Non classé

Articles archivés

Dix ans après le TCE : mettre la souveraineté nationale au centre

Créé par le 08 juin 2015 | Dans : Non classé

 

     Lu dans Marianne Jeudi 04 Juin 2015  

 
   

Ils sont huit élus locaux, issus du MRC, du PCF, du PG et de Debout la France. Le 29 mai dernier, dix ans après le référendum sur le Traité constitutionnel européen et le « mépris de la démocratie qu’a constitué le non respect du vote du peuple souverain », ils se sont réunis à Coudekerque-Branche, dans le Nord, d’où ils ont décidé de lancer cet « appel » afin « d’ouvrir un débat, de manière publique et transparente sur ce que nous pouvons partager. » Et ce qu’ils partagent, c’est justement « la question de notre souveraineté nationale » qui, écrivent-ils, « conditionne notre capacité à reprendre le chemin du progrès social et à mettre en œuvre la promesse républicaine et d’émancipation citoyenne. »
Ce vendredi 29 mai 2015, nous nous sommes donnés rendez-vous à Coudekerque-Branche (Nord) pour rappeler ce que fut le vote des Français le 29 mai 2005 lors du référendum sur le Traité constitutionnel européen, rejeté par près de 55 % des citoyens. Le déni de ce vote fondateur, réplique puissante du séisme du 21 avril 2002, explique en partie les résultats aujourd’hui du Front national.

Nous venons d’horizons différents (Parti communiste français, Parti de gauche, Debout la France, Mouvement républicain et citoyen), mais au-delà de ce qui nous sépare, que nous ne voulons pas occulter, il nous semble aujourd’hui essentiel, d’ouvrir un débat, de manière publique et transparente sur ce que nous pouvons partager.

Aujourd’hui, au regard de l’évolution politique en France et en Europe durant ces dix dernières années et du mépris de la démocratie qu’a constitué le non respect du vote du peuple souverain, il nous faut faire l’analyse de cette décennie écoulée.

Pour cela, nous avons pu vérifier lors de la réunion publique de Coudekerque-Branche du 29 mai 2015, qu’il était indispensable de placer au cœur de notre réflexion et de notre action politique, la question de la souveraineté nationale et de son exercice. Cette souveraineté est la condition et la définition pour qu’un peuple soit libre de faire les choix qu’il estime bon pour lui.

Nous pensons, que c’est encore dans le cadre de la nation que s’exerce la démocratie et que les nations restent les moteurs de la vie politique et des relations internationales. Cela n’exclut en rien la possibilité de politiques communes et de coopérations internationales, bien au contraire. Mais force est de constater que si nous ne parvenons pas à regagner des marges de manœuvres politiques rendant aux peuples la capacité de reprendre en main leur destin, les pires dérives seront à craindre. Les exemples grecs et espagnols doivent à ce sujet, nous éclairer.

Au nom de la « concurrence libre et non faussée » érigée en véritable dogme, en ayant perdu au niveau des Etats la possibilité de maîtriser nos politiques budgétaires, financières, commerciales, nous assistons à la liquidation pure et simple de l’ensemble des conquêtes sociales issues des combats du mouvement ouvrier, de la mise en place de l’Etat providence et de la politique d’indépendance nationale gaullienne. L’affirmation de l’Union européenne comme fidèle relais de la marchandisation généralisée, du triomphe idéologique du néo-conservatisme, de la mondialisation et de la globalisation financière, non seulement nous inquiète, mais porte en elle de graves dangers. Ces bouleversements nous obligent à envisager la période avec de nouvelles pratiques et de nouvelles ambitions. Ensemble, nous considérons que la question de notre souveraineté, conditionne notre capacité à reprendre le chemin du progrès social et à mettre en œuvre la promesse républicaine et d’émancipation citoyenne.

Pour cela, il nous faut travailler et réfléchir ensemble. Rappelons-nous l’esprit et des exploits du Conseil national de la Résistance. Il convient de mettre en place un espace de dialogue, d’analyse au delà de nos différences. Cela sous-entend que nous soyons en capacité d’aller « au-delà de nous-même » et de nos appartenances partisanes. C’est le seul moyen de rendre espérance au peuple français et de démontrer notre capacité à nous conduire en « républicains », à fabriquer du « commun » et de placer l’idée que nous nous faisons de l’intérêt général au-dessus des intérêts particuliers. Les héritiers du gaullisme, la tradition communiste, les patriotes républicains, la gauche républicaine et internationaliste, les chevènementistes, ont démontré dans leur histoire qu’ils avaient, quand les circonstances l’exigeaient, cette capacité à se hisser à la hauteur des défis et des situations, pour peser sur le cours de l’histoire. Ce moment est certainement venu et il nous faut ouvrir ensemble cet espace de rencontre et de dialogue qui doit permettre de tracer une nouvelle perspective politique digne du peuple français.

 

* Jean-Yves Autexier, ancien sénateur, ancien député et conseiller de Paris (MRC), David Bailleul, maire de Coudekerque-Branche, premier vice-président de la communauté urbaine de Dunkerque (MRC), Stéphane Gouvart, adjoint au maire de Cappelle-la Grande, conseiller communautaire de la communauté urbaine de Dunkerque (PCF), Jacky Hénin, ancien député européen, conseiller municipal et communautaire de Calais (PCF), Christian Hutin, député du Nord, Maire de Saint-Pol-sur-Mer (MRC), Claude Nicolet, conseiller régional Nord-Pas-de-Calais (MRC), Jean-Philippe Tanguy, délégué national aux fédérations (Debout la France), Laurent Vanrechem, adjoint au maire de Coudekerque-Branche, conseiller communautaire de la communauté urbaine de Dunkerque (Parti de gauche).

Entretien de Jean-Pierre Chevènement accordé à Nice-matin, vendredi 5 juin 2015

Créé par le 06 juin 2015 | Dans : Blog du Che, Non classé, Parti socialiste, Pour une autre Europe

Propos recueillis par Thierry Prudhon


"Le PS ne peut plus se dire socialiste"
Nice-matin : Quel regard portez-vous sur la gauche française aujourd’’hui ?   Jean-Pierre Chevènement : Elle est aujourd’’hui clairement en fin de cycle. Depuis le référendum de 1992 sur le traité de Maastricht et en fait depuis 1983, le Parti socialiste refondé à Epinay en 1971 ne peut plus se dire socialiste, ce que Manuel Valls a d’’ailleurs entériné quand il a proposé que le Parti socialiste change de nom. Le PS bénéficie d’’une rente de situation institutionnelle : il revient aux affaires quand le rejet de la droite est trop fort, en 2012 par exemple. A défaut de projet social, il propose des réformes sociétales. Depuis 1984, le Front National file sa pelote. Jean-Luc Mélenchon, malgré ses qualités de tribun, a échoué à faire surgir un « Syriza » à la française. Nous allons donc entrer dans une zone de tempêtes politiques. Le monde a profondément changé. Et la gauche française n’a pas su renouveler son offre.  
Pensez-vous que les Frondeurs puissent faire imploser le PS ?   Les Frondeurs n’ont pas su élaborer un logiciel qui les distingue vraiment de la majorité du PS, notamment sur l’’Europe.  
Globalement, comment jugez-vous les trois premières années du quinquennat de François Hollande ?   François Hollande a hérité d’’un pays à la compétitivité très dégradée. Avec le rapport Gallois fin 2013, il a su formuler le bon diagnostic. Mais les mesures prises pour la reconquête de la compétitivité de l’’économie française sont insuffisamment ciblées sur l’industrie. De bonnes mesures sont intervenues récemment, comme l’’amortissement dégressif des investissements qui peuvent aider nos entreprises à se moderniser. En matière de technologies numériques, nos entreprises sont très en retard sur leurs concurrentes allemandes et italiennes. Emmanuel Macron a formulé un plan intéressant concernant « l’’usine du futur ». Mais notre solde commercial manufacturier, la vraie mesure de la compétitivité française, s’’est encore dégradé en 2014. L’’appareil productif français s’’est élimé. Depuis 2009, 1200 usines ont été fermées, 600 à peine ouvertes. La petite reprise actuelle se traduit par un gonflement des importations et une nouvelle dégradation du solde commercial. Il faut des mesures plus énergiques : par exemple exiger de Bruxelles que le « Crédit d’’impôt compétitivité emploi » (40 milliards d’euros) soit réservé aux entreprises industrielles et ne bénéficie pas aux banques et aux grandes surfaces qui n’’exportent pas. Les exportations, ce sont des biens industriels exclusivement. Par mollesse et par idéologie, nous acceptons la voie sans issue de la « dévaluation interne ».  
 

 

Comment espérer vraiment sortir de la spirale du chômage ?   En réindustrialisant le pays à partir de technologies d’’avenir et en favorisant réellement les PMI. Ma conviction est qu’’on devra procéder à un réaménagement d’’ensemble du système monétaire européen. L’’hétérogénéité de la zone euro condamne à terme la monnaie unique. Il faut lui substituer une monnaie commune et redonner de la flexibilité à ce système si on ne veut pas enfermer l’’Europe dans une stagnation de longue durée.   Encore faudrait-il qu’’il en ait la volonté.  
Il faut, avez-vous écrit, repenser l’Europe vers plus de démocratie. De quelle manière ?   Oui, il est temps de redresser l’’Europe en s’appuyant sur la démocratie. Celle-ci vit dans les nations, là où on s’’entend ! Il faut donc trouver un compromis entre le legs communautaire (le marché unique) et la méthode confédérale chère au général de Gaulle. Il faut construire une « Europe européenne » qui puisse se faire entendre entre les USA et la Chine. Une Europe centrée sur l’essentiel (l’’économie, l’’emploi, la politique extérieure) et bien sûr à géométrie variable, avec les nations volontaires.  
Face à la menace terroriste, quelles sont les mesures que le ministre de l’Intérieur que vous avez été aurait prises ?   Le ministre de l’’Intérieur actuel a fait ce qu’il fallait dans son domaine. Mais il faut mettre de la cohérence dans toute notre politique : aimer et faire aimer la France si on veut que les jeunes issus de l’immigration aient vraiment envie de s’’y intégrer. Faire respecter par tous la loi républicaine et son esprit. Mettre fin aux incohérences de notre politique étrangère : on ne peut pas prétendre combattre à la fois Daesch et Bachar el Assad en Syrie : entre deux maux, il faut choisir le moindre. En Irak, on a abattu Saddam Hussein : c’’était un dictateur certes, mais laïc et moderniste. L’’Irak actuel est dominé par les Chiites qui n’’ont pas su faire leur place aux Sunnites, ainsi jetés dans les bras de Daesch. Il faut un Irak fédéral si on veut couper Daesch des populations de l’’Ouest irakien. Il n’’était pas intelligent de plonger la Libye dans le chaos, pour récolter le terrorisme djihadiste au Mali et dans le Sahel et il est paradoxal de le combattre tout en faisant « ami-ami » avec ceux qui le financent. Là encore, il faut mettre de la clarté. Il faut rompre avec ce qu’Hubert Védrine a appelé l’’Irreal-politik. Comme disait Jaurès : « Si on veut aller à l’’idéal, il faut commencer par comprendre le réel ».  
Le modèle d’’intégration à la française est-il en panne ?   J’ai déjà largement répondu. Ni discrimination ni passe-droit : la loi républicaine pour tous, dans sa lettre et son esprit. L’intégration, ce n’est pas la négation des différences, c’’est leur acceptation mais sous le toit des valeurs républicaines communes : la République laïque valorise ce que nous avons de commun (la raison, l’’amour de la République et de la France) mais pas ce qui nous différencie (la religion par exemple, du ressort de choix privés). Pour ma part, ayant confiance dans l’’avenir de la France, je crois en sa capacité d’’intégration. Il faut surmonter la rancoeœur des uns et le rejet des autres. Il n’’y a que la République, la vraie, avec son bonnet phrygien, symbole d’’affranchissement, qui puisse le faire.  
Si c’’était à refaire, vous seriez encore candidat à la présidentielle de 2002 (5,33 % des voix) ?   Bien entendu. J’’ai ouvert un chemin : celui d’’un pôle républicain de salut public. Les propositions que j’ai faites gardent toutes leur pertinence. Plutôt que de s’’interroger sur sa ligne politique et sur les erreurs de sa campagne, le Parti Socialiste a voulu faire de Jean- Pierre Chevènement le bouc émissaire de sa défaite. Il va retrouver le même problème en 2017, aggravé par sa cécité : Le Pen était à 17 % en 2002, sa fille est aujourd’’hui à 25 %. Il serait temps de s’interroger sur la politique qui a mis le FN à cet étiage !

Marche républicaine du dimanche 11 janvier : la République debout

Créé par le 11 jan 2015 | Dans : Non classé

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne


Le Mouvement Républicain et Citoyen appelle l’ensemble des citoyens à se rassembler ce dimanche 11 janvier à 15h pour participer à la marche républicaine silencieuse à Paris, entre République et Nation, ainsi que dans toutes les villes de France. L’attentat commis à l’encontre du journal satirique Charlie Hebdo est une attaque des plus graves envers les principes qui fondent notre République. En ce jour de deuil national, et au lendemain du drame, c’est la France entière qui est touchée et rend hommage à ceux qui sont tombés pour défendre la liberté, journalistes comme policiers. Notre pays ne sortira grandi d’une telle épreuve que si nous opposons aux barbares un front uni et fidèle à notre devise républicaine : liberté, égalité et, tout particulièrement en ces circonstances, fraternité. La marche de dimanche doit être celle de la République debout, celle du peuple rassemblé qui rejette la peur et le doute.

Le JDD du 11 avril : Les chevènementistes donnent à Valls le « bénéfice du doute »

Créé par le 12 avr 2014 | Dans : Non classé

INTERVIEW – Le nouveau gouvernement, composé de membres du PS et du Parti radical de gauche, n’est pas ouvert au MRC de Jean-Pierre Chevènement. Son président, Jean-Luc Laurent, par ailleurs député-maire du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), explique qu’il n’a rien réclamé et que ses troupes voteront « sur pièces » les projets de la majorité.

   

Le Mouvement républicain et citoyen (MRC) compte trois députés, dont vous-même, et un sénateur, qui siègent tous avec la majorité. Auriez-vous été intéressé pour entrer au gouvernement? Le MRC avait été sollicité en 2012 pour entrer au gouvernement, nous avions décliné pour garder notre liberté au sein de la majorité. Une liberté que nous avons par exemple manifesté sur la question de la réorientation de la construction européenne. Nous avons voté contre le traité européen négocié par Nicolas Sarkozy que Jean-Marc Ayrault avait demandé d’adopter tel quel. Aujourd’hui comme hier, le MRC n’est donc pas intéressé pour entrer au gouvernement.

Manuel Valls vous a-t-il tout de même proposé un poste? J’ai été consulté par le Premier ministre. Je l’ai eu au téléphone et nous nous sommes parlé à l’Assemblée nationale. Il m’a demandé quelles étaient nos attentes, je lui ai répondu qu’elles étaient politiques et que la question des postes ne nous intéressait pas. Il n’a donc rien proposé. J’ai insisté sur la réorientation de l’Europe, condition sine qua non à la réussite de ce quinquennat, et sur l’euro fort, qui plombe notre productivité. Je connais bien Manuel Valls, nous sommes tous les deux élus d’Ile-de-France. Il était venu à notre université d’été en septembre dernier, sur mon invitation.

«Manuel Valls a porté un ton nouveau»

Avez-vous hésité à voter la confiance au nouveau gouvernement? J’avais indiqué à Manuel Valls que notre vote n’était pas acté, que l’on jugerait sur pièces. Après l’avoir entendu, nous avons décidé de lui accorder la confiance, au bénéfice du doute. Il a porté un ton nouveau, un message plus volontariste sur l’Europe et sur le rapport à l’Allemagne. Cela témoigne d’un euro-réalisme qu’il convient désormais de traduire en actes. Sa déclaration était aussi intéressante sur sa volonté affichée d’apaisement quant aux questions sociétales et aux rythmes scolaires. En revanche, nous sommes en désaccord sur la réduction du nombre de régions et sur la disparation des départements, qui sont un socle de la République.

Voterez-vous en faveur de tous les textes portés à l’Assemblée nationale par l’exécutif? Demain comme hier, nous pouvons voter contre un texte. Nous sommes critiques. Nous bénéficions au sein du groupe socialiste républicain et citoyen de la liberté d’expression et de vote depuis les législatives de juin 2012. Nous déciderons donc sur pièces, projet de loi par projet de loi.

Qu’avez-vous pensé du remaniement? La nomination d’un ancien ministre des Affaires européennes de Nicolas Sarkozy [Jean-Pierre Jouyet, ndlr] au poste de secrétaire général de l’Elysée est une erreur. Cela incarne une continuité là où il faudrait une rupture. Le rapatriement à l’Elysée du secrétariat général des Affaires européennes, qui était auparavant la charge de Matignon, m’inquiète aussi.

Olivier Faye – leJDD.fr

            vendredi 11 avril 2014

Agir face à la crise : les propositions du MRC

Créé par le 15 sept 2013 | Dans : Non classé

 

Après plusieurs années de politiques libérales et d’austérité, notre pays est en proie à de grandes difficultés. Chômage, précarité, étranglement budgétaire des ménages, jeunes peinant à trouver leur place dans la société, la crise se fait durement sentir au quotidien. Face à cette situation, le MRC agit dans la majorité, pour que la politique de redressement de la France qu’il défend devienne celle du Gouvernement.
Voici les propositions du MRC pour sortir la France de la crise :
Réorienter la construction européenne.
Montrer les voies de coopérations européennes, dans des domaines comme l’indépendance énergétique, l’e-économie, les grands travaux, les normes sociales et environnementales pour le commerce.
Rompre avec le libre-échange et l’austérité qui ne peuvent conduire qu’à la récession.
Redonner de l’air aux entreprises françaises par une baisse du taux de change de l’euro.
Organiser le passage à la monnaie commune, pour que chaque Nation d’Europe puisse mener la politique monétaire adaptée à ses spécificités, au service du travail, de la croissance et de ses intérêts.
Relancer la croissance par la réindustrialisation de notre pays
Soutenir, sur l’ensemble du territoire national, les entreprises qui investissentdans l’innovation, la production et l’exportation pour nos emplois.
Protéger notre économie, s’opposer aux délocalisations qui détruisent le travail.
Redresser la France par l’Ecole.
Restaurer le niveau scolaire, défendre le principe d’Egalité dans l’accès à la connaissance.
Revaloriser la formation professionnelle, levier d’insertion et atout pour nos entreprises•Soutenir la recherche pour mettre notre pays au premier plan dans les domaines clésde l’avenir.
Former les citoyens de demain : forger des esprits libres, unis par le même sens de l’intérêtgénéral et animés par les valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Laïcité.
Affirmer la présence de la France sur la scène internationale
Défendre une politique étrangère autonome.
Appuyer la recherche et le développement de coopérations avec les grands pays émergents(Russie, Brésil, Inde, Indonésie, Chine etc.)
123456...105

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY