Monde arabe, Proche et Moyen-Orient

Articles archivés

Huis clos à Gaza

Créé par le 28 jan 2008 | Dans : Monde arabe, Proche et Moyen-Orient

CHRISTOPHE AYAD

QUOTIDIEN LIBERATION : lundi 28 janvier 2008

Entrer, sortir : c’est l’obsession des habitants de la bande de Gaza, un million et demi de personnes vivant sur seulement 360 km2, l’une des plus fortes densités au monde. Depuis le début de l’Intifada, en septembre 2000, c’est devenu chose de moins en moins facile. La victoire électorale des islamistes du Hamas, en mars 2006, puis l’enlèvement du soldat israélien Gilad Shalit, en juin de la même année, et enfin le violent coup de force du Hamas contre le Fatah, en juin dernier, ont transformé le passage d’Erez, réservé aux passagers entre Gaza et Israël, en une frontière hermétique. Le passage d’Erez n’est plus emprunté aujourd’hui que par des journalistes étrangers, quelques membres d’ONG, les représentants de l’ONU, chargés des réfugiés palestiniens, et du Comité international de la Croix-Rouge. Il arrive – de plus en plus rarement – que des malades palestiniens, devant suivre des traitements lourds, soient admis en Israël : selon des ONG palestiniennes et israéliennes, ces autorisations font l’objet de chantages à la collaboration de la part du Shin Bet, le service de sécurité intérieure.

La condition première, pour un journaliste qui veut se rendre à Gaza, est de se faire accréditer auprès du bureau de presse, rattaché aux services du Premier ministre. Une fois muni du précieux sésame, il lui faut rejoindre le terminal d’Erez aux heures d’ouverture : du dimanche au jeudi, de 8 heures à 18 heures, et le vendredi jusqu’à 14 heures. Vendredi après-midi et samedi, c’est shabat. Les journalistes israéliens – rares étaient ceux qui ont continué à se rendre à Gaza après le début de l’Intifada mais ils étaient une demie douzaine – et ceux ayant la double nationalité, franco ou américano-israélienne sont interdits d’entrée par l’armée depuis l’été dernier, lorsque la bande de Gaza a été désignée comme «entité ennemie». Amira Hass, célèbre journaliste du quotidien Ha’aretz, y voit une «censure», trop facilement acceptée par l’ensemble de la profession.

Dans les années 90, au début de l’autonomie palestinienne, Erez n’était qu’une barrière gardée par quelques soldats. Puis, l’armée israélienne a construit un long corridor destiné à canaliser les travailleurs palestiniens et à les fouiller pour démasquer les éventuelles tentatives d’attentats. Au fur et à mesure, tout s’est automatisé, déshumanisé. En même temps que Tsahal s’est retirée de Gaza et a démantelé les colonies, à l’été 2005, elle a fait du terminal d’Erez un gigantesque poste frontière aux allures d’aéroport international bourré de high-tech sécuritaire. Guidé par une voix métallique retransmise par haut-parleur, on chemine le long d’interminables corridors, entre des détecteurs de métaux et d’explosifs et des caméras infrarouges, devant lesquelles il faut montrer son torse et son ventre nus. Entrer prend vingt minutes, sortir nettement plus longtemps.

Gaza : Le nouvel exode en Egypte ? Mais qui veut réellement d’un Etat palestinien ?

Créé par le 28 jan 2008 | Dans : Monde arabe, Proche et Moyen-Orient

Comment ne pas être frappé par les images qui nous parviennent de la bande de gaza ? Des centaines de milliers d’ hommes, de femmes et d’enfants qui fuient vers l’Egypte, dans une espèce de nouvel illustration d’apocalypse, grâce à des brèches faites à l’explosif dans un mur qui les enferme, peinture contemporaine du passage de la Mer Rouge.

Un millions et demi de personnes soumises à un blocus total depuis une semaine. 113 Palestiniens (dont beaucoup de civils) tués depuis la Conférence d’Annapolis qui devait relancer l’éternel « processus de paix » qui ne vient toujours pas.

Le peuple palestinien est bel et bien soumis à un châtiment collectif ce qui est une violation flagrante du droit international qu’on lui refuse toujours. Par ailleurs la Convention de Genève précise bien qu’en cas d’occupation, le peuple occupé est à la charge de l’occupant, c’est-à-dire dans le cas présent, d’Israël. Car ne nous payons pas de mots : Gaza n’est qu’une gigantesque prison à ciel ouvert, dont le gardien est l’Etat hébreux. 

Certes il faut que les tirs de roquettes en direction d’Israël cessent, c’est une nécessité et une obligation. Parce qu’ils atteignent des civils ce qui est inacceptable, et en font des crimes et non des actes de résistance et parce qu’ils sont politiquement totalement contre productifs. Ils sont autant de motifs d’interventions militaires, brutales et sanglantes qui masquent la réalité de la violence d’Etat à laquelle sont confronté les Palestiniens : poursuite de la colonisation, poursuite de la construction du Mur, poursuite des expropriations notamment à Jérusalem, poursuites des arrestations et des enfermements arbitraires, poursuite de la destruction des infrastructures civiles, sociales et sanitaires.

Désormais la seule question qui vaille est la suivante : qui veut réellement voir la naissance d’un Etat palestinien, souverain, continu et viable ? Les Etats Unis d’Amérique ? L’Etat d’Israël ? Poser la question c’est en réalité déjà y répondre.

Claude NICOLET

Secrétaire national aux Relations Internationales du MRC 

Paris le 24 janvier 2008

Etranglée, Gaza s’enflamme

Créé par le 23 jan 2008 | Dans : Monde arabe, Proche et Moyen-Orient

Proche-Orient. Des violences ont éclaté à la frontière égyptienne malgré un allégement du blocus.

CHRISTOPHE AYAD

QUOTIDIEN LIBERATION : mercredi 23 janvier 2008

Malgré l’allégement du blocus de la bande de Gaza par Israël, l’exaspération dans le territoire palestinien a dégénéré, hier matin, en manifestation violente au point de passage de Rafah, à la frontière avec l’Egypte. Le mouvement islamiste Hamas avait organisé une marche de protestation devant le terminal de Rafah, pour demander sa réouverture, contrôlé par des gardes-frontières égyptiens et hermétique depuis le coup de force du Hamas contre le Fatah en juin dernier. Un temps débordées par la foule menaçante et visées par des tirs palestiniens, les forces de l’ordre ont usé de lances à eau puis ont fait feu à balles réelles. Bilan des affrontements : quatre Palestiniens et un policier égyptien blessés. La situation est revenue à la normale dans l’après-midi et l’Egypte a répété son refus d’ouvrir Rafah, craignant un afflux massif de Palestiniens.

Le fonctionnement du terminal de Rafah est régi par un accord international et implique Israël, l’Egypte et l’Union européenne. Or Israël refuse son ouverture depuis juin 2007. Sous la pression de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU prévue hier soir, et des Etats-Unis qui se sont inquiétés d’une possible «crise humanitaire», Israël a autorisé la livraison de 360 000 litres de fioul à l’unique centrale électrique de Gaza, qui fournit un tiers des besoins du territoire. L’électricité, totalement coupée depuis dimanche, a recommencé à fonctionner hier à Gaza, entrecoupée de longs délestages.

Le Hamas a qualifié cet allégement du blocus de «poudre aux yeux» tandis que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, l’a jugé «insuffisant». Il a demandé la «levée totale» du blocus tout en réclamant l’arrêt des tirs «futiles» de roquettes vers Israël. Le Comité international de la Croix-Rouge a estimé hier que Gaza restait menacé d’un «effondrement total».

Sous la pression, Israël allège le blocus de Gaza

Créé par le 22 jan 2008 | Dans : Monde arabe, Proche et Moyen-Orient

Territoires palestiniens.

CHRISTOPHE AYAD

QUOTIDIEN LIBERATION : mardi 22 janvier 2008

La bande de Gaza s’enfonce dans la nuit. Au quatrième jour du blocus total imposé par Israël pour faire cesser les tirs de roquettes, le territoire palestinien a donné les premiers signes d’asphyxie: rues désertes, véhicules en panne d’essence, électricité défaillante, eau coupée, générateurs de plus en plus silencieux, hôpitaux au ralenti, boulangeries sans pain…

L’unique centrale électrique de la bande de Gaza, qui fournit un tiers des besoins du territoire, a cessé de fonctionner dimanche, faute de carburant. Les hôpitaux ont annoncé hier n’avoir plus que deux ou trois jours d’autonomie en fuel pour faire fonctionner leurs équipements. «Nous avons quinze patients sous assistance respiratoire, expliquait hier le directeur des soins intensifs de l’hôpital Chifa, le plus grand de Gaza. Si l’électricité venait à être coupée, ils mourront.» Toutes les opérations non urgentes ont été suspendues. Les stocks de médicaments commencent aussi à s’épuiser, selon la Croix-Rouge. Les stocks de nourriture commencent à pourrir dans les magasins. A la mi-journée, l’Unrwa, l’agence de l’ONU chargée de l’aide aux réfugiés, a prévenu qu’elle allait devoir cesser ses distributions de nourriture à 860000 personnes (sur 1,5 million d’habitants) «mercredi ou jeudi». Hier soir, Israël a annoncé un allégement du dispositif à partir de ce matin.

Mais face à cette brutale détérioration de la situation à Gaza, le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle le territoire depuis son coup de force de juin dernier, a dénoncé «la peine de mort à laquelle l’occupant a condamné [notre] peuple». Le chef politique de l’organisation, Khaled Mechaal, a appelé, de la Syrie où il vit en exil, les pays arabes à faire pression sur Israël. «Vous êtes responsables devant Dieu pour chaque Palestinien qui meurt à Gaza, a-t-il adjuré. Si vous ne soutenez pas les Palestiniens, Dieu et vos peuples ne vous le pardonneront pas.»

Le Hamas a aussi demandé au Caire de rouvrir le passage de Rafah, qui relie Gaza à l’Egypte, totalement fermé depuis juin 2007. Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs pays arabes, notamment à Amman, en Jordanie, et dans les camps palestiniens du Liban. La Ligue arabe, qui s’est réunie en urgence, a demandé la convocation du Conseil de sécurité de l’ONU «pour examiner la situation dangereuse» et «prendre des mesures urgentes contre les forces d’occupation israéliennes». Sans utiliser les mêmes termes, de plus en plus de capitales occidentales, dont Paris, Londres et Bruxelles, ont demandé la levée du blocus.

Israël a cherché à minimiser les conséquences de cette mesure, accusant le Hamas de faire de la propagande. «Il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza» , déclarait, hier en milieu de journée, le porte-parole du ministère de la Défense. En fin de journée, le même ministère annonçait finalement la reprise des livraisons de carburant et de médicaments. Sans qu’on sache si cette décision est l’effet de pressions internationales de plus en plus fortes ou du quasi-arrêt des tirs de roquettes, dont deux seulement ont touché hier Israël, sans faire de victimes.

Gaza: Une guerre d’usure

Créé par le 20 jan 2008 | Dans : Monde arabe, Proche et Moyen-Orient

Christian BRUNEL, correspondance à Jérusalem
Le Journal du Dimanche pour leJDD.fr
Samedi 19 Janvier 2008

 Les affrontements israélo-palestiniens se sont intensifiés cette semaine, et menacent clairement le processus de paix relancé depuis la conférence d’Annapolis. Israël veut déstabiliser le Hamas, tout-puissant dans la bande de Gaza, et que Mahmoud Abbas n’a pas su combattre. Mais le Premier ministre israélien Ehoud Olmert est lui aussi dans une situation loin d’être sereine.

En moins d’une semaine, 35 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza, d’où ont été tirées pas moins de 150 roquettes palestiniennes allant s’abattre sur les localités du sud d’Israël. Entre les islamistes palestiniens du Hamas et l’armée israélienne, la guerre fait rage.

Une guerre d’usure. Selon les voeux de George Bush pourtant, 2008 devait être marquée par la conclusion d’un accord de paix et la création d’un Etat Palestinien. Elle a toutes les chances d’être une nouvelle année noire. La seule question désormais est de savoir qui va craquer le premier. L’heure est en effet à l’escalade. Israël a imposé un blocus total à la bande de Gaza. Plus aucun camion transportant l’aide humanitaire et les produits de première nécessité tels que le lait en poudre, l’huile, la farine ou les carburants pour la production d’électricité, ne passe. La situation est telle que des représentants de l’ONU redoutent une « crise humanitaire« .

Sur le plan militaire, l’armée israélienne lésine de moins en moins sur les moyens pour tenter de mettre fin aux tirs de roquettes. Pour la première fois depuis des mois, l’aviation israélienne s’est attaquée vendredi à des « symboles » du pouvoir des islamistes, larguant des bombes contre des bâtiments « officiels » tels des locaux du ministère de l’Intérieur. L’objectif est clair: déstabiliser le Hamas, qui a pris le contrôle total de la bande de Gaza en juin de l’an dernier à la suite d’un coup de force contre l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas.

Le « rêve brisé » d’Abbas

Si cette tactique ne suffit pas, les militaires israéliens qui préfèrent pour le moment éviter de réoccuper la bande de Gaza, pourraient reprendre leurs opérations de liquidations visant les chefs politiques du Hamas. Parmi les cibles potentielles figurent notamment Ismaïl Haniyeh, le Premier ministre du gouvernement du Hamas. Le président Mahmoud Abbas se retrouve pris entre deux feux. Lui qui avait relancé fin novembre les négociations avec Israël, sous la pression de George Bush, ne sait plus où donner de la tête. Ce modéré accuse les islamistes d’avoir « brisé le rêve » d’un Etat palestinien et exige, sans grand espoir, que le Hamas renonce à contrôler la bande de Gaza. Tout en dénonçant la « brutalité » d’Israël.

Mais la marge de manoeuvre d’Ehoud Olmert, le Premier ministre israélien, est toute aussi étroite. Sa majorité s’est rétrécie avec la défection cette semaine d’un parti d’extrême-droite. Une autre formation religieuse menace d’en faire autant s’il fait la moindre concession aux Palestiniens. Pour couronner le tout: Olmert est sous pression. Son sort est suspendu à la publication à la fin du mois d’un rapport définitif d’une commission d’enquête sur les ratés de la guerre du Liban durant l’été 2006. Certains commentateurs n’excluent pas qu’il soit poussé à la démission, tout en évoquant des élections anticipées à la fin de l’année. Ainsi, les deux responsables censés négocier au plus vite un accord font figure selon l’expression de médias de « canards boîteux », incapables de prendre le moindre risque politique.

1...212223242526

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY