la monnaie unique se joue en Italie. Ce pays doit lever 300 milliards d’euros en 2012 à un taux qui dépasse 6 %. Intenable.

Le remplacement d’hommes politiques élus par des technocrates européens non élus, MM. Monti en Italie comme Papadémos en Grèce (à quand M. Trichet à Matignon ?) ne réglera rien.

En effet, les ressources disponibles du Fonds européen de stabilisation financière (FESF), soit 250 milliards d’euros, sont radicalement insuffisantes pour faire face à la montagne de dettes des pays « sous tension » (plus de 3.000 milliards d’euros) et particulièrement au risque d’un défaut italien.

Le fameux « effet de levier » évoqué par le sommet européen de Bruxelles du 24 octobre 2011 pour multiplier les ressources du FESF par cinq a fait long feu : le « véhicule spécial » qui devait embarquer des « émergents » (Chine, Brésil, etc.) pour venir au secours de la monnaie unique est rentré vide du sommet du G20 à Cannes.

Lire la suite »

Entretien de Jean-Pierre Chevènement au Journal de Saône et Loire, mardi 15 novembre 2011.

Créé par le 15 nov 2011 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Le Che, Projet politique

Entretien de Jean-Pierre Chevènement au Journal de Saône et Loire, mardi 15 novembre 2011.  dans Battre campagne

Vous visitez l’usine d’Areva Saint-Marcel, pourquoi êtes-vous convaincu que l’on ne peut pas sortir du nucléaire, comme l’Allemagne et d’autres voisins européens en ont la tentation ?
Jean-Pierre Chevènement:
Le nucléaire représente 75 % de notre électricité, et c’est surtout moins cher. Ailleurs, comme en Allemagne pour ne citer qu’eux, la facture est 40 % supérieure. Je tiens à rappeler que le kilowattheure nucléaire est deux fois moins cher que l’éolien et 8 à 10 fois moins cher que le kilowatt solaire photovoltaïque. En plus, le nucléaire émet très peu de gaz à effet de serre. Il faut souligner que le nucléaire, c’est 125 000 emplois directs et 400 000 si l’on rajoute tous ceux liés à des sous-traitants. Chez vous, le Pôle Nucléaire Bourgogne (PNB) c’est 10 000 emplois, et ici à Areva Saint-Marcel environ 1 000 emplois, pour la plupart en CDI, selon le plan de charge de l’usine. Je demande à ce que l’on ne massacre pas ce qui reste de notre tissu industriel. Il faut avoir des arguments sérieux, traiter ce problème de manière responsable et ne pas en faire l’enjeu d’une carabistouille électorale, comme dirait M. Mélenchon, où l’on échangerait des réacteurs nucléaires contre des circonscriptions.

Lire la suite »

« Je veux redresser la France »

Créé par le 14 nov 2011 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Le Che, Projet politique


Entretien de Jean-Pierre Chevènement à L’Est républicain, lundi 14 novembre 2011.


 

L’Est républicain: En 2002, quand vous aviez présenté votre précédente candidature à la Présidence de la République, vous ambitionniez de « faire turbuler » le système. Aujourd’hui, qu’est-ce qui vous motive ?
Jean-Pierre Chevènement: Comme en 2002, le souci de la France. Mais cette fois-ci, en plein dans la crise contre laquelle je mettais en garde il y a dix ans. Le système de la monnaie unique est au bord de la dislocation. L’Italie va devoir emprunter 300 milliards d’€ à un taux supérieur à 6 %. Ce n’est pas tenable. Les banques françaises sont très engagées dans la Péninsule. Après l’Italie qui risque de faire défaut, la France sera le maillon faible. Comme je l’ai expliqué dans mes deux livres « La France est-elle finie ? » et « Sortir la France de l’impasse », il y a deux types de solutions. Mon plan A, c’est de mobiliser toutes les ressources de la Banque Centrale Européenne pour assurer la survie de la monnaie unique. Mon plan B, si l’Allemagne persiste dans son refus, c’est d’assurer la mutation progressive de l’euro de monnaie unique en monnaie commune, en évitant les dévaluations sauvages et en préservant si possible un espace économique européen cohérent.

Quel serait l’intérêt de ce changement de nature ?
Cette devise internationale, dont le cours comme aujourd’hui, serait fixé par le marché, sans doute à un niveau plus bas, serait un panier de monnaies nationales utilisées, elles, dans les transactions internes. Ce projet respectueux des nations a été malheureusement écarté en juin 1989 au Conseil européen de Madrid au bénéfice d’un projet de « monnaie unique », issu des travaux du groupe Delors, qui était la simple transposition à l’Europe des règles de la Bundesbank allemande. La monnaie unique a été une erreur, mais il n’est jamais trop tard pour rectifier une erreur. Redresser la France avec la construction européenne est la motivation principale de ma candidature. Pour cela, j’entends marquer quatre repères : une monnaie moins chère pour soutenir les exportations et restaurer la compétitivité ; favoriser la croissance en Europe plutôt que la récession ; préserver la souveraineté budgétaire et fiscale de la France, constitutive de son indépendance ; bâtir enfin une « Europe européenne » confédérale qui s’appuie sur ses nations, démocratique donc et à géométrie variable.

Lire la suite »

1...45678...36

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY